25.9 C
Dzaoudzi
mardi 30 novembre 2021
AccueilorangeFormation professionnelle : 68 millions d’euros sur 4 ans grâce au CREFOP

Formation professionnelle : 68 millions d’euros sur 4 ans grâce au CREFOP

La formation professionnelle qui était jusqu’à présent la grande oubliée, avec une année blanche en 2017, voit désormais se pencher beaucoup de têtes bienveillantes au-dessus de son berceau. Et un financement qui commence à se montrer à la hauteur des enjeux.

Slogan éculé, mais qui pour le coup colle à la réalité : la formation professionnelle, c’est désormais l’affaire de tous. Créé par la loi du 5 mars 2014, le CREFOP a été mis en place à Mayotte en novembre 2018 par Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. Il était très attendu sur un territoire où la formation professionnelle était réduite à portion congrue, « c’était peanuts en financement », dira un des participants. Et alors que le taux de chômage est de 35% en 2018, au sens du BIT, un chômage qui touche en réalité quasiment la moitié de la population en âge de travailler.

Plusieurs acteurs ont désormais la responsabilité de la programmation de la formation professionnelle qui échouait jusqu’à présent au conseil départemental de Mayotte, sur sa compétence Région. Ce dernier copréside avec le  préfet le Comité régional de l’Emploi, de l’Orientation et de la Formation professionnelle (CREFOP), qui est quadripartite : les représentants de l’Etat, ceux du conseil départemental, les membres des organisations syndicales et patronales, et les représentants des principaux opérateurs de l’emploi et de la formation professionnelle.

Personne n’est oublié donc dans cette mission de coordination des politiques d’orientation, de formation professionnelle et d’emploi, qui aura aussi le rôle de contrôle de l’efficacité de la politique menée.

Etant donné le faible niveau de compétence à Mayotte, les acteurs présents à la Séance plénière ce vendredi 5 avril, ont débattu sur la nécessité de mettre l’accent sur l’apprentissage et sur l’accompagnement vers l’emploi des personnes peu ou pas qualifiées, visées par le PUIC, le Pacte Ultramarin d’Investissement dans les compétences de Mayotte.

Miser avec constance sur le tourisme

La ministre Muriel Pénicaud mettait en place de CREFOP à Mayotte en novembre 2018

« J’ai demandé que le nombre de places d’apprentis soit doublé d’ici le 31 décembre 2020, nous rapporte le préfet Dominique Sorain, et nous partons de très bas, 250 pour monter au moins à 500 places. » Problème, il n’y a pour l’instant que le Centre de Formation des Apprentis académique (de l’Education nationale), « en attendant que soit finalisé celui de la Chambre des Métiers », et le déficit de maîtres de stage ne permet pas d’encadrer efficacement les jeunes apprentis. Pour y pallier, les regards se sont tournés vers le RSMA, « qui possède des relais compétents. Et nous devons demander des dérogations pour élargir cet accompagnement aux aides moniteurs de la formation professionnelle », complète le préfet.

En ce qui concerne les personnes « fragiles », sans qualification, le PUIC permet de leur garantir des parcours qualifiants en consolidant leurs compétences. Pour sécuriser le parcours de formation, il peut aussi proposer des mesures d’accompagnement dans leurs accès aux droits sociaux, dans l’aide aux déplacements, à l’hébergement ou la restauration.

Les participants ont aussi défini les secteurs en besoin de main d’œuvre, et le tourisme figure en bonne place, malgré son inscription dans la catégorie « Secteurs émergents ». Le tourisme, un secteur qui n’en finit plus de devoir émerger à Mayotte… Une professionnalisation des prestataires ne pourra qu’être bénéfique, en attendant son explosion, un jour. El-Anziz Hamidou, secrétaire départemental de FO, lie le développement de ce secteur aux investissement structurants à attendre de l’Etat : « Je connais des entreprises touristiques qui n’attendent, pour venir à Mayotte, qu’un rallongement de la piste pour leur garantir la desserte aérienne. »

Contrôle des politiques menées

La séance plénière du CREFOP ce vendredi

A nouveaux enjeux, nouveaux moyens : « L’Etat s’engage désormais aux côtés du conseil départemental à hauteur de 21,3 millions d’euros sur 4 ans. Ajoutés aux prés de 47 millions d’euros du conseil départemental, ce sont 68 millions d’euros qui seront investis dans la formation sur la période 2019-2022 », explique le préfet. Une convention qui implique un contrôle de l’effectivité de l’allocation des sommes. Un tableau détaille la répartition des sommes par année.

Cinq commissions permanentes ont été entérinées ce vendredi. La première sera chargée du suivi de la situation de l’emploi et des besoins en termes de formation et de qualification. Une autre sera chargée du suivi et de l’évaluation des politiques publiques de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles. Une commission sera dédiée à l’Apprentissage et à l’alternance. Une 4ème gèrera la représentation sur le territoire des opérateurs de compétences nationaux et le financement de la formation professionnelle à Mayotte, et enfin, mais non des moindres, une commission sera chargée du diagnostic, et de l’évolution des outils et des organismes de formation à Mayotte.

Les responsables des commissions n’ont pas encore été désignés. La coordination de leurs travaux sera assurée par le bureau du CREFOP.

Si beaucoup de jeunes sont en errance à Mayotte, le sous-investissement en formation professionnelle n’y était pas pour rien. On change désormais de braquet semble-t-il, « on passe de la formation de masse à l’individualisé », constatait El Anziz Hamidou.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

COI, Mayotte, Seychelles, Comores

Réunion a minima d’une partie des ambassadeurs de la région à...

0
L'ambition de cette rencontre sur la COI s'est réduite comme peau de chagrin au fur et à mesure des impératifs incontrôlables de ses protagonistes....
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan