Emploi “les métiers de la sécurité recrutent en permanence”

Vendredi matin, le Pôle Emploi de Dzoumogné organisait une action de découverte des métiers de la sécurité. Un secteur "porteur à Mayotte" indique le responsable local Daroussi Mohamadi. Deux des visiteurs ont eu un emploi le jour-même.

5
394
La démonstration du maître chien a eu du succès

Près de 200 visiteurs venant de toute l’île se sont réunies à Dzoumogné tôt vendredi matin. Leur but : découvrir les métiers de la sécurité, lors d’une action organisée par le Pôle emploi de la commune.

“L’action consistait à inviter les demandeurs d’emploi. Chaque mois nous faisons une action sur un métier. Cette fois, on a fait un focus sur la sécurité, publique comme privée”.
Sur les stands des participants, une dizaine d’opérateurs comme OSR et UPS mais aussi “une société de vidéo-surveillance et l’armée de terre” note le responsable. En revanche la police et la gendarmerie avaient signalé “un empêchement de dernière minute”.

Outre la documentation, les visiteurs ont pu observer une démonstration de maître chien désarmant un agresseur, de quoi “donner envie à des gens de travailler dans ce domaine porteur à Mayotte”.

Des métiers de moins en moins réservés aux hommes

De plus en plus de femmes se tournent vers ce secteur

L’autre bonne surprise, c’est que les métiers de la sécurité ne sont plus l’apanage des hommes. Si les préjugés restent tenaces, il y a “de plus en plus de femmes” constate, ravi, le responsable. “Ce vendredi matin, on a eu 200 personnes, dont 40% de femmes. L’une d’elles venait de Mamoudzou car c’était son projet. Elle en avait entendu parler à la radio et elle est venue le concrétiser ici.”

Car si informer est utile, c’est aussi pour trouver un emploi que ces actions sont menées. Ce vendredi, plusieurs demandeurs ont trouvé chaussure (de sécurité bien sur) à leur pied.

L’armée de terre a présenté ses métiers

“Il y avait une dizaine d’offres d’emploi à pourvoir, on a fait passer des entretiens en job-dating, et on sait par les entreprises qu’au moins deux personnes seront recrutées”.

Ce résultat encore provisoire (d’autres pourraient suivre) n’est pas une surprise pour Daroussi Mohamadi. “C’est un secteur qui recrute régulièrement, 90% des personnes que l’on forme à ces métiers trouvent un emploi ensuite. Rien que l’année dernière, on a une 30aine de demandeurs d’emploi qui ont été embauchés. En fait, ça recrute sans arrêt. Il y a du turn-over, mais aussi beaucoup de CDI.”

Y.D.

5 Commentaires

  1. Il y’a un turn-over… Ca prouve l’instabilité dans ce métier. À Mayotte, il y’a un vrai monopole. Une personne qui a la main mise sur plusieurs sociétés. Et celles qui essaient de s’implanter, sont étouffées. Hormis quelques-unes qui s’en sortent au mieux. Je ne sais pas aujourd’hui, mais je me souviens encore des 39 heures par semaine. Et que tu travailles de jour ou de nuit, à la fin du mois, tu ne vois pas la différence. Bref…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here