27.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilFil infoMarché public à Mamoudzou : vers un procès en appel pour tous...

Marché public à Mamoudzou : vers un procès en appel pour tous les condamnés

Mohamed Majani risquait 3 ans d’inéligibilité

Condamnés pour la plupart, mais de nouveau présumés innocents. Le procès pour délit de favoritisme qui avait conduit à la condamnation du maire de Mamoudzou sera rejoué en appel.
L’appel, qui doit être formulé dans les 10 jours suivant un jugement, est une arme à double tranchant, il peut donner lieu à une peine allégée, ou alourdie. Ainsi, l’appel peut émaner d’un condamné qui estime sa peine trop sévère, ou du parquet qui estime la décision des juges trop légère. Dans ce cas précis, chacun avait des raisons de faire appel. Les condamnés, notamment pour le montant des amendes prononcées. Mais le parquet pouvait aussi être tenté de regretter l’absence d’inéligibilité, peine complémentaire que le procureur avait pourtant réclamée contre le maire Mohamed Majani. Selon nos informations, c’est pourtant de la défense qu’est venue la procédure. Au moins un des condamnés a souhaité interjeter appel pour tenter d’obtenir une peine réduite, voire une relaxe. Ce qui a amené le parquet à faire appel dans l’ensemble des dossiers “pour laisser à la Cour la possibilité de juger l’ensemble” explique le procureur.
Dès lors, les cartes sont rebattues et toutes les possibilités sont sur la table. Les relaxés, notamment la mairie de Mamoudzou, pourraient se voir condamnés. Si le maire est jugé coupable une nouvelle fois et que l’inéligibilité est requise et prononcée en appel, il pourrait être écarté de la course à la mairie de 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid : à la veille du brassage des vacances, l’ARS incite...

0
Au cours de la semaine du 28 novembre au 4 décembre, 73 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi les patients domiciliés à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.