Lancement de l’étude pour la desserte maritime au Département

Les petits-terriens le font bien chaque jour : prendre le bateau comme on prend un taxi, et voilà qui pourrait devenir réalité au nord et à l'est de l'île, désengorgeant ainsi le réseau routier. En tout cas, l’étude est lancée.

27
508
Desservir Mamoudzou par la mer

Prendre le bateau à Trévani ou à Iloni pour rallier Mamoudzou, une idée qui avait été couchée sur le papier par un acteur du port de Longoni qui l’avait remise en 2009 au secrétaire d’Etat Chargé des Transport Dominique Bussereau lors de son passage à Mayotte. Le projet n’avait guère évolué depuis. Il semble bien que le conseil Départemental soit prêt à se l’approprier, dans le cadre de sa compétence Transports, bientôt assumée en tant que Région.

Parallèlement au développement d’un réseau de transport public routier, le Département souhaite mettre en place deux lignes maritimes de transport de voyageurs par le lagon de Mayotte. Ne rêvons pas trop vite aux vaporetto vénitiens, mais il semble bien que l’idée d’utiliser des barges ait évolué, une réflexion en tout cas est en cours.

Il s’agit avant tout de proposer une alternative aux transports routiers et à ces interminables bouchons qui ralentissent particuliers et entreprises tous les matins. Il serait sans doute intéressant de proposer une desserte maritime dédiée aux poids lourds qui gagneraient ainsi un temps précieux.

Démarrage des travaux en 2021

En 2014 déjà, le préfet Morsy visitait la zone où devait être implanté la gare maritime à Iloni

Dans ce cadre, l’Agence Française de Développement (AFD) doit épauler le conseil départemental en apportant sa quotte part à l’étude. Elle portera sur la conception des aménagements terrestres, accueil, parking et voieries, capables d’accueillir deux lignes : une liaison nord entre Longoni et Mamoudzou, et une sud, entre Dembéni et Mamoudzou.

L’étude démarre ce mois ci, pour un démarrage de travaux en 2021 en raison du nombre d’étapes à respecter (Etudes d’avant-projet, géotechniques, etc.)

Pour l’AFD, il s’agit de déployer son action de soutien à la mise en œuvre des politiques publiques, avec une double mission de financement (prêts) et d’appui-conseil, notamment en terme d’études. Et de répondre « aux revendication des élus et de la population du printemps 2018 », notamment en matière d’infrastructures.

L’AFD veille

Relevant dans le préambule de convention de commande, l’hyper concentration de population dans la banane Koungou-Grand Mamoudzou, « avec les deux communes de Petite Terre, elle concentre la moitié de la population », l’Agence accompagne cette étude à hauteur de 12,5% de son montant de 300.000 euros.

Un accompagnement qui pourrait garantir qu’elle ne finisse au fond d’un tiroir, l’AFD étant invitée à tous les Comités de pilotage. En tout cas, si l’étude n’est pas validée dans les temps, les 5.000 euros de contribution initiale, et les 55.000 euros d’intermédiaire, devront être remboursées par le Département.

Le président du Département avait ainsi annoncé vouloir mettre en place un transport multimodal vers l’aéroport, dont l’histoire commencerait par un bus depuis Kani Keli, pour se poursuivre en bateau à Dembéni, et se finir avec la barge et le taxi en Petite Terre.

Anne Perzo-Lafond

27 Commentaires

  1. En ce qui concerne la desserte maritime d ILONI une étude portée en 2009 par la commune de DEMBENI et actée par le département existe déjà mais confinée dans les cartons il faudra la ressortir et travailler dessus sans pour autant dépenser des sous inutilement et réactualiser certains points notamment les travaux sur le parking à prévoir

  2. Bah oui, une nouvelle étude créée de toute pièce pour embaucher un « fils de » en chargé de mission… on connait la suite: les résultats seront mis au placard jusqu’à la prochaine étude en 2025 !

  3. Opter plutôt pour des axes routiers sur les monts. C’est plus rapide et c’est favorable à l’économie mahoraise. Les barges c’est lent ça ralenti les échanges comme les embouteillages

  4. « les petits terriens » c’est pas très gentil pour les gens de la Petite Terre. On voit là la nécessité de revenir la vraie à toponymie de cette île comme le réclame Fatihou Ibrahim. Petite Terre s’appelait autrefois « l’île de Pamandzi »

  5. On n’en es encore qu au stade de l’étude sa prendra encore 50 ans à être réalisé si c’est une structure publique…
    on est plus proche de l’imaginaire pour ce projet que de la réalité …

    • Je serai optimiste quand les choses seront faites correctement ! La y’a pas matière à l’être ! On est déjà en pleine souffrance à cause des bouchons et eux sont encore au stade de l’étude de faisabilité ! Pffff

  6. Quid de l’écologie? Une barge consomme une énorme quantité de gazoil… Le meilleur projet reste de développer le réseau routier en Grande-terre ET entre Grande-terre et Petite-terre. Il n’est plus possible de passer autant de temps dans les transports, notamment ceux que l’on ne contrôle pas !!! UN PONT, UN PONT, UN PONT, UN POINT C’EST TOUT !!!!!??

    • Revoyez vos calculs, une barge, tout comme un bus, consommera toujours moins qu’un véhicule individuel pour chaque personne transportée. Quant au pont, voilà une belle connerie pour créer des embouteillages jusqu’à l’Abbatoir et qui, heureusement, ne verra jamais le jour ?

    • Des véhicules de transport en commun peuvent effectivement être plus sobres et plus économiques mais uniquement s’ils sont bien entretenus et préférés aux véhicules personnels. Or, la desserte n’étant pas globale (parkings, correspondances, etc…), je doute du bon fonctionnement de ce projet…
      De plus, les embouteillages à Mamoudzou sont déjà dus à la barge et la mauvaise gestion des flux de circulation. Je pense donc qu’au contraire, le pont fluidifierait le trafic routier.

  7. Les études du CD n’ont pas pour vocation d’enrichir le CD ou des personnes proches de ses membres. Le CD doit être au service de la population avec, pour SEUL OBJECTIF, le DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L’ÎLE !!!!!!???

  8. Franchement n’importe quoi. Parce que vous pensez vraiment que je vais laisser ma voiture dans un parking puis prendre une barge depuis le Nord pour aller à Mamoudzou et revenir. Faites le compte d’heures!!……. peut-être avec des vedettes ultra-rapides, pourquoi pas et des heures o-clock mais pas à l’africaine. Je rêve car encore une fois l’étude bouffera le budget du projet, rien que ça. On recommencera une autre étude avec le futur président. Ainsi va la musique. Mais nous les mahorais avons la mémoire d’un poisson rouge.

  9. 303189 960118I discovered your weblog post web internet site on the search engines and appearance several of your early posts. Always preserve the top notch operate. I additional the Feed to my MSN News Reader. Seeking forward to reading much much more on your part down the line! 280099

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here