Annulation des législatives au nord, et maintenant ?

0
120
Les ateliers lors des journées Clusters

Bulletins vote législativesEt ça commence d’ailleurs à gronder. Pour l’instant, essentiellement entre les deux concurrents séparés par 27 petites voix qui se tirent dessus à boulets rouges. Dans un communiqué (Lire Communiqué de Ramlati Ali), Ramlati Ali, LREM, indique que l’annulation de son élections est due au « faible écart de voix », et à des « circonstances qui me sont toutes extérieures », en les détaillant : « L’écart entre le nombre de bulletins et celui des émargements, publications sur Facebook contre mon gré et mes consignes » et surtout, les 40 fausses procurations « faits imputés à un gendarme sans rapport avec une quelconque manœuvre ».

Une défense classique qui n’enlève en rien aux infractions au code électoral qui ont donc été sanctionnées. Et que critique le candidat LR qui avait sollicité le Conseil constitutionnel, Elad Chakrina : « La quasi-intégralité des griefs repris par le Conseil proviennent de notre requête : c’est donc bien que ces irrégularités proviennent du camp adverse.  La conséquence en est logique : l’annulation du scrutin. Toute autre interprétation relève  de l’incompréhension ou de la mauvaise foi de la part de mauvais perdants. » (Lire Communiqué d’Elad Chakrina)

Hésitation pour Bacar Ali Boto

Laissant les deux candidats s’affronter, Daniel Zaïdani s’affiche sur les réseaux sociaux et lors de la manifestation pour la piste longue. A cette occasion, il n’a pas caché son intention de se représenter. Il était arrivé en 4ème position lors du 1er tour en juin 2017, avec 13,4% des voix. Investi par son parti Mouvement pour le Développement de Mayotte (MDM), la décision devrait tomber dans quelques jours.

Celui qui talonnait Ramlati Ali (16,84%) et Elad Chakrina (16,76%), c’est Bacar Ali Boto, Sans étiquette, qui avait totalisé 15,62% des voix. Il pourrait donc faire la différence. Actuellement 1er adjoint au maire de Mamoudzou, nous l’avons joint au téléphone, en pleine hésitation : « J’ai toujours dit qu’en cas d’annulation, je ne me représenterai pas, voulant me consacrer à la mairie de Mamoudzou. Mais mes proches me sollicitent. Je n’ai pas encore pris ma décision ».

Les candidats ont encore quelques semaines pour se décider, les élections devant se tenir d’ici 3 mois.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here