28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEnvironnementTortue dans un taxi : le conducteur libéré

Tortue dans un taxi : le conducteur libéré

Le conducteur d'un taxi poursuivi pour braconnage de tortue a été libéré après sa garde à vue. Un imbroglio judiciaire a conduit à sa libération en attendant une prochaine date d'audience. Ce qui crée une possible brèche dans la politique de tolérance zéro à l'égard des braconniers.

La politique dissuasive du tribunal de Mamoudzou à l’égard des braconniers de tortues en a pris un coup ce mercredi. Dans la nuit de lundi à mardi, le conducteur d’un taxi brousse était interpellé alors qu’il transportait une grande tortue, vivante, dans son véhicule. Placé en garde à vue, il faisait mardi l’objet d’une convocation en comparution immédiate pour le lendemain. Jusque là, c’est le chemin tout tracé que suivent les braconniers pris sur le fait, qui finissent généralement derrière les barreaux. C’est la politique de tolérance zéro adoptée par le tribunal depuis plusieurs mois, et qui fait jusqu’à présent jurisprudence.

Mais la machine judiciaire a dévissé. Alors que le procureur réclamait le placement en détention provisoire du prévenu pour la nuit, le juge des libertés et de la détention (JLD) a décidé de remettre ce dernier en liberté, estimant qu’il avait de bonnes garanties de représentation. Cette décision inhabituelle avant une comparution immédiate a entraîné un imbroglio procédural. Au lieu d’être amené à la barre menottes aux poignets, le taximan est venu libre, et des failles dans la procédure de comparution immédiate ont amené le tribunal à se considérer “non saisi”, et donc incompétent pour juger l’affaire ce jour.

L’animal était entravé dans le coffre d’un taxi. Le conducteur a échappé à la prison. (photo : AFB)

En soi, celle-ci n’aurait de toutes façons pas pu être jugée, puisqu’en l’absence d’avocat (la grève se poursuit au barreau), il fallait renvoyer le procès. Mais, à l’instar d’un autre braconnier présumé qui sera jugé lundi prochain, l’homme aurait alors pu être, éventuellement, placé en détention en attendant l’audience. Impossible dans la procédure visant le taximan. Après être venu de son plein gré au tribunal, il a suivi le procureur pour se voir délivrer une convocation à l’audience du 24 septembre où il sera jugé devant un tribunal à juge unique, au lieu de l’audience collégiale de comparution immédiate.

Dans ce contexte, le risque de voir prononcer une peine de prison ferme est bien plus faible. La crainte pour les défenseurs des tortues est que cette procédure ne vienne ébrécher la jurisprudence, et que la dissuasion ne soit plus au rendez-vous.

Y.D.

28 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139522
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139522
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com