21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilEconomieL’Economie sociale et solidaire à l’épreuve du terrain : 3 entreprises témoignent

L’Economie sociale et solidaire à l’épreuve du terrain : 3 entreprises témoignent

La régie Territoriale d'Acoua, un des projets les plus aboutis
La régie Territoriale d’Acoua, un des projets les plus aboutis

Kata Kaona est un projet à moitié abouti, spécialisé dans l’artisanat et le maraichage. Répondant au cadre de l’Economie sociale et solidaire, elle avance une gouvernance horizontale, participative et inclusive pour ses 60 adhérents. 4 jeunes travaillent sur l’artisanat à temps plein, et la structure a déjà participé à 3 marchés paysans. Un modèle économique viable, selon ses représentants, notamment grâce à l’accompagnement de la Chambre de commerce et d’Industrie.

Mais qui bloque pour assurer son implantation définitive, sur un problème de foncier. « Nous avons repéré à Kwalé un terrain à fort potentiel, mais son propriétaire est en liquidation judiciaire, et on nous annonce une procédure complexe. » Une sorte de destruction créatrice à la Schumpeter, qui appelle à tirer des leçons pour stopper le cycle et rester optimiste.

Du jus des mamans à la Régie territoriale

Une boutique solidaire à Mtsapéré
Une boutique solidaire à Mtsapéré

La réussite au nord s’appelle Maécha Espoir. Un engrenage de bonnes idées qui commence par une Régie de Territoire dont nous avait parlée le DGS de la commune. Il s’agit d’un rassemblement d’habitants, de femmes comme souvent à Mayotte, les mamans d’Acoua, qui se sont regroupées pour produire du jus de fruit.

Les habitants intègrent cette Régie à hauteur de 70%, et élargissent à la transformation de produits agricoles. « Une évolution possible grâce au Centre de ressource et à l’intégration du Dispositif Local d’Accompagnement qui nous a permis de nous muscler en terme de comptabilité et de gestion administrative et commerciale. Nous affichons une traçabilité de la production à la commercialisation », explique Toibib Toumbou représentant de la régie Territoriale d’Acoua, qui rebondit là sur l’idée de la Régie de quartier d’un membre de la famille…

Les jus de fruit s’alignent sur les étagères de la réputée boutique solidaire à côté de la mosquée du vendredi à Mtsapéré, « nous avons comme projet de présenter de la farine de manioc ».

Une régie qui semble décliner à la perfection les expériences mises en avant par le film « Demain », puisqu’on évoque une « banque végétale » : « On prend des boutures que l’on plante chez les habitants, et les salariés de la Régie les transplantent dans les espaces publics ». Les bénéfices vont à la formation des demandeurs d’emploi et le financement de soutien scolaire. Une ESS déclinée à la perfection.

La fable du petit douka et de la grande distribution

Macodis-doukas lakweli
Macodis-douka lakweli

Le 3ème projet est né du conflit social sur la « vie chère », et d’un constat fait par l’Observatoire des prix, des marges et des revenus : « Il y a un très grand déséquilibre entre les deux leaders de la grande distribution et le reste des commerçants à Mayotte », rapporte qui accompagne « MACODIS, douka Lakweli » (le vrai douka). Nous avions rapporté cette initiative qui a abouti à la création d’une SA, dont chaque adhérent, ils sont 13, possède une voix, et dont les bénéfices sont réinvestis dans des entrepôts de stockage pour les commerçants.

Ces petites épiceries appelés doukas à Mayotte, se fournissaient il y a peu, auprès de la grande distribution, et donc proposaient des produits plus chers. Ils sont parvenus à s’entendre sur le mode de la coopérative et importent par containers leur marchandise désormais. « L’objectif est de rendre les petits aussi grands que les deux grands de la place », évoquait …….. La réaction du groupe Bourbon-Jumbo ne s’était pas faite attendre puisqu’il avait créé les Douka Bé.

Le représentant de Macodis invitait le chaland : « Peu de gens de cette assemblée viennent dans nos doukas. Ils ne sont pas moins fournis que les gros supermarchés et nous sommes moins chers ! »

Ce n’est pas encore la vie en rose pour l’économie sociale et solidaire, mais la démarche participative de ses initiateurs, par rapport à l’économie classique mérite d’être encouragée. Le risque serait de l’épauler financièrement, et de perdre toute visibilité sur sa rentabilité. Un équilibre encore à trouver pourrait-on conclure à la fin de cette 1ère conférence de l’ESS, inaugurant le mois qui lui est consacré.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139533
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com