23.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 juin 2022
AccueilorangeNouveau volcan : des découvertes "d'intérêt énorme"

Nouveau volcan : des découvertes “d’intérêt énorme”

La mission May-Obs 2, menée par le Marion-Dufresne, livre ses premières découvertes. Plusieurs zones ont été découvertes, qui montrent une activité "d'intérêt énorme" selon Dominique Sorain.

Il aura fallu une (trop) longue semaine pour en savoir plus. Le Marion Dufresne était à peine rentré dans le lagon le 17 juin dernier que dès le lendemain à l’aube, ses scientifiques embarqués partaient pour Paris. Aucune information fiable n’avait depuis transpiré. Le temps de “décortiquer les informations recueillies” indique Dominique Sorain, préfet de Mayotte, qui décrit des découvertes “d’intérêt énorme et international”.

Pour bien comprendre, revenons-en à l’origine de la recherche. Alors que l’on pensait l’essaim de séisme dû à une faille tectonique, l’hypothèse d’une vidange de chambre magmatique prend le dessus en novembre dernier, grâce à une onde “atypique” qui a fait le tour du globe. Peu après, des relevés GPS montrent que Mayotte se déplace vers l’est et s’enfonce de plus d’1cm par mois, confortant cette hypothèse.

Des recherches qui s’accélèrent

Largage d’un sismomètre de fond de mer (OBS)

Début 2019, la barge Ylang se rend sur zone et dépose 6 sismomètres. Leur mission est d’aider à mieux localiser les épicentres, pour savoir quoi chercher, et où. Jusque là, les instituts internationaux estiment la zone de l’essaim entre 30 et 60km à l’est de Mayotte.

Il faudra attendre mai 2019 et la mission May-Obs 1, menée à bord du Marion Dufresne par des équipes de l’Ifremer, de l’IPGP et du BRGM pour confirmer l’activité volcanique. Cette première mission permet aussi de relocaliser l’essaim sismique. Deux zones d’essaim sont précisées, à 10 et 25km à l’est de Mayotte. Mais en profondeur, entre 20 et 50km dans la lithosphère (croûte terrestre). Grace à ces relevés effectués aux premiers jours de la mission, cette dernière peut mieux orienter ses recherches. Le navire scientifique balaye  les fonds marins et cette étude bathymétrique révèle à 50km à l’est un volcan de 800m de haut sur 4km de diamètre, né en moins d’un an. Au dessus, un vaste panache est détecté. Une première.

Le Marion Dufresne

Un mois plus tard, les scientifiques ont repris place à bord pour une nouvelle mission, May-Obs 2, dirigée par Stephan Jorry, de l’Ifremer. Leur but : “poursuivre les acquisitions de données” suite à May-Obs 1. Avec plusieurs questions à préciser. La localisation des séismes a-t-elle évolué ? Et le relief des fonds marins ? Le volcan a-t-il grandi ? Le panache existe-t-il toujours ? En d’autres termes, est-ce que l’activité se poursuit, et si oui, sous quelle forme ?

Après une semaine de recherche en mer, et une semaine d’analyse des résultats, de premières conclusions émergent. Premiers constats, les zones d’essaim restent inchangées. Le volcan n’a pas grandi “ou alors, de moins de 20 mètres” précise Stephan Jorry : c’est la marge d’erreur des instruments de bord. Ensuite, l’activité sismique est en légère baisse : 163 séismes sont relevés. Avec le mois d’août dernier, c’est une des périodes les plus calmes en un an.

Deux sources de fluides supplémentaires

Toujours des panaches de fumée au dessus du volcan sous-marin

En revanche, le nouveau balayage de la zone a donné lieu à deux découvertes majeures. La première concerne le nouveau volcan. S’il n’a pas grandi, le voilà doté d’un petit frère (ou d’une petite soeur). La bathymétrie a mis au jour une coulée de lave longue de 2km et haute de 75 mètres, juste au sud de ce volcan. Celle-ci aurait jailli d’une faille située à proximité immédiate du volcan découvert en mai. Il s’agirait donc d’une nouvelle sortie de magma, mais issue de la même source supposent les scientifiques.

“A l’image de ce qui se passe à La Réunion, où la lave peut sortir par des failles, pas forcément par le cratère principal” commente le préfet Dominique Sorain.

L’autre découverte vient compléter des données recueillies lors de la mission May-Obs 1. Une anomalie avait alors été détectée à la verticale de la zone d’essaim, soit à 10-15km à l’est de Mayotte. La mission May-Obs 2 confirme une “sortie de fluides” sur la zone d’essaim. Ces fluides qui s’étendent entre 1,5 et 700m de profondeur ne sont “pas du magma” assure le géologue, mais “sûrement des gaz, peut-être d’origine hydrothermale”.

Ce qu’il faut retenir

Reproduction de l’imagerie acoustique de juin 2019 faisant apparaitre la nouvelle coulée de lave

En résumé, trois sources d’origine volcaniques sont identifiées à ce jour. A 50km à l’est, un volcan de 800m de haut et 4km de diamètre a poussé en 10 mois. Au sud de ce dernier, une coulée de lave de 2km de long pour 75 mètres de haut s’est formée en un mois.
L’essaim de séisme reste localisé à une dizaine de kilomètres à l’est de Petite Terre mais en profondeur, entre 20 et 50km dans la croûte terrestre. Au dessus de la zone d’essaim, un probable panache de gaz a été détecté, mais sans effusion de magma. Ce gaz qui sort a priori de failles sera analysé grâce à des prélèvements effectués en profondeur. Il ne remonte pas jusqu’à la surface.

Et la suite ?

La mission May-Obs 2 n’est “qu’une étape” assure le préfet Sorain qui promet “d’autres missions”. L’analyse des données recueillies lors de la précédente, notamment celle des gaz et des roches prélevés, permettra de mieux cibler les objectifs des missions à venir. Le volcan et les séismes resteront surveillés de près pour anticiper tout risque “si risque il y a” précise Dominique Sorain. Le but est donc d’améliorer, d’une part “la recherche fondamentale” et d’autre part “la sécurité civile”. Même si dans les faits, des protocoles comme le plan Orsec submersion ou séisme, existaient déjà et restent d’actualité. Ces procédures nécessitent néanmoins d’être en permanence améliorées en fonction des connaissances scientifiques, comme nous l’avait rappelé la mission sécurité civile en évoquant le risque submersion. Les outils de prévention et d’alerte doivent eux aussi être améliorés indique le préfet, qui note notamment l’absence de sirène sur les mairies mahoraises.

Un bloc de lave remonté de 3.000 m de fond par le Marion Dufresne lors de la mission MayObs 1

Alors que des équipes scientifiques du monde entier rêvent de venir étudier ce phénomène, le temps est désormais celui de la recherche, qui s’accélère considérablement. Les prochaines informations attendues concernent notamment le déplacement de l’île et son enfoncement, données qui n’ont pas pu être communiquées ce lundi. Les gaz prélevés en mer doivent aussi être comparés à ceux étudiés depuis plusieurs années au lac Dziani. Enfin des roches ont été prélevées au fond de la mer pour identifier la source d’éruptions plus anciennes, et modéliser l’activité passée au large de Mayotte.

Enfin, le nom du volcan pourrait être connu en juillet. Le concours proposé aux écoles a donné lieu à des propositions, et un vote en ligne devrait être organisé dans les semaines qui viennent.

Y.D.

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Lagon, Mayotte

« L’art et la mer », un appel à projet ambitieux du Parc...

139523
Le Parc naturel marin de Mayotte et la Direction des affaires culturelles (DAC) de Mayotte s’associent pour lancer un appel à projets de résidences artistiques en faveur des enjeux écologiques de l’île, notamment en ce qui concerne son environnement marin. Cet appel à projets entend démocratiser les pratiques artistiques et la transition écologique.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Yaël Braun-Pivet, Outre-mer, Mayotte, Assemblée nationale

Candidate au perchoir, Yaël Braun-Pivet quitte le ministère des outre-mer

139523
Elle aura sans doute été la plus éphémère ministre des Outre-mer de l'histoire : Yaël Braun-Pivet a décidé de démissionner de sa fonction pour briguer la présidence de l'Assemblée nationale. En attendant le proche remaniement ministériel, c'est la 1ère ministre Elisabeth Borne qui reprend les rênes du ministère
UTILES, Olivier Serva, Max Mathiasin, Assemblée Nationale, Estelle Youssouffa, Mayotte

Assemblée nationale: vers un 10ème groupe composé de députés ultramarins

139523
Il affiche pour l’instant sa détermination dans son acronyme: UTIles. Les députés guadeloupéens Olivier Serva et Max Mathiasin annoncent la création d’un nouveau groupe de députés d’Outre-mer, mais pas que, rassemblant de l’UDI aux anciens de Libertés et territoires. Qu’intègre la députée mahoraise Estelle Youssouffa
GIEC, Les Naturalistes, Mayotte

L’Union européenne plus présente au côté des régions ultrapériphériques pour leur développement

139523
Les conclusions relatives à la nouvelle stratégie sur les régions ultrapériphériques (RUP), proposée par la Commission en mai dernier, ont été adoptées ce 21 juin à l’unanimité par le Conseil de l’Union européenne, sous présidence française.

Le Cd 976 rend hommage à Younoussa Bamana pour les 15 ans de sa...

139523
Ce jeudi 22 juin marquera le 15ème anniversaire de la disparition de Younoussa Bamana, figure illustre de l’histoire mahoraise. L’occasion pour le président du Conseil départemental Ben Issa Ousseni de rendre hommage au M’zé : « J'ai...
Yaël Braun Pivet,Thani Mohamed Soilihi, Mayotte

Les sénateurs mahorais invitent l’INSEE à sortir Mayotte de son long tunnel statistique

139523
Comme un écho à notre mise en garde en mai dernier sur « l’effet tunnel » de l’INSEE à Mayotte, le courrier des sénateurs Abdallah et Thani Mohamed aux ministres des Finances et de l’Outre-mer, lance une bouteille dans une mer de données périmées concernant Mayotte.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com