28.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilEconomiePesticides à Mayotte "on pourrait se retrouver dans une situation similaire aux...

Pesticides à Mayotte "on pourrait se retrouver dans une situation similaire aux Antilles"

Nyambadao accueille toute la journée de ce jeudi une conférence sur l'usage des pesticides à Mayotte. Une problématique majeure de santé publique, puisque des produits interdits sont utilisés dans l'agriculture informelle, et que l'air comme les rivières sont pollués.

Les premiers contrôles sur l’usage des pesticides à Mayotte datent de 2008, et ils sont rapidement devenus source d’inquiétude. Selon diverses données recueillies, il apparaît que les tomates et concombre subissent des traitements phytosanitaires qui vont jusqu’à quatre fois la dose autorisée. En moyenne, la dose maximale autorisée est doublée par les agriculteurs, selon un échantillon de 30 exploitations contrôlées par la DAAF. L’utilisation des produits phytosanitaires a bondi de 10% entre 2008 et 2015. 2015, c’est aussi la première année où la DAAF a mené des contrôles auprès d’exploitations informelles. Les résultats de cette année voient apparaître cinq produits interdits, signe que des agriculteurs non déclarés utilisent des produits de contrebande, particulièrement dangereux et pis, en des quantités importantes.

“La question, c’est comment faire pour toucher ce public, note Christophe Bretagne, directeur du lycée agricole de Coconi. On ne voit pas arriver ces produits interdits, donc la problématique, c’est comment la réguler, et sensibiliser un public qui officiellement n’existe pas. La solution est urgente !”
Mais l’usage des produits autorisés pose également problème.
Car ils sont trop utilisés, ou mal utilisés, ceux-ci se retrouvent dans la nature, dans l’eau et dans l’air. En tout, pas moins de 18 pesticides ont été détectés dans les rivières de Mayotte. “C’est beaucoup pour notre territoire, note le directeur du lycée agricole. Le danger, c’est de croire qu’à Mayotte tout va bien car on n’a pas d’agriculture intensive. C’est une fausse idée, même à Mayotte on est en danger, et on pourrait se retrouver dans une situation similaire aux Antilles -confrontées à la crise du Chlordécone, un pesticide utilisé pour les bananes pendant des années NDLR-.”

Un enjeu de santé publique

Les rivières regorgent de différents pesticides à Mayotte. Rivière de l’Ourovéni (Image d’archives)

Le chiffre de 18 pesticides est d’autant plus inquiétant que, rappelle le responsable, “on ne trouve que ce qu’on cherche. Par exemple, on ne recherche pas le glyphosate dans l’air, alors qu’on l’utilise à Mayotte en grande quantité.” Une donnée manquante, alors que selon Hawa, l’association qui analyse la qualité de l’air à Mayotte, “Entre 25 et 75% des produits pulvérisés n’atterrissent pas sur le champ, mais partent dans l’air et les pluies”.

La difficulté, c’est de concilier la santé publique, mise à mal par ces produits omniprésents dans notre environnement, et la réalité économique qui incite à leur usage. “Il faut aller vite pour trouver des solutions alternatives et donner un revenu convenable aux producteurs” estime Christophe Bretagne. “La biodiversité est sensible, mais il faut trouver aussi un équilibre économique”.
La priorité de ce séminaire sera de déboucher sur des actions de sensibilisation pour toucher les agriculteurs au plus près, et aller vers une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, en attendant des solutions pour s’en passer.
“A Mayotte, on a une chance locale, rappelle le chef d’établissement, qui est le jardin mahorais. Il faut mieux le connaître pour le faire évoluer vers une dimension nouvelle” afin que ce qui marche pour nourrir une famille, s’adapte à ceux qui œuvrent pour nourrir le reste de la population.
Outre les agriculteurs et les habitants, cette action de sensibilisation vise un autre public : les élus locaux. “Il n’y aura pas de modification durable sans le monde politique, conclut le responsable du lycée de Coconi, c’est en local qu’il faut prendre en main les solutions. Sans eux, l’Etat ne peut pas faire grand chose”

Y.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Course de pneus, Mayotte

Finale du Jeu mobile Officiel Course de pneus qui s’exporte dans...

0
La crise sanitaire avait obligé l'agence Angalia organisatrice de la Course de pneus à agiter ses méninges l'année dernière. Cela avait donné lieu à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.