Envie de faire du jet-pack sur le lagon ? Vous pouvez aider un entrepreneur à lancer sa boite

Bahedja Oissioun mûrit depuis près de trois ans son projet de prestataire de randos en jet-ski à Mayotte. Après avoir fait le tour de toutes les aides possibles sur le territoire, il en appelle à la générosité des habitants. A terme, 5 à 6 emplois sont en jeu.

0
1108
Maore jet a besoin d'aide pour décoller

Il ne lui manque que 7000€.
Bahedja Oissioun rêve de proposer à Mayotte des randonnée en jet-ski, mais aussi des prestations plus originales sur le territoire, comme de la bouée tractée et même du jet-pack. Mais les rêves ont un coût. Après avoir travaillé et économisé en métropole, le jeune Mahorais qui est entré dans sa 30e année, a obtenu récemment toutes les autorisations nécessaires pour installer son entreprise sur la plage du Faré. Il reste à régler la question du financement. « On avait besoin de 102 000€ pour sa lancer, sans les jet-skis, explique-t-il. »

Sur cette somme, 54 000€ lui sont avancés par sa banque, à rembourser sous 5 ans. Il a obtenu un prêt d’honneur de 20 000€ et a apporté 10 000€ de ses économies. Ce sont ses principales sources de financement. « Il me reste 7000€ à trouver », constate le jeune porteur de projet. Cette somme doit servir à payer le bungalow (5000€) qui accueillera les clients, ainsi qu’un 4×4 d’occasion pour mettre les machines à l’eau.

Bahedja Oissioun était déjà présent au salon du tourisme avec son projet

Ayant fait le tour des aides possibles et imaginables, la BGE, boutique de gestion, lui a proposé de lancer une plate-forme de financement participatif. « Je ne connaissais pas au début, mais je pense que ça peut vraiment aider des porteurs de projet à Mayotte » sourit le jeune homme, conscient que demander de l’argent reste assez mal vu.
Pourtant l’enjeu en vaut la chandelle. Outre les emplois et l’activité économique qui découlerait de cette entreprise, le futur patron vise un objectif écologique. Pas question de louer ses jet-skis à des particuliers. « Ce sera des randonnées encadrées par un moniteur diplômé, avec des pauses pour faire de la sensibilisation sur l’environnement et le lagon ».
Découverte de la mangrove ou des plages de Saziley, Bahedja Oissioun a prévu de suivre une formation avec le parc marin pour guider au mieux ses clients en limitant l’impact de son activité sur la biodiversité. S’il trouve la somme, les premières sorties pourraient avoir lieu courant juin ou début juillet. Les donateurs devraient recevoir un tee-shirt au logo de la jeune entreprise, voire pour les sommes supérieures à 100€, des bons pour des sorties en jet-ski.
« On va à l’aventure, on verra ce que ça va donner » sourit-il.

La plate-forme de financement participatif et la description du projet sont à retrouver ici :
https://fr.ulule.com/maore-jet/

Y.D.