Emploi de personnes handicapées, des aides existent

D'ici à 2022, les entreprises mahoraises de plus de 20 salariés devront recruter 6% de travailleurs handicapés contre 2% actuellement. Un changement progressif mais qui s'anticipe, et pour lequel des aides sont prévues.

0
517
La réunion a rassemblé entrepreneurs et administrations
De 2019 à 2022, il faut aux entreprises de plus de 20 salariés embaucher de plus en plus de salariés handicapés pour passer de 2% à 6% des effectifs en équivalents temps plein. Soit un point de plus par an.
Selon la Maison des entreprises, ce sont quelque 300 travailleurs en situation de handicap qu’il faudra avoir recruté d’ici quatre ans.
Pour s’y préparer, la CCI Mayotte recevait ce mardi Frédérique Bédier, de l’Agefiph Réunion-Mayotte. Chargée d’études et de développement au sein de l’association, elle animait une matinale d’informations.

“On est là pour anticiper les changements pour l’emploi des personnes en situation de handicap” explique le délégué du Medef présent sur place.
Pour le président de la CCI Mohamed Ali Hamid, il est temps de “libérer le potentiel des entreprises”. “Sans les salariés, l’entreprise n’est pas grand chose” poursuit-il. Considérant que le handicap est “dans la tête”, il invite à changer de regard pour se conformer aux nouvelles règles en vigueur. “Ray Charles n’est pas un petit musicien de quartier” illustre-t-il.

Mohamed Ali Hamid veut libérer le potentiel des entreprises par l’emploi de personnels handicapés

Pour l’heure selon l’Agefiph, seule une 60aine d’entreprises a transmis sa “déclaration d’obligation d’embauche”. Un chiffre qui correspond selon la CCI aux entreprises de plus de 20 salariés à Mayotte. Tout est en ordre donc de ce point de vue-là.
Reste à recruter. Une tolérance est admise pendant trois ans, mais ensuite, des compensations financières peuvent être appliquées.

“Il y a une accélération sur l’emploi des personnes en situation de handicap » souligne la Maison des entreprises.  Mais il va falloir l’accompagner, on a un tissu de chefs de petites entreprises qui ont peu de temps pour monter les dossiers”.

Pour se conformer, des aides existent. Par exemple pour un jeune en apprentissage ou en contrat pro, l’aide financière peut aller de 500 à 4000€. Des aides existent aussi pour le recrutement, la formation, l’information des collègues ainsi que l’aménagement du poste de travail.

Le taux d’emploi évolue jusqu’en 2022

Pour les entreprises qui n’auront malgré ça pas réussi à embaucher de travailleur reconnu comme ayant un handicap par la MDPH (maison départementale des personnes handicapées), une autre option est possible : la contribution financière à l’Agefiph. Mais cette dernière peut augmenter considérablement si aucun recrutement n’a lieu sous 4 ans.
Si la tâche peut sembler ardue, pas de panique, l’exemple métropolitain montre que c’est possible. Sur l’ensemble du territoire, seules 7% des entreprises n’emploient aucun salarié handicapé.
Pour toute information les employeurs peuvent écrire à l’adresse
dr974@agefiph.asso.fr

 

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here