28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEducationLe centre éducatif renforcé inauguré, "une alternative à l'incarcération"

Le centre éducatif renforcé inauguré, “une alternative à l’incarcération”

C'était une promesse du plan pour l'avenir de Mayotte. Le premier centre éducatif renforcé, d'une capacité de 8 places, a été inauguré à Bandrélé. Il a vocation à donner une seconde chance à des mineurs délinquants pour leur éviter une incarcération et les amener à un parcours d'insertion.

Les défis sont énormes. Les enjeux aussi. Sur un territoire où la moitié de la population a moins de 17 ans, la Justice se dote enfin d’un centre éducatif renforcé. Un premier établissement a ouvert à Bandrélé en décembre dernier, il a été inauguré ce mardi. “Mayotte souffrait d’un manque d’équipement en la matière, juge le préfet Dominique Sorain pour qui “c’est un paradoxe” que Mayotte n’en ait pas été dotée plus tôt.

L’objectif est d’accueillir jusqu’à 8 jeunes ayant commis des actes assez graves pour leur faire encourir la prison. “Il s’agit de compléter le dispositif de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) par une prise en charge intensive de courte durée” explique Ali Moussa Moussa Ben, le maire de Bandrélé. Selon lui, la prise en charge peut ainsi se faire “en continuité” des parents. “Travailler avec un ado implique de travailler avec sa famille, lui rendre compte et l’inclure”.

De nombreux acteurs du social, de l’éducation et du judiciaire étaient présents

Avant la création de ce centre, deux options s’offraient aux jeunes. La prison pour les plus de 15 ans, ou une prise en charge à La Réunion, ce qui dans les deux cas “ne facilitait pas leur réinsertion”.

Le CER fonctionne comme un “électrochoc éducatif” : du jour au lendemain les jeunes qui y sont envoyés doivent apprendre à se lever à heure fixe, manger à heure fixe, respecter les éducateurs et les autres jeunes. “Le premier mois est crucial” témoigne un des éducateurs du centre. “L’éducatif et la fermeté, ce n’est pas contradictoire” complète Roukia Lahadji, maire de Chirongui et présidente de Mlézi Maoré. “C’est ici leur place, poursuit-elle, la prison n’est la place de personne, encore moins d’un jeune. La société, ce n’est pas Majicavo, c’est là où on s’insère, là où on travaille, là où on a sa famille”.

Dominique Simon, directeur interrégional de la PJJ Ile de France et Outre Mer

C’est dans cette volonté de créer un parcours de réinsertion que le CER a été bâti sur le même site que le centre d’insertion par l’activité économique. “C’est par la mixité qu’on favorise l’insertion sociale, par par l’isolement” appuie la présidente. Pour Dominique Simon, directeur interrégional de la PJJ Ile de France et Outre Mer, il s’agit de “privilégier l’éducatif au répressif”.

Sur le fonctionnement, les jeunes sont accueillis au CER pour une durée de 4 mois, dans une démarche de “rupture” avec leur quotidien.

Une chambre témoin, au confort spartiate

Pas de visite en famille ni d’escapade en solo, mais des horaires stricts et des sorties éducatives et sportives. Kayak, randonnée et même une virée à La Réunion ont été organisés ces derniers mois. Quand ils sont sur le site du CER, c’est jardinage ou menuiserie. Les jeunes sont incités à fabriquer le mobilier qui équipera le container qui leur sert de chambre. Une manière de leur apprendre à respecter ce qui les entoure. Un suivi psychologique et un rattrapage des savoirs de base est aussi au menu.

Mais les difficultés sont à la hauteur des enjeux. Les fugues sont “le quotidien” des éducateurs, même si la plupart du temps les jeunes “reviennent au bout d’un quart d’heure”.

Les jeunes sont hebergés dans des containers aménagés, qu’ils peuvent meubler eux-même

Récemment, un éducateur a été blessé à la tête par un ado qui a dû être sorti du dispositif, et deux jeunes de la première session ont été renvoyés à Majicavo. Néanmoins cela laisse tout de même quelque deux tiers des jeunes qui mettent le pied dans un parcours d’insertion, même s’il est encore tôt pour dresser un bilan de la toute jeune structure.

Pour ceux qui réussissent à retrouver le “droit chemin”, une convention devrait être prochainement signée avec le RSMA.

Y.D.

6 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139533
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com