Européennes, les Républicains misent sur la peur du terrorisme et des extrêmes

Avec un discours trouble sur les frontières, les Républicains de Mayotte réduisent la distance avec le RN, en associant menace terroriste, chômage de masse et immigration. Au risque de se contredire.

1
440
L'équipe de campagne à Mayotte, soutenue par le président du CD Soibahadine Ibrahim Ramadani, ici représenté mais toujours en convalescence

Après la liste Renaissance de la République en Marche mercredi, c’était au tour des Républicains de présenter leur liste aux Européenne, portée par François-Xavier Bellami. Placé en 57e place sur cette liste, le jeune Mahorais Abdoul Doukaini se veut « le porte-voix de Mayotte au sein de notre pays et de l’Union européenne ». S’il est invraisemblable que le Mahorais siège au parlement européen, sa place dans la liste aura du poids assure-t-il. « Avoir un jeune de Mayotte dans une élection internationale ne peut qu’être bénéfique pour Mayotte et pour faire connaître les difficultés de Mayotte. Je serai le porte-voix des Mahorais, entre ceux qui vont siéger, et les élus qui sont ici » promet le candidat.
A l’instar de la liste Renaissance, les Républicains ont axé une large partie de leur discours sur la peur, en se présentant comme rempart contre le populisme. « Que le 26 mai, on se retrouve avec une tendance majoritaire d’extrême gauche ou d’extrême droite, c’est un des enjeux majeurs de cette élection, ils ne sont pas eurosceptiques, ils sont europhobes » assène Zaïdou Tavanday, stratège de la campagne LR ici à Mayotte. Selon lui, « les populations ont peur et c’est légitime, or des gens ont fait le choix de surfer sur ces peurs légitimes sans vraie solution » poursuit-il afin de définir ce qu’est selon lui le populisme.
Une peur que le responsable de campagne utilise volontiers pour remettre en cause la gestion des frontières intérieures de l’Europe, quitte à instrumentaliser les attentats de Paris.
« Des gens peuvent aujourd’hui quitter leur banlieue belge, venir tuer des gens à Paris et repartir en Belgique, parce qu’on a osé mettre en place Schengen » accuse-t-il, assurant ainsi que « l’Europe est défaillante face au terrorisme et à l’immigration massive ainsi qu’au chômage de masse » et qu’elle doit « réinventer ses institutions et ses politiques ». Un argumentaire qui fait fi du fait que la plupart des terroristes ayant frappé la France ces dernières années étaient bel et bien français.

Abdoul Doukaini est 57e sur la liste de 79 candidats LR. Il est aussi le seul candidat LR de l’océan indien

En revanche, difficile d’avoir une réponse claire sur le projet républicain concernant les frontières. D’un côté « l’idée n’est pas de rétablir les frontières intérieures » et d’un autre, l’équipe de campagne souhaite « remettre à plat Schengen pour repartir sur des bases plus simples et retravailler le sujet ». D’un côté, Abdoul Doukaïni dit ne pas être «  contre Schengen » tout en affirmant que « tout le monde est unanime pour dire que ça ne marche pas ». Zaïdou Tavanday appelle cependant à ne pas « contester la logique de liberté de l’Europe ».
Si les politiciens LR semblent ainsi tomber dans leur propre définition du populisme, M. Tavanday dresse un distingo avec l’extrême droite. « Nous, on ne renvoie pas la France chez elle, on demande juste à ce que Mayotte intègre la stratégie nationale et soit rétablie dans le droit commun, rien que ça » plaide-t-il, souhaitant éviter « toute caricature ».
Il met sur le même plan que le RN la France Insoumise, qualifiant le député sortant Younous Omarjee de “communiste” qui serait “contre l’Europe”, malgré son élection par le Parliament Magazine “meilleur député européen” en 2018. Un symbole qui ne fait pas l’unanimité.

Un programme également économique

Zaïdou Tavanday dresse une définition du populisme assez proche de ses propres arguments de campagne

Sur le plan économique, Zaïdou Tavanday rappelle que l’Europe est partout à Mayotte, de la barge à l’hôpital de Petite Terre en passant par le haut débit. « On ne peut rien faire de grand ou de solide à Mayotte sans l’argent européen ».
L’équipe de campagne souhaite au Parlement européen « soutenir et améliorer la compétitivité de l’agriculture mahoraise en tenant compte de ses handicaps géographiques » et « permettre le renouvellement des flottes de pêche ».
Contre la vie chère, l’équipe dénonce « la non application du droit de la concurrence européenne » notamment « en matière de connexion aérienne, dans la distribution et dans le BTP », affirmant que « des ententes illicites et des abus de position dominante sont monnaie courante au détriment du pouvoir d’achat des Mahorais ». « L’Europe doit également nous protéger à ce niveau-là » plaide l’équipe LR.

Y.D.

1 COMMENTAIRE

  1. je ne savais pas qu’il y avait une nouvelle représentation du théâtre de Guignol… dommage ! 😂😂 ils sont impressionnants les mecs de LR à Mayotte 🤡🤡🤡🤡

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here