28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 9 décembre 2021
AccueiljusticePort de Longoni : lourdes peines requises contre Ida Nel et trois...

Port de Longoni : lourdes peines requises contre Ida Nel et trois salariés

Ils sont élus ou anciens élus du département et ont pour point commun de travailler pour Ida Nel à Mayotte Channel Gateway. Un conflit d'intérêt selon le procureur qui a requis jusqu'à 2 ans de prison avec sursis contre quatre prévenus, dont la patronne de la société gestionnaire du port.

Ahamada Issoufi et El Hadad Soihirat sont tous deux élus au conseil départemental. Ils sont poursuivis pour un cumul de cette activité avec un emploi au sein de la société MCG. Le premier est un ancien de la CCI, il a été naturellement intégré à MCG bien avant son élection au Département. La seconde a rejoint la société en 2015 après son élection.

Cette situation a amené le parquet à s’interroger sur un possible conflit d’intérêt. Selon le procureur, le fait d’assister à des débats concernant une société dont ils avaient, en tant qu’élus, une responsabilité de surveillance, constitue l’infraction. Selon les conseils des deux élus locaux, rien ne prouve qu’ils aient participé à des votes, et le seul fait d’assister à ces débats ne vaut pas participation. Pour M. Ahamada, la situation est moins évidente que pour sa consœur puisqu’il aurait, selon l’enquête, été titulaire de plusieurs procurations lors de séances ayant évoqué le port de Longoni, ce qui tendrait à prouver qu’il a participé aux votes. Tous deux sont poursuivis pour prise illégale d’intérêt.
Si Mme El Hadad assure n’avoir jamais participé aux votes, les compte-rendus de séance disent le contraire. La faute selon les avocats à un manque de rigueur du Département, qui tiendrait ses registres “à la à-peu-près”.

Tous les avocats plaident la relaxe

Le cas de Jacques Martial Henry est différent. Il est le seul à avoir participé en tant qu’élu aux délibérations qui ont mené à l’attribution de la délégation de service public à la société d’Ida Nel, MCG. Son embauche par la suite comme responsable de communication auprès de l’entrepreneure est perçue par le parquet comme une récompense pour services rendus quand il était élu. Ce qu’il dément formellement.

Un vif débat de droit s’est tenu une grosse partie de la journée autour de la légitimité de cette embauche. Un élu titulaire d’une fonction exécutive ne peut en effet pas, depuis 2013, être recruté dans une société dont il a assuré la surveillance ou la gestion, dans un délai de trois ans. Mais pour son conseil, non seulement la loi a été postérieure à ces délibérations, et ne s’appliquerait donc pas à M. Henry, mais surtout, il n’aurait pas été élu à un poste “exécutif”, terme réservé selon les avocats et le prévenu au seul président du Département. Là encore, le parquet offre une analyse différente des textes et de la jurisprudence, qu’il appartiendra au tribunal de trancher.
Chacun de ces trois prévenus risque, selon les réquisitions du procureur, 2 ans de prison avec sursis, 5 ans d’inéligibilité et 20 000€ d’amende.

Ida Nel de son côté, était poursuivie pour complicité de Jacques Martial Henry, le parquet estimant qu’en le recrutant, elle avait participé à l’infraction qui lui est reprochée.
On lui reproche aussi d’avoir, par la même occasion, causé un préjudice à sa société en enfreignant la loi, ce qui a motivé la prévention d’abus de biens sociaux à son encontre. Le procureur a requis contre elle 6 mois de prison avec sursis et 50 000€ d’amende.
Des “réquisitions féroces” selon l’avocat Me Morel qui dénonce “une mise à mort politique”. Il évoque “des preuves fragiles”. Me Jorion voit lui dans cette affaire la preuve d’une “cabale contre Ida Nel et MCG” et assure qu’il n’y  “a pas d’achat d’élus par MCG par une embauche”.

Enfin Me Hesler pour Ida Nel invite à ne pas “tirer à la kalashnikov contre des moustiques”, il estime que le renvoi devant le tribunal visait à “faire le buzz” et plaide que “la mauvaise foi ou l’intention délictuelle ne sont pas démontrées”.

Tous les quatre, avec Me Idriss, demandent la relaxe pour leurs clients.

Ironie du sort, l’affaire a trouvé sa genèse dans la plainte d’Ida Nel et Jacques Martial Henry contre l’association TV Mafoumbouni. Lors du procès que l’association a gagné, des accusations avaient été portées contre le bras droit de la femme d’affaires, dont le parquet s’était saisi. Cette plainte pour injure s’est donc retournée contre les plaignants devenus prévenus. La décision sera rendue le 17 octobre prochain.

Y.D.

2 Commentaires

  1. Désolée MADAME IDA NEL !!!!!
    Je vous en prie de m’aider dans les démarches de mon avenir professionnel , s’il vous plaît , MADAME IDA NEL !!!!!!
    Sérieusement , je souffre énormément dans ma vie , franchement parlé !!!!!!
    Une vie qui demande au juste une aide totale des autres , MADAME IDA NEL , réellement , et véritablement !!!!!!
    DJOIEZI – MOHÉLI – COMORES
    ENSEIGNANT – PROFESSEUR EN ÉDUCATION DE L’ENFANT MONDIAL ,
    CÉLIBATAIRE – CHÔMEUR D’ÉTAT ,
    Veuillez m’excuser , MADAME IDA NEL , !!!!!!!!!!!
    Je suis un homme fidèle , et fier d’être partenaire dans cette catégorie de religion , jugée trop de m’aider dans ma vie , et véritablement très palpable , et très impeccable , de toutes les religions orientales , dans la vie !!!!!!
    Je prie au seigneur , JÉSUS-CHRIST , de m’accorder cette faveur , et cette chance dans ma vie !!!!!!!!!!
    Merci de votre part , et de votre compréhension !!!!!!!
    Cordialement. !!!!!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau à Mamoudzou et Tsingoni le 14 décembre

0
Pour cause de travaux d’amélioration du réseau de distribution, SMAE – Mahoraise des Eaux informe qu’une interruption de la fourniture en eau potable aura...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Sébastien Lecornu, Mayotte

Dans une longue lettre aux maires, Sébastien Lecornu détaille les avancées majeures de la...

0
A lire le courrier du ministre aux maires de Mayotte, on se dit que son passage n’aura pas été infructueux en août. Bien que sa visite avortée en raison de la crise des Antilles fin novembre ne lui ait pas permis d’assurer le service après vente, le ministre livre les 4 axes détaillés de la future loi Mayotte. Plusieurs n’attendront pas sa parution, annonce-t-il
FMAE, Mayotte, Journée mondiale du climat, Word Weather Attribution

La FMAE réveille les politiques sur la prise en compte de l’élévation du niveau...

0
Ce samedi, la Fédération Mahoraise des Associations Environnementales (FMAE) organise avec la mairie de Bandrélé et l’association 976 Sud Prévention, une nouvelle édition de la Journée mondiale du climat. L’occasion de lancer l’Observatoire du Changement Climatique de Mayotte

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre