La ministre des Outre-mer à La Réunion dès mercredi, annonce une baisse du prix des hydrocarbures

0
436
Une véritable marée jaune a envahi la ville du Port samedi, preuve d’une mobilisation qui ne faiblit pas

Cela fait dix jours que les gilets jaunes sont mobilisés à La Réunion et le mouvement ne semble pas faiblir. Hier, lundi, on dénombrait une quarantaine de barrages sur les routes du département et les leaders l’avaient annoncé la veille, le mouvement se durcit. Les déplacements sont de plus en plus difficiles, ce week-end les grandes surfaces ont pu ouvrir mais les rayons se vident, un millier de conteneurs sont en souffrance au port.

Samedi, alors qu’un nouvel appel au rassemblement était lancé au niveau national, les gilets jaunes de La Réunion se sont donné rendez-vous dans la ville du Port. Entre 3000 personnes et 8000 personnes, selon les sources, se sont ainsi réunies, dans une ambiance festive, au son du maloya.

Après avoir annoncé sa venue à La Réunion pour le milieu de semaine, Annick Girardin a souhaité désamorcer les tensions en annonçant avant même son arrivée, la baisse avec effet immédiat des hydrocarbures et du gaz : -7 cts sur le gazole (1€21), -13 cts sur le sans-plomb (1€43) et -1€33 sur la bouteille de gaz (17€42). Elle a par ailleurs fait savoir qu’elle est une femme de terrain et qu’elle se rendra sur les barrages « à la rencontre des gilets jaunes s’ils le souhaitent ». Elle a appelé de ses vœux la réouverture des établissements scolaires et la levée des barrages pour permettre une reprise de la vie économique. Froidement accueillie par les leaders des gilets jaunes, qui se font désormais appelés « la coordination des gilets jaunes responsables », ont annoncé dimanche soir sur Réunion 1ère qu’ils exigeaient la retransmission en direct radio et télé des échanges avec la ministre des Outre-mer, comme cela s’était fait lors du mouvement des 500 frères en Guyane en 2017.
Le couvre-feu a été levé dimanche, les violences nocturnes se sont éteintes peu à peu, plus d’une centaine d’interpellations a eu lieu, ce qui semble avoir calmé les casseurs et autres « coupeurs de route ».

Le mouvement s’inscrit donc dans la durée et la ministre devra apporter dans ses valises car les attentes sont énormes, plus de 500 revendications ont été listées, et des mesures concernant l’emploi, le pouvoir d’achat et des aides aux entreprises sont attendues.

M.C.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here