28.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 décembre 2021
AccueilEconomieEnquête pour une renaissance de la filière ylang

Enquête pour une renaissance de la filière ylang

Champ d'ylang de la plantation Guerlain à Combani
Champ d’ylang de la plantation Guerlain à Combani

Après avoir sanctionné il y a 15 ans, pour ses irrégularités, le parfumeur Jean-Paul Guerlain qui régnait sur la filière ylang à Mayotte, l’Etat a décidé de la relancer  par là où elle avait chuté : les coûts de la main d’œuvre.

Celui dont la réputation de « nez exceptionnel » avait amené à Mayotte en 1995 pour exploiter l’ylang-ylang, en était reparti dans les années 2000 après un contrôle de la Direction du travail (la DTEFP à l’époque) : une trentaine de cueilleuses en situation irrégulière avaient été contrôlées sur son exploitation de 20 hectares à Combani. Il s’était défendu en arguant de la difficulté à trouver des travailleurs saisonniers régulier, surtout plus cher, et avait claqué la porte sur son expérience mahoraise.

A l’époque, Mayotte pouvait exporter prés de 20 tonnes d’essence d’ylang… un âge d’or qui ne conservera comme trace que le parfum « Mahora » de Guerlain, puisque nous n’exportons quasiment plus.

Car depuis, le SMIG n’a cessé de converger vers le SMIC métropolitain, posant le problème du rendement de ces exploitations agricoles. Pour contrer la main d’œuvre moins chère en provenance des îles voisines, la DAAF propose de compenser les surcoûts en passant par un acteur qui a des compétences dans ce domaine, l’Europe.

Les ylangières, de vielles dames

Les très parfumées fleurs d'ylang
Les très parfumées fleurs d’ylang

Mais pour convaincre Bruxelles, il faut avant tout structurer la filière, et ça, à Mayotte, c’est compliqué. L’enquête menée sur le terrain traduit en effet plusieurs difficultés.

L’objectif est de faire vivre « plus d’une centaine de familles agricoles, sans compter les emplois induits ».

Ont été enquêtés 76 exploitants pour 82 parcelles et 116 ha, dont 10% ne faisaient pas partie des déclarants 2016, qui sont déjà en dessous de la réalité. Le potentiel est donc important en terme de surface d’exploitations.

87% des parcelles sont accessibles par un engin de type 4X4, avec toutefois de grosses difficultés potentielles dans 31% de ces cas. A contrario, 14% ne sont accessibles qu’à pied, ce qui va poser problèmes si ces exploitants voulaient adhérer à la vente de fleurs et au système de collecte organisée.

L’âge des ylangières varie de 6 mois à 60 ans, avec une moyenne de 32 ans et leur densité avoisine 400 arbres à l’ha. 60 ans un bel âge pour un ylang ! Mais s’ils peuvent encore correctement produire jusqu’à prés de 60 ans, il va falloir lancer rapidement un programme de nouvelles plantations, pour ramener l’âge moyen autour de 15 à 20 ans.

Tout dépend du prix

Parfumerie Guerlain à Paris
Parfumerie Guerlain à Paris

L’entretien est correct sur 95% des plantations, « 56% des arbres sont en excellent état ». Mais l’optimisation de la production appelle à retailler les ylangs, ce que la moitié des propriétaires sont enclins à faire. En terme de productivité, 44% des arbres ont un potentiel de fleurs de plus de 2 tonnes/ha, 85 % peuvent produire plus de 1,5 t. La DAAF en tire une première conclusion : « L’extrapolation conduit à 4,8 à 5 tonnes d’Huile Essentielle complète, qu’il est possible de produire immédiatement, en situation de reprise massive de la cueillette. »

Un défi qui ne peut être relevé sans l’implication forte des producteurs : « 94,7% des exploitants interrogés déclarent avoir envie de poursuivre ou reprendre leur activité de producteur d’ylang, à condition que le prix devienne attractif. A la question sur l’effort de replantation pour lequel ils pourraient investir, les 3/4 s’en disent prêts, au moins en remplacement des pieds chétifs ou morts. Les autres (27%) sont généralement trop âgés, sans espoir de reprise, pour le faire. »

Un cofinanceur au parfum

Alambic de la plantation Guerlain à Combani
Alambic de la plantation Guerlain à Combani

En matière de mutualisation, ça coince : les deux tiers des exploitants veulent rester autonome en continuant à cueillir par eux-mêmes. Il va donc falloir travailler avec les autres pour mettre en place un service de livraison automatique à la distillation. Ce qui pourrait ensuite, en intéresser d’autres.

Les 32/73 ayant déclarés vouloir continuer à distiller ont les surfaces parcellaires les plus grandes (2 ha en moyenne) et représentent 57% de la production, soit 2,4 tonnes d’Huile Essentielle en production d’aujourd’hui. Pour autant, les 30 alambics visités sont dans un état variable : 23% sont en très bon ou bon état et 15% sont en mauvais état ou hors d’usage, ce qui réduit d’autant les velléités à distiller par eux-mêmes.

93% des enquêtés ont déclarés être favorables à une adhésion à une structure collective, association ou coopérative. Mais, seulement 13% ont envie de prendre des responsabilités dans cette structure. 89% estiment pouvoir pérenniser leur exploitation.

En conclusion, si dans l’immédiat, la DAAF estime la production grâce à une distillation mutualisée à 1,8 tonnes d’huile essentielle, il reste à trouver le préfinancement pour ces fonds européens qui pourraient prendre en charge 100% du financement des techniciens d’encadrement, et 75% des investissements. Des acteurs privés vont être recherchés.

A.P-L.
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

  1. 858441 414249 An fascinating discussion is worth comment. I believe which you ought to write a lot more on this topic, it may not be a taboo subject but normally folks are not enough to speak on such topics. To the next. Cheers 138250

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Course de pneus, Mayotte

Finale du Jeu mobile Officiel Course de pneus qui s’exporte dans...

0
La crise sanitaire avait obligé l'agence Angalia organisatrice de la Course de pneus à agiter ses méninges l'année dernière. Cela avait donné lieu à...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.