28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEconomieLe grand retour de la canne à sucre à Mayotte ?

Le grand retour de la canne à sucre à Mayotte ?

Lors du premier forum économique de Mayotte, Alain Kamal Martial Henry a retracé l'histoire de l'île dans ses échanges commerciaux, et évoqué son passé agricole. L'âge d'or de la canne à sucre était révolu depuis un siècle, mais un entrepreneur pourrait réveiller ce vieux rêve mahorais.

Le premier forum économique de Mayotte est un carrefour des idées. Des entrepreneurs de tout l’Océan indien s’y retrouvent pendant deux jours pour y échanger, partager des projets. Derrière tout cela, il s’agit en priorité de séduire ces investisseurs voisins, pour les amener au cœur du lagon. Le forum pour Soibahadine Ibrahim Ramadani, président du Département, doit être “un outil au service de l’économie de Mayotte”, territoire “fortement tiré par les investissements publics” selon la préfecture. Il n’en a pas toujours été ainsi.
Alain Kamal Martial Henry, docteur en littérature et historien de Mayotte a retracé l’histoire commerciale de l’île. Depuis le VIIIe siècle, quand tout le bassin indo-océanique ne jurait que par les navires de l’archipel des Comores, au XVe siècle avec ses échanges massifs, son trafic d’esclaves et jusqu’au XIXe, quand la France a décidé de s’installer à Dzaoudzi et de faire de Mayotte une terre de canne à sucre. Un rapide résumé d’une histoire révolue, qui montre que la position géographique de l’île en fait un leader naturel du business dans le canal du Mozambique et au delà. Révolu ? Pas forcément.

Alain Kamal Martial Henry expose une histoire de Mayotte qui, pour le meilleur, pourrait se répéter

La délégation des entrepreneurs de l’Océan indien était menée par un vieux connaisseur de la région, Xavier Desplanques. Se définissant comme “sucrier de formation”, il a été directeur de sucrerie en Afrique centrale avant de partir à Madagascar où il a fait carrière dans le textile, jusqu’à l’effondrement de ce secteur d’activité. Depuis quelques années, il y travaille à un concept de production sucrière à moyenne échelle. Le concept ” c’est une activité agricole servant un petit projet semi-industriel” indique-t-il. Et Mayotte dans tout ça ? Hé bien Mayotte serait la prochaine étape de l’entrepreneur qui habite désormais à Maurice. “Mayotte a une climatologie propice à la canne à sucre” souligne-t-il.

Du sucre made-in Mayotte
Ce qu’il souhaite réaliser, c’est “un projet sucrier qui se veut un copié-collé de ce qui vient de se faire à Madagascar. Il s’agit de créer des unités de transformation semi-industrielles de la canne à sucre. L’idée est de fédérer des unités agricoles dans des régions où il y a eu de la canne à sucre, avec une centaine de familles paysannes réunies en coopérative.”

Salle comble pour le premier forum économique de Mayotte, porté par l’ADIM et la CCI

Dans les prochains mois, il va donc étudier le terrain pour définir les lieux qui se prêteront le mieux à de nouvelles plantations de canne à sucre. Il y ramènera ensuite des plants de Madagascar qu’il confiera à des familles d’agriculteurs pour en assurer l’exploitation.
Les plantations pourraient avoir lieu dès 2019.
Pendant ce temps, il installera des unités de transformation. Pas question pour autant de produire du rhum, ou de viser l’export.

“J’envisage un outil de fabrication de 400 à 800 tonnes de sucre roux par an, destinées au marché local, pour le café, mais aussi pour les préparations culinaires. Il y a un volet culturel aussi, je voudrais construire un musée du sucre à des fins touristiques pour expliquer ce qui rejoint l’histoire de Mayotte. Mayotte est un petit marché, il faut donc travailler sur de petits projets, avec des budgets à taille humaine.”

Xavier Desplanques veut relancer l’industrie sucrière à Mayotte

Un marché local, ça veut dire deux choses : un prix de revente adapté au coût de la main d’œuvre, et donc peu impacté par les cours internationaux et la concurrence de pays moins regardants sur les droits des salariés, et des aides publiques pour lancer tout cela. D’ici la fin de l’année, Xavier Desplanques devrait avoir déposé à dossier à l’ADIM, mais aussi auprès de la préfecture pour tenter de bénéficier de fonds européens comme le FEADER, destiné aux projets agricoles.
Si le projet voit le jour, il devrait créer une centaine d’emplois à temps plein dans les plantations qui s’étendront sur une centaine d’hectares, et une autre centaine d’emplois, saisonniers ceux-ci, pour faire fonctionner les unités semi-industrielles. Et si l’agenda prévu est respecté, on trouvera du sucre roux made-in Mayotte dès 2021.
Y.D.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139521
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com