Les femmes entrepreneurs récompensées

Ça continue de bouger dans l’entrepreneuriat conjugué au féminin : à l’issue du Salon qui lui était consacré, 3 prix viennent d’être remis chez deux des partenaires, Madora et Maya Lingerie.

0
424
Trois heureuses gagnantes

Pour la 2ème année consécutive, la BGE lance avec son Salon, la loterie de l’entrepreneuriat au féminin : « L’objectif est de récompenser des femmes actives dans les catégories « Influence », « Premium », avec cette année, un spécial « coup de cœur », rapporte Maymouniati Ahamadi, directrice de BGE Mayotte.

Des prix qui peuvent toucher le tourisme ou les activités professionnelles, en fonction des partenaires. Madora et Maya Lingerie ont offert chacun 130 euros en chèques cadeau et en coffrets, Maoré jet, 5 euros de réduction sur les bouées tractée, Somabahari, un permis bateau et Leader distribution, deux boitiers de terminal de paiement.

Au tirage au sort, c’est Raïsha Toillal, avec « Ô bien être »*, qui emportait le prix « Influence ». Institut de beauté, créé en mars dernier, « pendant la grève », et sis rue Mamawé (rue qui mène à l’église et au Bosphore), elle tire sa particularité des produits employés : « Je suis dépositaire de deux marques, ‘Académie scientifique de beauté’, créée en 1926, et ‘Manuscrit’, qui n’utilise aucun composant pétrochimique, et qui me permet de proposer des produits pour les enfants, qui se retire à l’eau et au savon ».

Un coup de cœur pour la Maison blanche

Plein d’attentions pour le coup de cœur envers Dahibou Madi

Pas étonnant qu’Erika Bellot ait concouru dans la catégorie « Premium »*, puisqu’elle met en place un concept encore peu répandu à Mayotte : le secrétariat et l’assistance à distance, « pour proposer ces services aux entreprises qui ne peuvent pas recruter. J’accompagne le montage de tous les dossiers. »

Le coup de cœur, ira droit à Madi Dahabou, pour sa « Maison blanche couture »*, qui fait du sur mesure, « aussi bien les salouvas que les jupes ». Elle est installée au cœur du village de Bandraboua.

Avec l’opération menée la semaine dernière en direction des femmes entrepreneurs par l’Adie, ce sont deux rendez-vous forts dans un département où 54% des créations sont le fait des femmes. Du mérite donc pour la BGE et l’Adie qui de leur côté auraient besoin d’oxygène pour soulager leurs problème de retards de paiement, notamment de la part des collectivités et du Fonds social européen (FSE).

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

* « Ô bien être », 0639 68 90 90 – « Premium », 0639 22 40 52 – « Maison blanche couture », 0639 07 82 05

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here