23.9 C
Dzaoudzi
vendredi 30 septembre 2022
AccueilFaits diversVidéo : une fausse "bavure" circule sur les réseaux sociaux

Vidéo : une fausse “bavure” circule sur les réseaux sociaux

Une vidéo qui circule depuis ce vendredi matin prétend montrer l'évacuation d'un blessé par balle, touché par la PAF à Mtsamboro. Une information totalement démentie par le parquet, les images seraient issues d'un accident lors d'un contrôle en juillet, et sans lien avec un usage d'arme.

“Complètement faux”, contacté au sujet d’une vidéo qui circule depuis ce vendredi matin sur les réseaux sociaux et sur YouTube, le parquet n’a pas tardé à se renseigner et à réagir.
La vidéo montre simplement l’évacuation d’un blessé par le Gao, l’unité d’intervention terrestre de la PAF. La personne qui filme assure que l’homme évacué a été blessé par balle, au pied, et dénonce une “bavure”. Le titre de la vidéo pousse plus loin puisqu’il y est écrit ” la police tire sur un ouvrier d’origine comorienne”.
Le média comorien Habari Za Comore s’est empressé de partager la vidéo, en dénonçant là aussi une “bavure policière à Mtsamboro”.

Mais selon les premières informations que nous avons pu recueillir, aucune intervention récente ne s’est soldée par un usage d’arme de la PAF.

“L’image pourrait correspondre à un blessé sur un chantier lors d’un contrôle en juillet dernier, ça n’a rien à voir avec une opération qui serait passée aujourd’hui ni à un quelconque usage d’arme, c’est totalement faux” commente le procureur après avoir contacté la police aux frontière et consulté ses adjoints.

En revanche la vidéo montre une séquence dans ses dernières secondes, qui interroge. On y voit un des policiers prendre à partie l’homme qui filme avec son smartphone et lui ordonner de cesser de filmer. L’homme se présente alors comme “journaliste-citoyen” ce à quoi le policier rétorque que “tout journaliste doit avoir une carte”, et réaffirme son refus d’être filmé.

Que dit la loi ?

Il convient de rappeler qu’aucune loi n’interdit de filmer les policiers en intervention sur la voie publique, à l’exception de certaines unités protégées par un arrêté de juin 2008 à retrouver ici et rappelé par une circulaire  consultable ici. Sont ainsi protégées les unités antiterroristes et de renseignement, comme le Raid, le GIGN ou le renseignement territorial ainsi que les unités d’intervention de la police nationale comme la BAC. Les enquêteurs de la PAF dépendant de l’Ocriest sont aussi protégés. Ce qui ne semble donc pas inclure les fonctionnaire du Gao, amenés à intervenir en civil sur la voie publique.

La suite est affaire de bon sens. Un policier peut légitimement craindre l’usage qui sera fait des images, et demander poliment à ne pas être filmé, ou s’arranger pour tourner le dos au preneur d’image. Il ne peut en aucun cas se saisir du téléphone comme on peut voir sur cette image.
Par contre, attention à la publication de la vidéo : la loi interdit tout usage malveillant desdites images : injures, diffamation ou atteinte à la vie privée sont condamnables, et tout usage autre qu’informatif peut être poursuivi. Comme affirmer que l’on vient d’assister à une bavure si ce n’est pas le cas.

Y.D.

5 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le prix des produits pétroliers pour le mois d’octobre reste globalement...

139521
Pour le mois d’octobre, le prix de l’essence continue sa baisse, a contrario de celui du gazole dont la légère hausse est atténuée par...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139521
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139521
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com