Acoua, des avancées et de gros défis

0
190
La mairie d'Acoua
Lors de l'inauguration, Eric de Wispelaere, Gaëtan Longeau, Soulaimana Boura, Mahafourou Saïdali et entouraient le maire Ahmed Darouechi
Partenariat avec La Poste signé par le maire

Lors du dernier conseil municipal, les élus d’Acoua ont fait le point sur la fiabilisation de l’adressage dans la commune. Rappelons qu’ils ont signé une convention avec La Poste qui leur fournit une assistance technique. Elle permet de revisiter l’ensemble des noms de rues et d’éviter des doublons d’une même appellation dans un même quartier.

Après une première phase de validation des travaux sur la fiabilisation de l’adressage, Acoua a adopté la deuxième phase concernant le traçage et la numérotation des voies communales. « On retient de ce travail effectué avec l’assistance technique de La Poste que la commune compte aujourd’hui : 72 voies tracées à Acoua pour 908 numéros, 66 voies tracées à Mtsangadoua pour 443 numéros. Il y a donc 138 voies et 1.351 numéros correspondants à autant de contribuables dont l’adressage est maintenant fiabilisé. Ces informations seront communiquées sans délai à la direction régionale des finances publiques et à l’ensemble des autres services publics partenaires. »

Une identification des contribuables qui devrait permettre à la commune d’accroitre ses recettes fiscales, directement, ou par compensation de l’Etat pour les exonérations, dont le principe vient d’être adopté. « Les implications techniques et numériques de ce travail de grande qualité sont innombrables et ses effets sur l’augmentation des recettes fiscales significatifs », se réjouissent les élus dans le compte rendu du conseil municipal.

Être approvisionné par le grenier

Un panier de produits frais d'Acoua
Un panier de produits frais d’Acoua offert à l’ex-ministre Ericka Bareigts

D’autre part, l’Etat vient d’approuver le versement aux communes de Mayotte d’une dotation de premier numérotage. Le prochain conseil municipal aura à se prononcer sur la dernière phase de ce travail qui portera sur la dénomination des voies.

Autre point approuvé, celui de l’adhésion de la commune à l’ensemble des structures de regroupement de défense des intérêts communs. Après avoir intégré l’Association Nationale des Elus en charges du Sport (ANDES), elle adhère aujourd’hui à l’association des Villes et Communes de l’Océan Indien (AVCOI, à l’Association des Petites Villes de France (APVF) qui fédère depuis 1989 les villes de 2 500 à 25 000 habitants pour promouvoir leur rôle spécifique dans l’aménagement, l’Association « Les Eco Maires » qui rassemble les maires et les élus investis dans le développement durable et l’Association Française du Conseil des Communes et Régions d’Europe (AFCCRE).

Dans le cadre de son marché paysan des 2ème dimanche du mois, de sa volonté de se doter d’un marché couvert et d’une couveuse agricole, Acoua veut ouvrir ses étals à la région, « et notamment à Madagascar, reconnue par la COI comme ‘le grenier de l’océan Indien’ ». Une mission de prospection doit se rendre en région Sava (Madagascar) en vue de la conclusion d’une convention de coopération notamment pour un approvisionnement continu du marché.

Les langues maternelles à Acoua

Les représentants de la DEAL reçus à Acoua
Les représentants de la DEAL reçus à Acoua la semaine dernière

Le projet de l’aménagement du front de mer à des fins de sécurisation du littoral contre la montée des eaux par l’érection de digues, et de réalisation de voiries et d’espaces verts, est un programme ambitieux chiffré à plus de 10 millions d’euros, pour lesquels les élus ont voté la demande d’une subvention.

Les élus de la commune d’Acoua ont également délibéré pour accueillir la prochaine Journée internationale des Langues Maternelles qui débutera le 24 février 2018. Cet événement correspond au 20ème anniversaire de l’association qui milite pour la sauvegarde et la transmission aux générations futures des langues locales, le Kibuchi et le shimaoré.

La Régie de Territoire Maécha Espoir (RTME) de la commune d’Acoua a présenté aux élus un projet novateur qui vise à mettre en place une « Banque végétale » qui entre dans la politique nationale de lutte contre les espèces exotiques invasives. Le projet vise surtout à sauvegarder les espèces endémiques en associant étroitement la population qui est un acteur clé du dispositif.

Sur 2 à 3 ans, la structure se propose, avec le concours de la commune et de l’Etat, de valoriser entre 300 et 500 m2 par an. Il s’agit d’une action impliquant 7 collaborateurs, un encadrant technique, un accompagnement social dans le cadre d’une démarche d’insertion par l’activité économique

Enfin, la commune d’Acoua vient de se doter d’une régie de recettes et d’avances pour notamment rentabiliser son parc immobilier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here