21.9 C
Dzaoudzi
mercredi 5 octobre 2022
AccueilEnvironnementColloque CCEE : Les DOM à l'épreuve de la montée des eaux

Colloque CCEE : Les DOM à l’épreuve de la montée des eaux

Les intervenants du colloque
Les intervenants du colloque

Difficile de douter encore de la nécessité d’un développement maîtrisé quand on a traversé comme la population de Mayotte la crise de pénurie d’eau. Souvenir douloureux évoqué par le préfet Frédéric Veau ce lundi matin lors de son discours d’inauguration du colloque inter-CCEE. Il évoquait le challenge : « Mayotte connaît des besoins de rattrapage, probablement parmi les plus importants au plan national », mais « la crise de l’eau que Mayotte a traversé il y a quelques mois illustre la nécessaire conciliation des enjeux environnementaux et du développement (…), les forêts sur les crêtes sont nos réservoirs d’eau. Leur protection est un enjeu d’intérêt général. »

La présence des 5 DOM sur un même colloque, permettait avant tout des échanges d’expériences bénéfiques.

On ne parle plus de développement durable, mais maîtrisable, résumé par Frédéric Veau comme étant « la conciliation des usages de l’espace et le respect de la biodiversité des environnements contraints que sont les milieux insulaires ou bien celui de la forêt amazonienne ».

20 communes guadeloupéennes en risque submersion

"Une approche d'accompagnement et non de répression", indique Cécile Perron
“Une approche d’accompagnement et non de répression”, indique Cécile Perron

Un concept approprié à Mayotte où il est difficile de faire passer l’environnement avant la subsistance de la population. Cécile Perron, la directrice du Parc Naturel de Marin (PNM) de Mayotte, se voulait à cet égard rassurante envers les 3 autres DOM qui, en dehors de la Martinique et Mayotte, n’ont pas encore souscrit au concept : « Le Parc ne crée pas de réglementation, il la propose aux autorités compétentes, et nous n’avons pas une approche répressive mais d’alternative aux pratiques pour préserver la ressource de pêche ».

Associer développement et protection, c’est aussi une nécessité pour la Guadeloupe : « Les autorités veulent passer de 500.000 touristes à un million, mais où va-t-on les mettre ?! », s’exclamait Félix Lurel, écologue Guadeloupéen.

Il évoquait les défis du développement durable et du changement climatique de son île. Une élévation des températures et du niveau des eaux actuelles que les Antilles ont commencé par constater, « 3mm par an, 82 cm d’ici 2100… Que se passerait-il si ce scénario catastrophe se vérifiait ? » L’île serait fortement touchée, « 20 communes seraient partiellement submergées ou inaccessibles car 60% de la population vit sur les côtes, le port l’aéroport serait sous les eaux… »

Comme au Cap-Ferret

Les territoires insulaires menacés
Les territoires insulaires menacés

Les phénomènes climatiques sont amenés à être de plus en plus intenses, « des saisons sèches plus sèches », et plus violents, « nous passons d’un ouragan de catégorie 2 à 5 en quelques heures ».

En face, quelques solutions sont étudiées, comme une « sécurisation de l’alimentation en eau potable », le « renforcement du réseau d’espaces protégées » ou l’évolution vers une autonomie énergétique. Surtout, face à l’avancée des eaux qui grignotent littéralement les cocotiers des plages de sable blanc, une expérience de plantation pour stabiliser le littoral est encours. Du même type que l’ensemencement réussi de la dune au Cap-Ferret (Gironde) et qui a stoppé l’avancée du sable sur les habitations.

Des systèmes de productions durables, des écolabels, doivent être mis en place « en même temps qu’une lutte contre la déforestation ».

A Mayotte où une grande partie de la population vit également en bordure littorale, les impacts de l’élévation du niveau de la mer sont en cours d’inscription au plan de protection contre les risques naturels, comme le précisait le préfet, et « nous avançons sur la protection : celle des forêts avec un engagement financier de l’État et de l’Europe de 3,5 millions d’euro, la protection du littoral grâce au conservatoire et aux associations, la protection de la mer avec le parc marin. » Avant de conclure « Mayotte attend beaucoup de vos débats ».

Le colloque (Colloque mardi 17 octobre 2017) se poursuit ce mardi au conseil départemental.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Le centre social de Bouéni entend participer à résorber l’illettrisme

139533
Alors que l’illettrisme affecte une personne sur deux à Mayotte, ce taux étant deux fois plus élevé dans les quartiers prioritaires, le centre social...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139533
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139533
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139533
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139533
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139533
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com