27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 décembre 2021
AccueilorangeIslam : La paix sociale passera par les minarets, et pas seulement...

Islam : La paix sociale passera par les minarets, et pas seulement à Mayotte

L’enjeu est de taille : à l’heure où le gouvernement veut réformer l’Islam de France, pas question de pâtir de l’image tronquée qu’ont la plupart des habitants de métropole de cette religion, et de cette civilisation. Le conseil cadial a donc sauté sur l’occasion des Assises pour proposer leur version d’un islam familial et vecteur de cohésion sociale tel qu’il se vit à Mayotte.

« Quand on voit certaines images à la télé, ça ne donne pas envie d’inciter les gens à aller à la mosquée ou dans les écoles coraniques. Pourtant c’est vital pour que notre jeunesse ne perde pas ses repères », déclare Mondroha Saïd Ali, Chargé d’études et de recherches au conseil cadial de Mayotte.

Le conseil cadial est une émanation de la direction de la médiation sociale du conseil départemental, créé le 13 avril 2018 pour étudier les problématiques culturelles et cultuelles de la société.

Les trois religieux sont devant nous pour tirer un premier bilan des Assises de l’islam qui se sont terminées la semaine dernière. Pas pour en dresser une synthèse, elle sera proposée dans quelques jours par la préfecture, ainsi que par leur soin, mais pour prendre du recul, parce que, au delà de la religion, l’islam de Mayotte a un modèle social à défendre.

Etant donné l’enjeu, les Assises ont été minutieusement préparées, nous précisent-ils, « pourtant, nous n’avions qu’un court délai, mais il fallait être force de proposition sur un sujet d’importance pour nous ». Cela leur a permis de centraliser des propositions de plusieurs membres de la société civile, et de les faire remonter, « nous avons eu des échanges intéressant avec les services de l’Etat », rapporte Younoussa Abaine, le représentant du conseil cadial. « Ils ont notamment appris que la gestion des mosquées ne dépendaient pas de la loi 1905, leurs financements par l’Etat ou les collectivités ne sont donc pas interdits par la loi ». La mosquée de Strasbourg a d’ailleurs bénéficié d’un financement de collectivités, en raison d’une spécificité du droit local en Alsace-Moselle, où ne s’applique pas la loi 1905 de séparations des Eglises et de l’Etat. Cela ouvrirait une porte sur le financement des 350 édifices religieux de l’île, « dont la plupart ne sont pas aux normes. »

« Le respect du maître se perd »

Younoussa Abaine entouré de Mondroha Saïd Ali et de Chanfi Anouoiri

L’objectif est de montrer qu’il existe une spécificité de l’islam ici à Mayotte, non seulement sur ce plan, mais aussi et surtout, sur la manière de le vivre : « La mosquée n’est pas qu’un lieu de prière ici, c’est aussi un lieu d’éducation des jeunes, de célébration de fêtes comme le dahira ou la maoulida. Elles se vivent dans et hors de la mosquée, les femmes cuisinent, les enfants jouent autour, c’est un symbole de cohésion sociale », détaille Chanfi Anouoiri, Chef du Service Etudes et Partenariat au conseil cadial.

Même crédo de cohésion pour l’éducation des enfants. Aller parler d’école coranique en métropole relève de la gageure, « en réalité, les jeunes qui n’y vont pas à Mayotte, ont toutes les chances de mal tourner. Dans nos madrassas et nos chionis se font l’éducation de vie en société de l’enfant, et le respect de l’adulte, du fundi. Or, nous observons que ce respect du maître se perd, l’Education nationale s’en plaint. La désertion des écoles coraniques va de pair avec la perte de repères ».

Il ne s’agit pas de vendre à tout crin un package « Islam de Mayotte », mais de contribuer à un apport et à un éclairage national pour Chanfi Anouoiri : « Mayotte est un petit territoire où la culture est consubstantielle à celle de l’islam. Si on remet en cause l’éducation de l’enfant à l’islam, c’est une perte identitaire. Ceux qui agressent et qui commettent des délits ne sont pas passés par la madrassa, ça n’est pas possible. Et, on le voit en métropole, si on laisse uniquement la place libre aux réseaux sociaux, ils sont foutus ! L’islam comme nous le vivons ici à des valeurs à défendre, apaisées. C’est cette éducation en école coranique qui les protègera des mauvaises rencontres et des folies de Daech. »

Une belle civilisation

Apprentissage de l’écriture dans une madrassa (©MuMa)

Mais les religieux doivent aussi balayer devant leur porte, étant donné la désertion actuelle de ces écoles : « Cela passe par l’éducation des parents, que nous avons d’ailleurs déjà mis en place à Mroinabeja. Il faut construire les madrassas autour d’eux, et participer à resserrer les liens familiaux », rajoute Chanfi Anouoiri.

Si la conférence de l’islam de Mayotte avait pour objectif en juillet 2017 d’en montrer les spécificités, c’est une impression mitigée qui en est ressortie, « c’est vrai que les gens se disent musulmans, mais ne connaissent pas vraiment leur religion ici », souligne Younoussa Abaine. C’est pourquoi l’enseignement de l’arabe leur semble vital, « et pas seulement pour la compréhension du Coran, mais aussi parce que l’islam est le marqueur de notre belle civilisation musulmane » A qui nous devons la médecine, l’astronomie, l’arithmétique, etc.

Ils se sentent de moins en moins seuls dans leur démarche de proposer la vision d’un islam made in Mayotte. « Un chercheur de Rouen est actuellement ici pour cela, et le gouvernement a lancé un appel à projets sur l’élaboration d’une synthèse sur l’islam de Mayotte et de La Réunion. »

En conclusion, les religieux le répètent, « Mayotte doit contribuer à faire que l’islam soit une chance pour la République, et que la République soit une chance pour l’islam ». Un voisinage compatible, avait prouvé le DU qui lui était dédié au Centre Universitaire. « Quand nous étions jeunes, pendant les 10 minutes passées à l’école coranique tous les matins avant l’école de la République, on nous enseignait : ‘chacun de vous sera le gardien de l’autre’ ».

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Eric Dupond-Moretti, Justice, Thani MOhamed Soilihi, Mayotte

Annulation de la visite du ministre de la Justice à Mayotte

0
Le garde des Sceaux ayant été déclaré cas contact, a décliné sa venue à Mayotte. On espère que les annonces sont toujours valables et...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan