21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilorangeCode du travail : la CFE CGC forme, les partenaires sociaux s’organisent

Code du travail : la CFE CGC forme, les partenaires sociaux s’organisent

Djoumoi Djoumoy le président de la CFE CGC
Djoumoi Djoumoy le président de la CFE CGC

La souriante Amina Saïd Hamidouni a pris son poste au mois de juillet. En charge du volet développement syndical et formation de la CFE CGC, elle arrive de Poitiers où elle était médiatrice académique. « Il s’agit d’apporter des outils aux représentants du personnel », explique-t-elle.

« A quoi sert un délégué du personnel ? », « Comment communique-t-il avec les salariés ? », « La prévention des difficultés économiques par le Comité d’Entreprise »… Autant d’éléments qui seront décryptés, notamment à l’aulne du code du travail de droit commun appliqué le 1er janvier 2018.

Les premières formations se tiendront du 13 au 16 novembre prochains. Elles seront dispensées par des cadres du Centre de Formation et d’Etudes Syndicales (CEFES), « et proposeront deux modules qui intégreront les modifications de la réforme actuelle du code du travail », précise Djoumoi Djoumoy Bourahima. Sont ciblés les délégués du personnel, les délégués syndicaux, et les Instances représentatives du personnel. Cinquante candidats sont inscrits, « ils pourront ensuite exercer leur mandat avec les éléments du code du travail de droit commun ».

Une formation pour la rue

Lorsque les syndicats CGT Ma, CFDT, FO étaient descendus dans la rue pour manifester en 2015 contre une transposition partielle du code du travail, la direction du travail (Dieccte) avait jugé qu’un travail de formation était nécessaire, pour appréhender les délais de mise en place. La plupart des sièges étaient restés vides, mais depuis, des formations sont proposées par les syndicats eux-mêmes : « Chaque organisation a sa propre politique syndicale. Et n’utilisera pas de la même manière l’arsenal juridique selon qu’elle veut ou pas descendre dans la rue », décrypte Djoumoi Djoumoy. Qui explique que les syndicats avaient demandé à la Dieccte des moyens financiers pour organiser ces formations avec leurs cadres nationaux.

Celle que propose la CFE CGC est financée sur ses propres deniers, « grâce à nos adhésions. Mais nous demandons toujours à la Dieccte un accompagnement pour nommer un référent formation pendant un an, qui maîtrise le code du travail et serait à même de vulgariser les textes. »

Nouvelle unité patrons-syndicats de salariés

Réunion des partenaires sociaux lundi au siège de la CFE CGC
Unité des partenaires sociaux

La phase numéro 2 de l’action, portera sur la diffusion de l’information auprès de l’ensemble du personnel début 2018, après la mise en place du code du travail.

La priorité du moment pour Djoumoi Djoumoy, c’est la mise en place des organes décisifs en matière de formation professionnelle : Le COPAREF*, composé du patronat et des représentants des salariés, qui veut assurer une meilleure coordination des politiques d’emploi, de formation et d’orientation professionnelle, et le CREFOP, au rôle similaire, « et qui va permettre de mettre en place un OFCA pour la collecte des fonds pour l’apprentissage notamment. Nous l’installons mi-décembre ».

Des structures qui ont été mises en place somme toute récemment en métropole, puisque créées par la loi du 5 mars 2014, et dont va pouvoir bénéficier Mayotte : « Cela va permettre de donner à la DAFPI du Département, des orientations sur la formation professionnelle et sur les financements à mobiliser ».

C’est un défi que doivent relever les partenaires sociaux, mais gageons que leur unité lors de la fronde contre le report du conseil des prud’hommes, continuera à les porter, « la réussite ne passera que par une entente entre partenaires sociaux », confirme Djoumoi Djoumoy.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

* COPAREF : Comité Paritaire Interprofessionnel Régional pour l’Emploi et la Formation Professionnelle
CREFOP : Comité régional de l’emploi, la formation et l’orientation professionnelles

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139519
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139519
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139519
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139519
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139519
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139519
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com