Une mini-Cité des Métiers à Koungou, en attendant de voir grand

Si bons nombres de projets fleurissent chaque jour dans certaines communes de l’île, de plus en plus nombreuses à porter des ambitions, Koungou n’émerge pas encore. Sa conseillère départementale, Raïssa Andhum, a de l’ambition pour la jeunesse de son canton.

0
396

« Koungou est le territoire où on enregistre le plus gros déficit d’emplois », constate Raïssa Andhum, 3ème vice-présidente du Département, chargée de l’Aménagement et du Développement durable. Et au lieu de proposer des pistes, la commune s’enfonce, puisque, jadis inaugurée en grande pompe, l’antenne de la Mission locale a fermé. « Les jeunes doivent se rendre à Mtsamboro ou Mamoudzou, et les demandeurs d’emploi à Dzoumogné qui a son antenne de Pôle emploi ».

Un constat qui a incité l’élue à porter le projet d’un Centre social, une ambition de long terme, « d’ici quelques années », en raison des contraintes qui lui sont opposées. En attendant, elle a cherché de l’immobilier rapidement disponible pour y installer une première base. Et a sollicité les cadis pour récupérer leurs maisonnettes sur la place centrale à Koungou village, et entreprendre des travaux.

Une chance aux non qualifiés

La maisonnette des cadis à transformer

« Il y aura un espace multimédia avec 15 ordinateurs, un espace documentation, une salle de réunion et un bureau. L’objectif est de rapprocher l’offre, des demandeurs d’emploi qui vont pouvoir consulter de manière numérique les offres d’emploi, les concours, et effectuer leurs démarches administratives. »

Les entreprises de la commune seront conviées pour tisser un lien avec les jeunes y résidant, « ils se plaignent de n’être pas recrutés au sein de ces activités locales. Certains n’ont pas de qualification, nous allons donc nous inspirer d’une action réunionnaise qui fait venir des entreprises nationales en mission pour recruter sur leurs postes non pourvus en personnel non qualifié. »

Une petite structure qui se veut une déclinaison de la Cité des Métiers de Mamoudzou et qui pourra bénéficier des actions qui y sont entreprises.

Une mini Cité des métiers qui nécessite un mini-investissement de 360.000 euros, financés par le conseil départemental et l’Etat, dans le cadre du CPER, et les fonds européens. Les travaux devaient commencer il y a deux semaines, « nous les lançons ces jours-ci », rapporte Raïssa Andhum.

Anne Perzo-Lafond

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here