Emmanuel Macron annoncé « d’ici la fin de l’année »

La secrétaire d’Etat auprès du premier ministre était en déplacement à l’Association pour la Condition Féminine et Aide aux Victimes. Sibeth Ndiaye a expliqué aux journalistes les raisons de sa présence ici aux côtés de la ministre des Outre-mer.

3
4531
Sibeth Ndiaye accueillie par Faoudzia Kordjee, présidente de l'ACFAV

Ce n’est pas réellement la première visite à Mayotte de Sibeth Ndiaye, puisqu’elle avait accompagné les 3 petites heures de visite du candidat Macron en mai 2017 sur l’île. En tant que ministre par contre, et pour cette première, elle explique les raisons de sa présence pendant ces deux jours à Mayotte en compagnie de la ministre des outre-mer : « Nous voulons montrer qu’il n’y a pas de département « oublié de la République », et que même s’il y a des « difficultés spécifiques importantes », le gouvernement est déterminé à apporter des solutions, « même si le chemin sera long ».

Une présence qui doit préfigurer celle du président de la République « dans quelques mois ». Interpellée sur ce sujet par le JDM, étant donné le report de la visite présidentielle initialement annoncée en mai-juin, puis septembre-octobre, la ministre confirmait « l’intention du président de venir au plus vite », mais que le timing du G7 a perturbé l’agenda, « son souhait est de venir d’ici la fin de l’année ».

En attendant, la porte-parole du gouvernement veut « affirmer la présence de l’Etat auprès des Mahorais dans ce département qui a toute son importance au sein de la République. »

Sibeth Ndiaye a commencé sa visite par l’écoute, à huis clos, des difficultés des femmes présentes à l’accueil de jour de l’ACFAV. Sa présidente Faoudzia Kordjee, appelait à adapter les situations, “face aux cas de maltraitance, il faudrait réfléchir aux moyens légaux de pouvoir imposer au mari de quitter le domicile conjugal, même quand il en est le propriétaire. Car en éloignant la femme, on perturbe son environnement social, et le plus souvent, la scolarisation des enfants en cas de déménagement”.

Des besoins en psychologues, en services sociaux, et en conseillers conjugaux ont été remontés.

Anne Perzo-Lafond

3 Commentaires

  1. Le président souhaite venir d’ici la fin de l’année. Putaiiin. Alors celle-là, elle est bonne. Je reformule : “Faites vos vœux, le père Noël arrive en décembre !”. Mais peut-être que ce serait finalement le 14 février pour montrer l’amour de la France à Mayotte. Lol… Je dis ça, je dis rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here