28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilOcéan IndienDécrispation franco-comorienne... les dents serrées

Décrispation franco-comorienne… les dents serrées

Nous sommes dans une évolution favorable d'un assouplissement des tensions franco-comoriennes, mais avec encore un grand écart entre une parole qui ménage les susceptibilités, et les actions résolument engagées.

La photo qui illustre la « décrispation » annoncée par le quotidien de l’Etat Al-watwan, avec une poignée de main entre Emmanuel Macron et Azali Assoumani, a été prise à Noël, et on nous annonce une « normalisation des relations entre les Comores et la France depuis la rencontre du 23 août à Paris », c’est à dire depuis bientôt un mois.

Officiellement, l’avancée notable tient dans la visite en Union des Comores de l’Inspectrice de l’Inspection générale des Affaires sociales (IGAS) de la France, Dominique Voynet, spécialiste des questions de santé, et la seconde par le directeur Afrique de l’Agence française de développement (AFD).

Officieusement, on n’est pas loin d’avoir repris le niveau de reconduites d’avant la crise selon nos informations. Or, pour la partie comorienne, il ne s’agit pour l’instant que des départs volontaires autorisés depuis le 21 mars par la circulaire du charismatique ministre de l’Intérieur comorien, Mohamed El-Amine Souef. Nous sommes donc heureux d’apprendre qu’après des mois de places vides dans le Maria Galanta, 350 ressortissants comoriens sont d’un coup pris de désir de rentrer chez eux chaque semaine…

Des visas aux étudiants comoriens

La circulaire affichée à l’ambassade de France à Moroni en mai (Photo D.R.)

Et c’est bien en contrepartie de cette avancée que des visas ont été octroyés cette semaine, toujours selon Al-watwan, à plus d’une centaine d’étudiants comoriens « désirant poursuivre leur cursus universitaire en France », alors que depuis le 4 mai 2018, ils étaient suspendus par Paris.

On joue donc sur les mots pour une détente qui reste encore crispée, puisque de leur côté, les étudiants comoriens ayant suivi leurs études à Mayotte, ne peuvent toujours pas obtenir leurs papiers pour les poursuivre en métropole en raison du blocage du bureau des étrangers.

Des discussions se poursuivent « à New-York, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies », croit savoir Al-watwan. En marge, car l’ONU reste l’instance qui condamne régulièrement la présence de la France à Mayotte, et ne reconnaît donc pas la volonté de sa population. Une question qui, si elle n’est pas tranchée, laisse augurer de nouvelles crises à venir.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Transport scolaire : « Les conducteurs travaillent dans un champ de mines, mais...

139526
Alors qu’un droit de retrait est à nouveau exercé par certains chauffeurs du Nord de l’île, ce mercredi, les représentants de la préfecture, du Conseil départemental, des forces de l’ordre, des transporteurs et des chauffeurs se sont réunis afin de faire le point sur les avancées réalisées.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139526
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139526
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139526
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139526
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139526
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com