21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilorangeDispersion « dans le calme » des deux manifestations

Dispersion « dans le calme » des deux manifestations

Des dizaines de bus ont paralysé quelques heures le centre ville.
Des dizaines de bus ont paralysé quelques heures le centre ville.
Annoncé pour 11 heures, le cortège composé de dizaines de cars scolaires est arrivé à Mamoudzou à 14 heures, à grand renfort de klaxon. Dans son sillage, le Collectif des associations rassemblait quelque 200 personnes place de la République. Un mouvement « improvisé » selon la porte parole Antufaty. « Le mot d’ordre, c’était que chacun agisse dans son village. Les transporteurs nous ont appelé vers 3h du matin pour nous faire part de leur idée d’opération escargot, et on a dit, on est avec vous. On a suivi le mouvement, et j’ai marché à pied de Tsararano jusqu’à Mamoudzou. »
Pourtant, cette manifestation n’était pas au programme. Après les tensions de la veille devant la préfecture, les responsables du collectif préféraient jouer l’apaisement. « Quand on est arrivés devant la préfecture, on a vu que la police protégeait les immigrés. Ca nous a choqués car l’Etat ne met pas les moyens pour notre propre sécurité. Il y a eu un peu de bousculade, on a essayé de calmer un peu puis on est partis. » Suite à cela « le mot d’ordre, c’était que chacun fasse quelque-chose dans son village » poursuit-elle.
Le rond-point de la barge totalement à l'arrêt
Le rond-point de la barge totalement à l’arrêt

Les membres du collectif réunis place de la République se sont concertés en vue d’éventuelles futures actions. Une concertation perturbée par des violences, quand un groupe de jeunes s’est approché des manifestants et a été pris à partie, un des adolescents recevant quelques coups. « C’est un groupe qui fume le bangué et qui vient nous provoquer en disant qu’il n’y a plus de vrais Mahorais à Mayotte » explique un manifestant. « Quand on s’est approchés, ils ont crié Les Anjouanais dehors » réplique un des jeunes. L’intervention du GAO, groupe d’appui de la PAF, a permis de calmer ces tensions.
De son côté, Mkidadi Moussa tempère les liens entre transporteurs et Collectif. « On a répondu à l’appel de l’intersyndicale, pas du Collectif. On agit dans le cadre du droit syndical et de la loi de la République » poursuit-il.
Concernant la suite des actions, il promet d’ « innover en restant dans la légalité, mais en faisant de plus en plus grand et de plus en plus gênant. S’il faut paralyser l’économie de l’île, on le fera ».
Selon lui « seul l’Etat peut mettre fin au mouvement ». Pour cela, une seule garantie ; « répondre à l’urgence en assurant la sécurité pour pouvoir reprendre les élèves ».
La CGT Educ’Action a quant à elle décidé de mettre fin à sa grève, dénonçant « une regrettable confusion quant aux objectifs du mouvement ». Une manière de cibler les tensions de la veille devant la préfecture, et de rejoindre la volonté du SNES de s’en désolidariser.Communiqué CGT éduc 22 février 2018
Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139523
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139523
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139523
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139523
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139523
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139523
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com