Maféréchéo ! Ils (et surtout elles) ont eu le bac avec mention

178 bacheliers ont obtenu leur sésame avec mention bien ou très bien à Mayotte. Plus des deux-tiers de ces lauréats sont des filles.

10
1551
Félicitations aux bacheliers qui repartent avec ce tee-shirt

Le taux d’échec désastreux au baccalauréat ne doit pas occulter ceux qui ont réussi avec brio. Ce samedi, le vice-rectorat recevait 178 bacheliers qui ont obtenu leur sésame avec des mentions bien ou très bien. Plus des deux-tiers sont des filles. “C’est une grande émotion que de débuter mes fonctions par cette cérémonie” a salué le nouveau vice-recteur, Gilles Halbout, arrivé mercredi dernier pour remplacer Stephan Martens.
Si les mentions sont une réussite en soi, la part de filles dans ce top des notes est une double fierté.

Gilles Halbout, heureux de présider sa première cérémonie comme vice-recteur

“Parmi les mentions, il y a 127 filles et seulement 51 garçons. Les mentions très-bien, c’est 30 filles pour 12 garçons” note le vice-recteur avant d’appeler un à un les titulaires d’une mention très bien, dans l’ordre croissant des notes.
La dernière à être appelée, c’est Sandati Saïndou, de Ongojou, qui a obtenu son bac ES avec 18,88 de moyenne au lycée de Tsararano. “Je vais poursuivre en licence éco-gestion section internationale, à Lille” explique-t-elle. Un début pour un long périple universitaire. “On commence tout petit et ensuite on vise les grandes écoles sur concours” poursuit celle qui rêve d’aller “à la Sorbonne depuis la 5ème”.

Beaucoup de sourires avec le diplôme en poche

La jeune fille profite de son exposition médiatique pour s’adresser à ses camarades, notamment les quelque 50% d’élèves à avoir échoué au premier groupe.

” Je veux leur dire que l’effort ça paye, qu’il ne faut pas se démoraliser, savoir se relever et ne pas se laisser faire”.

 

Former les cadres de demain

Si Sandati semble avoir un parcours tout tracé, ce n’est malheureusement pas le cas de toutes ses camarades. “Bizarrement dans les études supérieures, on retrouve plus de garçons que de filles” note le vice-recteur. “Pourquoi vous autocensurer mesdames, il faut continuer !” Cette disparité post-bac s’expliquerait par une certaine pression, sociale ou personnelle, à se marier jeune, au détriment parfois des études supérieures. Mais “pour ceux qui vont partir, on fera tout pour vous faire revenir” poursuit Gilles Halbout.

Sandati Saïndou, meilleure bachelière de l’année avec 18,88 de moyenne

“Tout”, cela inclut le dispositif “Cadres d’avenir pour Mayotte”. Il s’agit d’une aide accordée aux bacheliers ayant eu une mention TB et aux étudiants admis en master, qui prend la forme d’une assistance financière pendant cinq ans, en échange d’un engagement à travailler pendant trois ans à Mayotte à la sortie des études. L’objectif est de former les cadres de demain pour accompagner le développement du territoire.

Sandati Saïndou y est donc éligible et son diplôme était accompagné d’un prospectus expliquant le dispositif. “Je n’en avais jamais entendu parler” s’étonne la jeune fille. Et après avoir lu le document, “c’est un bon dispositif, car ça permet d’avoir une aide pendant 5 ans, c’est très profitable pour les jeunes de Mayotte qui sont souvent issus de milieux modestes. On va y réfléchir mais ça a l’air intéressant” sourit-elle.

Y.D.

10 Commentaires

  1. C’est le résultat de l’éducation Mahoraise basée sur le « garcon roi ». Ces derniers sont livrés à eux mêmes et traînent sans contraintes ni limites, les résultats s’en ressentent à l’école. Plus tard ils deviennent des adultes immatures et irresponsables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here