27.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 décembre 2021
AccueilEducation"Ce n'est pas comme ça qu'on élève un enfant"

"Ce n'est pas comme ça qu'on élève un enfant"

Un adolescent régulièrement "corrigé" à coups de câbles et de fil de fer a porté plainte contre sa mère, qui a été condamnée à 1 an de prison avec sursis.

Assis au premier rang du tribunal correctionnel de Mamoudzou, l’adolescent de 14 ans ne souhaite pas parler publiquement. Après avoir fait la démarche de porter plainte contre sa mère, il laisse son avocate parler pour lui.
Selon son audition au commissariat, sa mère avait “l’habitude de me corriger, elle prend des fils de fer et me frappe sur tout le corps”.
Des punitions musclées pour toutes sortes de motifs. Un devoir pas fait, une vaisselle pas faite, lorsqu’il rentrait trop tard etc. Lorsque l’enfant revient du commissariat, sa mère est alors persuadée qu’il y était en garde à vue. Elle charge un cousin de “prendre un câble électrique et de frapper avec”. Les trois magistrats constatent, consternés, les photos prises par les enquêteurs. Elles montrent de profondes traces de coups.
Le père de l’ado est d’abord entendu. Lui dit n’avoir constaté que “des gifles mais pas de grosses violences”. La mère, absente à la barre, assume devant les policiers. “J’ai autorisé Ibrahim  (son cousin) à le corriger à coups de fouet”. Des violences qui avaient pour but de faire dire au garçon qu’il venait de porter plainte contre sa mère.
Elle assure tout autant ses propres coups et tient des propos non moins violents. “Il ne fait que des bêtises, je ne regrette pas ce que j’ai fait, il le mérite. Soit la justice le garde, soit je le renvoie aux Comores chez ma mère. Là bas ce ne sera pas un délinquant”.
Le garçon victime est en effet arrivé de Mohéli il y a deux ans pour faire soigner un problème respiratoire. Son cousin lui, y est retourné et a échappé ainsi aux poursuites judiciaires à Mayotte.

Le procureur Rieu avait requis la déchéance de l’autorité parentale

L’enfant est alors placé dans une première famille d’accueil pendant l’enquête. Mais son nouveau tuteur, famille d’accueil de l’aide sociale à l’enfance (ASE), estime que “sa mère avait raison car un enfant doit obéir à sa mère”.
Il est désormais dans un nouveau foyer.
A la barre, l’avocate de la partie civile trouve la situation “profondément triste”. “Il m’a dit qu’il aimerait que sa mère le pardonne. Il est normal qu’entre une mère et son fils, il y ait des désaccords, mais en aucun cas ces désaccords ne justifient de prendre un fil de fer pour frapper avec. On n’avait pas à lui faire ça, on n’est pas dans le cadre d’une petite fessée, il y a des traces physiques mais aussi psychologiques. On peut s’interroger sur la façon dont il se comportera quand il sera père, il faut donc lui dire qu’il a eu raison de porter plainte.”
Une position soutenue par le procureur Rieu. “Ce n’est pas comme ça qu’on élève un enfant, la meilleure preuve, c’est que ça ne donne aucun résultat. On frappe, ça ne marche pas, alors on frappe encore. La mère est dans la fuite de ses responsabilités, de ses devoirs envers son enfant”.
Il réclame 1 an de prison avec sursis et la déchéance de l’autorité parentale.
Une réquisition à moitié suivie par les juges qui laissent à la mère son autorité parentale, mais avec 12 mois de détention au dessus de la tête.
Y.D.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.