La SMART placée en redressement judiciaire

Un jugement de la Chambre commerciale du TGI prononcé le 2 octobre, indique que la Société Mahoraise d’Aconage de Représentation et de Transit démontre « qu’elle n’est pas en mesure de faire face à son passif exigible avec son actif disponible ».

0
971
La SMART connaîtra son repreneur dans un mois et demi

L’aconier historique du port, concurrencée par Manu port, filiale de la gestionnaire du port MCG, est dans une mauvaise passe. Il y a quelques jours, la présidente de MCG adressait un courrier à ses dirigeants pour étudier les modalités de leur départ du port, en se basant sur l’annulation de la convention de partenariat qui les liait, validée par le TGI.

Les dirigeants de la SMART avaient indiqué pouvoir continuer à travailler, mais ils avaient appris dans la foulée qu’un des navires feeders de la compagnie CMA CGM leur était retiré. De quoi accroitre le déficit, et c’est 3,3 millions de dettes qui ne peuvent être couvertes, la plaçant en cessation de paiement.

La société emploie 138 salariés, et un plan social est déjà annoncé. Elle évoque aussi la « nécessité de pouvoir accéder à l’outillage public dont elle est actuellement privée », en raison de l’annulation de ladite convention de partenariat par le même tribunal.

Les agents de la SMART avaient enchainé les mouvements sociaux contre une concurrence qu’ils jugeaient déloyale

La SMART est en conséquence placée en redressement judiciaire, « une perspective crédible » pour le tribunal « eu égard au savoir faire de l’entreprise et de ses salariés, encore récemment mis à niveau sur la période 2015-2017 ». Le jugement évoque donc une « période d’observation afin de réaliser un diagnostic de l’entreprise et de préconiser en tant que de besoin, un plan de redressement ». (Lire Jugement Redressement SMART)

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here