22.9 C
Dzaoudzi
jeudi 11 août 2022
AccueilEconomieBientôt une formation aux savoirs de base pour les patrons mahorais

Bientôt une formation aux savoirs de base pour les patrons mahorais

Fatima Assani (à droite) est chef de projet à la Plate-forme de lutte contre l'illettrisme.
Fatima Assani (à droite) est chef de projet à la Plate-forme de lutte contre l’illettrisme.

L’homme se tient droit. Solennel, debout à côté de l’interprète en shimaoré, il montre un respect infaillible au tribunal devant lequel il est convoqué. Chef d’entreprise à Mayotte, il a été arrêté il y a quelques mois pour avoir fait travailler un salarié sans lui fournir de fiches de paye. Ce mercredi, le patron épinglé a ramené les fiches de paye demandées lors de sa première audience, et un contrat passé avec une entreprise de gestion de paye. De bonne foi, il n’avait juste pas connaissance des règles en matière d’emploi d’un salarié, et s’est mis en conformité. Les juges en ont pris note et l’ont dispensé de peine. Toutefois, le prévenu, qui s’en sort bien, n’est pas le seul à fauter par manque de connaissance et de maîtrise de la langue.
C’est en partie pour prévenir ce genre de déboires que la Plate-forme de lutte contre l’illettrisme a décidé d’agir en sélectionnant des entrepreneurs pour leur enseigner quelques savoirs de base.
“La semaine dernière, on a présenté aux différents acteurs l’outil de repérage, explique Fatima Assani, chargée de projet au sein de la plate-forme. On accompagne ces partenaires que sont la CCI, la CMA, la BGE, Créapépite et la Capeb.”
L’outil consiste en un test en trois parties incluant une fiche de renseignement, un test d’écriture et de lecture permettant de définir le niveau de maîtrise de la langue française de ces candidats. A l’issue de cette sélection, 20 entrepreneurs seront inscrits à la formation, intégralement prise en charge.
“Le plan d’action de la Plate-forme a détecté ce besoin, car il y a un défaut de maîtrise de la langue française. L’idée c’est de les accompagner pour que dans leurs démarches administratives, ils puissent connaître leurs institutions, savoir faire un devis, une facture etc.”

5000 personnes potentiellement concernéesIllettrisme chiffres
C’est la première fois à Mayotte qu’une telle formation aux savoirs de base est dispensée en étant orientée sur la gestion d’une entreprise.
“Beaucoup de gens ont des Doukas, tiennent une forme de comptabilité en arabe, mais pas en français. L’enjeu c’est donc la connaissance de la gestion d’une entreprise dans la langue officielle qu’est le français. Ce public a des acquis, il faut partir de là”.
Les formateurs, sélectionnés pour leur maîtrise du shimaoré et du kibushi, s’appuieront donc sur les connaissances antérieures des stagiaires pour les encourager. “Cela favorise l’estime de soi. Valoriser sa culture favorise l’apprentissage” explique la chargée de projet.

Il s’agit donc bien d’une formation adressée à des personnes qui disposent d’un certain nombre de savoirs de base, qui peuvent être issus de l’école coranique ou de la madrasa, mais à qui il manque le référentiel linguistique pour se mettre en conformité. “C’est vraiment l’enjeu, insiste Fatima Assani. Dans une entreprise, il faut faire des déclarations fiscales et sociales. C’est notre finalité.”
A ce stade, la formation est encore expérimentale. Si elle porte ses fruits, le dispositif pourrait néanmoins vite prendre de la hauteur. Avec pas moins de 2000 doukas, 1400 artisans et 700 créateurs d’entreprise et les CAC, créateurs-artisans-commerçants, ce sont près de 5000 entrepreneurs qui sont potentiellement concernés par ce besoin en formation. Pour ne parler que de ceux qui ont déclaré leur activité.
Les premiers cours auront lieu en février.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

SMAE, Vinci, Mayotte

Coupure d’eau en cours dans le village de Longoni

139528
Le syndicat des eaux, dans un communiqué, informe les usagers du village de Longoni "qu'une casse sur le réseau de distribution d'eau potable" contraint...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139528
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139528
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139528
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139528
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...

Jumelage Mayotte-Comores : “trahison”, ou réaffirmation diplomatique d’une Mayotte française?

139528
Ce lundi 1er août, le Collectif des Citoyens de Mayotte scellait symboliquement les portes de la mairie de Mamoudzou pour protester contre le jumelage prévu entre le chef-lieu et les villes de Tsidjé (Grand-Comores) et Mutsamudu (Anjouan). Une initiative qui divise : là où le Collectif évoque une "trahison", le premier édile de Mamoudzou y voit une réaffirmation officielle de l'identité française de l'île au lagon.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com