21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
Accueilorange« Rissouriya » contre la délinquance, et c'est déjà un tube

« Rissouriya » contre la délinquance, et c'est déjà un tube

« Rissouriya », c’est le mariage de l’indignée musicienne Saandati, traduction plus adaptée dans son cas pour « auteur-compositeur », et de la douce détermination de Sarah Médard. Un duo de charme et de choc aussi, de "Mahopolitaines" qui dénoncent notamment les conditions d’exercice de leur profession à Mayotte.

On connaît Saandati Moussa pour ses chansons engagées, sa défense des femmes battues, son message de prévention des grossesses précoces, et surtout, sa gouaille contre l’infidélité des hommes, dans « Dago », à faire trembler les ondes !

Sarah Médard, son visage ne vous dit sans doute rien, mais parions que vous vous êtes déhanché sur « Tsina moina probleme », un sacré problème en vérité, puisqu’elle chante sur un rythme coupé-décalé, le cœur d’une femme qui hésite entre deux hommes. Un tube qu’explique l’artiste d’apparence mesurée, « en fait, ce disque était une erreur du monteur. Pendant que ça discutait dans le studio, j’ai commencé à dire n’importe quoi au micro pendant que quelqu’un improvisait à la guitare, et ça a marché du tonnerre ! »

C’est la première fois que les deux femmes se retrouvent pour un duo. Leurs trajectoires s’étaient croisées, Saandati avait été choriste de Sarah, qui craque par la suite pour le « Mtroumama Karemwa » de sa copine, mais elles ne font que partager des scènes, sans collaborer.

Grande complicité entre les deux artistes sur les messages à faire passer

C’est paradoxalement en métropole qu’elles se retrouvent il y a quelques mois. Avant de partir pour suivre à Rennes (Bretagne) une formation d’employée administrative et d’accueil en tant qu’agent du conseil départemental, Saandati écrit le début d’une chanson sur l’insécurité à Mayotte. Elle suit sur les réseaux sociaux le mouvement social « de A à Z », et contacte Sarah Médard, qui prend aussitôt un billet aller Paris-Rennes. « Je souhaitais un regroupement d’artistes, sur le mode des Enfoirés chacun aurait chanté une phrase, mais c’était compliqué », glisse Saandati.

« 10.000 vues en un jour »

Le morceau « Rissouriya » (« On a peur »), uniquement en shimaorais pour l’instant, sans doute prochainement traduit en français, raconte la plongée de Mayotte dans la délinquance : « Je reviens sur la Mayotte d’avant, quand on dormait sans fermer sa porte, alors que nous sommes maintenant barricadés. Les jeunes ne se battent plus avec leurs mains mais avec des armes. C’est un appel aux autorités de ne pas nous laisser nous défendre, mais de nous protéger ».

Conçu au départ sur un rythme m’godro, l’accompagnement évolue vers « un reggae féminin », lance Saandati dans un éclat de rire, que décrypte Sarah, « c’est un façon de chanter le reggae que nous n’avons pas, ça swingue. L’intro, c’est un morceau joué à l’orgue, Kordjee nous a dit, ‘c’est une musique d’église !’ » Ne demandez pas comment l’auteur-compositeur a aligné les notes, les noires et les blanches sont dans sa tête, « je chante au musicien ce que je ressens, je ne sais même pas jouer de la guitare », sourit-elle.

On a rapidement en tête la mélodie du refrain « Rissouriya » du morceau diffusé sur les ondes depuis mardi, « et déjà 10.000 vues en un jour ! ». Le clip est en préparation, tourné notamment sur le terrain de Viviane, une de leurs amies, à Hajangua, « j’espère que le soleil va se montrer », s’inquiète Saandati.

Des prestations non payées

Saandati au Festival Milatsika, une des rares scènes à survivre

Deux artistes de talent, mais qui ne peuvent en vivre à Mayotte, comme nous l’avions déjà dénoncé : « Ça empire d’années en années, il n’y a plus de scène, nous ne pouvons plus tourner. Les services culture du Département sont aux abonnés absents. Pire, lorsque le festival Hishima existait encore, j’étais l’artiste vedette, j’ai investi pour cette scène, mais on ne m’a jamais versé les 1.000 euros que l’on me devait », relate Saandati. Elles ne tarissent pas d’exemples de musiciens invités à grands frais depuis la métropole et payés, alors que leurs homologues locaux ne sont pas mis en valeur, “c’est ‘désencourageant'”, glisse Saandati, en appuyant sur ce néologisme.

Saandati vise aussi la SACEM dont elle avait déjà dénoncé les pratiques « légères » dans nos colonnes : « En 2016, ils m’ont dit que j’étais l’artiste la plus diffusée, et qu’avec le versement des prestations j’allais pouvoir partir aux Etats Unis… le chèque était finalement de 100 euros, et est monté à 600 euros parce que j’ai râlé, mais bien en dessous de ce que ça méritait… ça laisse songeur ! »

Il faut dire que tous les diffuseurs ne sont pas en règle sur les droits SACEM, et d’une autre côté, les artistes sont inégalement informés, souligne Sarah Médard : « A chaque soirée programmée, nous allons déclarer nos chansons à l’organisateur, qui établit une playlist, nous sommes rémunérés sur cette base ». « La plupart d’entre nous ne le sait pas, la SACEM devrait organiser des séquences de formation sur ce sujet », déplore Saandati. Mayotte laisse encore une fois filer ses talents.

Retour à la verdure du terrain de Hajangua, les jeunes femmes se préparent à tourner parmi les fleurs de Viviane et sous le soleil retrouvé. Pas de meilleur contraste pour chanter « Rissouriya » !

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139533
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com