28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 6 octobre 2022
AccueilorangeColis Ramadan : un « soulagement » pour les habitants en précarité...

Colis Ramadan : un « soulagement » pour les habitants en précarité à Bandraboua

L’Ide approche et les distributions des colis Ramadan se multiplient et se généralisent peu à peu dans les communes.

A Bandraboua, le maire explique avoir décidé de mettre en place l’opération à la suite de son élection en 2014 : « Il s’agit de venir en aide aux personnes en grande précarité qui ne peuvent même pas s’offrir des produits de première nécessité à l’approche de l’Ide. C’est la suite de la bourse aux vêtements que nous organisons lors de la rentrée scolaire ».

Ils sont prés de 200 à avoir pu en bénéficier ce lundi, « essentiellement des personnes âgées, notamment bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, qui ont été ciblées à l’issue d’une enquête sociale », explique Vanessa Lauret, Directrice du Centre Communal d’Action Sociale.

Un investissement de 10.000 euros pour la commune, c’est un début : « La somme est proportionnelle à la jeunesse du CCAS qui n’est réellement opérationnel que depuis 2017. Nous avions déjà mené une petite opération lors de la semaine bleue des personnes âgées l’année dernière. »

Au delà de l’alimentaire, la considération

Préparation des colis ramadan

Maison après maison, le geste s’accompagne de sourire et d’un petit mot gentil à destination des bénéficiaires, qui reçoivent des boites de tomates pelées, 2 kg de riz, de l’huile, et de la viande, « des caisses d’ailes de poulet, c’est ce qui correspondait à notre budget. C’est un soulagement pour certains qui vivent dans des conditions vraiment difficile ».

Les habitants pourront se fournir chez les commerçants locaux, « qui nous ont épaulés dans la distribution. » Si aucun don n’est encore enregistré, la commune travaille à monter des partenariats fiables avec les entrepreneurs locaux.

Soulaimana Boura nous explique qu’une autre opération se prépare : « Des tickets d’alimentation de valeurs différentes, par exemple de 30 ou 50 euros, seront distribués aux personnes qui vivent avec peu de ressources. Nous devons en délibérer en conseil municipal. »

Des opérations qui ciblent peu à peu les personnes vivant sous le seuil de pauvreté, qui devraient être mieux prises en charge avec la montée en puissance des CCAS. On espère en tout cas que la volonté politique dans l’ensemble des communes suivra cette voie.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Attractivité médicale de Mayotte : « la terre promise est toujours...

139521
Une enquête menée par l’Agence Régionale de Santé et récemment publiée fait le point sur l’attractivité et les mesures de pérennisation des professionnels de santé à Mayotte. Un état des lieux aux airs de guidance, pour renforcer les mesures d’attractivité médicale du département.
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139521
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com