« Des services publics plus proches et plus transparents »… Venez vous exprimer sur le vaste chantier du Grand Débat

« Avez-vous déjà renoncé à des droits ou allocations en raison de démarches administratives trop complexes ? » Ceux qui sont concernés par ce sujet, ou par ceux des 4 thèmes du Grand Débat, ont jusqu’à ce soir pour remplir un questionnaire à la gare maritime de Mamoudzou.

1
169
Sous le regard d'Etienne Guillet, deux animatrices vont à la rencontre du public

Une toile bleue a fait son apparition à côté des bancs où patientent les passagers pour la barge en Grande Terre. « Comme partout en France, pendant deux jours, nous accueillons la population qui souhaite participer au Grand Débat National. Ici, la permanence n’est pas dans les gares ou à La Poste, mais à la gare maritime où transitent de très nombreux voyageurs chaque jour », explique Etienne Guillet, Directeur de cabinet du préfet, et référent du Grand Débat à Mayotte.

Deux animatrices ont été recrutées, Moinecha et Anchifia, qui s’affairent à démarcher les passagers en attente. Et ça n’est pas toujours évident : « Certains nous disent ‘ça sert à rien ! Personne ne nous lira !’ Nous leur expliquons que tout sera consulté. » « Toutes le fiches seront numérisées et envoyées à Paris pour apporter leur contribution au Grand Débat National », complète Etienne Guillet. Il fait le bilan à la fin de cette première journée, « une cinquantaine de questionnaires ont été distribués depuis ce matin. Certains nous les remettent de suite, d’autres lorsqu’ils reprendront la barge. »

La confiance, une question centrale

Ça cogite sec !

Quatre questionnaires différents trônent sur les tables, correspondant aux quatre thèmes du Grand Débat : l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la fiscalité et les finances publiques, la démocratie et la citoyenneté.

Certains ne manquent pas d’humour. En réponse à la question « En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société ? », on peut lire « A moi-même, car j’ai confiance en moi ! » Le même se fait plus sérieux ensuite en recommandant de donner davantage de pouvoirs à des syndicats bien formés.

Pour Etienne Guillet, l’exercice a comme vertu principale de pouvoir « toucher des gens qui n’osaient pas ». Le stand est encore ouvert aujourd’hui, jusqu’à 17h.

La prochaine étape, ce sera la Grande conférence régionale citoyenne, les 22 et 23 mars prochains. Ces ateliers participatifs réuniront les 34 citoyens mahorais et mahoraises tirés au sort, et représentatifs de la diversité sociologique du territoire. Ils devront débattre sur les 4 grands thèmes.

A.P-L.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here