28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilEducationMission parlementaire : « Nous serons les ambassadeurs de Mayotte à l’Assemblée...

Mission parlementaire : « Nous serons les ambassadeurs de Mayotte à l’Assemblée Nationale »

C’est une mission importante qui rencontre actuellement les acteurs de l’Education, de la jeunesse et de la culture : deux députés, de la majorité et de l’opposition, prennent note des mesures gouvernementales applicables ou non à Mayotte, pour ensuite quand il le faut, les adapter au territoire lors du vote au Parlement.

Entre deux visites de ministres, des commissions, des missions, des délégations… du beau monde au chevet de Mayotte. Cela nous change des visites sporadiques de maigres secrétaires d’Etat il y a 10 ans, mais que va apporter la Commission des Affaires culturelles et de l’Education, dont une délégation est actuellement à Mayotte ? Nous avons posé la question aux deux députés qui la composent, Bruno Studer, président de la Commission, et député LaRem du Bas-Rhin, et Régis Juanico, Député Nouvelle gauche de la Loire.

Bruno Studer : « Lorsque j’ai été élu président de la commission l’année dernière, j’ai décidé d’organiser des déplacements outre-mer, comme nous l’avions annoncé lors de notre campagne, avec comme objectif de s’imprégner des territoires. Nous sommes allés en Guadeloupe et en Martinique, nous passons presque 4 jours à Mayotte, et deux à La Réunion.
D’abord, nous témoignons par notre présence, de l’intérêt porté par l’Assemblée nationale pour ce qui se passe dans les DOM. Ensuite, nous affinons notre connaissance du territoire, et enfin, tout cela nous permet d’assurer notre fonction parlementaire qui est de voter les lois, d’évaluer les politiques publiques, et de contrôle l’action du gouvernement. Par exemple, sur la mise en place des nouvelles mesures de l’Education nationale, comme le dédoublement des CP en REP et REP+, ou le dispositif ‘devoirs faits’. Ou encore l’évolution du vice-rectorat en rectorat, ou la scolarité obligatoire à 3 ans  ».

JDM : Jusqu’où peut aller votre action, en modifiant des mesures annoncées comme celle du rectorat, ou sur la scolarisation des 3 ans ?

La délégation devant le MuMa (Photo préfecture de mayotte)

Bruno Studer : « Oui, pas sur le rectorat, mais nous devons nous assurer que les mesures lancées au national cadrent bien avec les besoins identifiés du territoire. Ce que font déjà remonter les deux députés et les deux sénateurs de Mayotte »

Régis Juanico : « Par exemple, nous nous sommes rendus compte que la scolarité obligatoire dès 3 ans allait être difficile à mettre en place partout, étant donné qu’il faut déjà s’assurer d’une scolarisation en moyenne section de maternelle pour tous, nous n’y sommes pas. Nous en tiendrons compte lorsqu’il faudra légiférer. »

Dommage qu’une telle commission ne soit pas passée au moment où Mayotte devait appliquer les nouveaux rythmes scolaires !

Bruno Studer : « C’est clair ! Nous nous sommes aperçus que la mise en place de cette mesure aurait nécessité une vision plus proche du territoire. Il fallait les adapter en fonction des classes en rotation.
Autre exemple, la loi agriculture et alimentation 2018 invite à mettre en place une agriculture bio et locale pour fournir les cantines, c’est impossible ici où on en est à chercher à mettre en place ne serait ce qu’un repas chaud pour tous les élèves. »

Pouvez-vous faire remonter l’absence de continuité des politiques de l’Etat, avec la fin des emplois aidés qui avaient pourtant permis la mise en place des activités périscolaires ?

Remettre les pendules à l’heure du territoire

Bruno Studer : « Ils sont remplacés par un autre dispositif, le Parcours Emploi Compétence, mais je tiens à souligner que tous les crédits n’ont pas été consommés sur ces postes. »

Vous avez pu noter le nombre important et croissant d’élèves non lecteurs et non scripteurs…

Bruno Studer : « Oui, et une première réponse est apportée avec le dédoublement des CP. Nous avons aussi salué la mise en place de classes d’unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants, dites UPE2A, et le dégagement de 350 postes d’Equivalent Temps plein. Mais un problème de langue demeure. »

Les nombreuses notes qu’ils ont prises vont abonder le bilan remis au ministre de l’Education nationale, « le rapport sera inscrit à l’ordre du jour de la commission, dans trois mois environ, et donnera lieu à un débat public. Nous partons avec la conviction que ce territoire nécessite une attention particulière, c’est pourquoi nous y restons plus longtemps qu’à La Réunion. Nous serons les ambassadeurs de Mayotte à l’Assemblée nationale. »

Propos recueillis par Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Attractivité médicale de Mayotte : « la terre promise est toujours...

139521
Une enquête menée par l’Agence Régionale de Santé et récemment publiée fait le point sur l’attractivité et les mesures de pérennisation des professionnels de santé à Mayotte. Un état des lieux aux airs de guidance, pour renforcer les mesures d’attractivité médicale du département.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com