Le Département tient le calendrier du grand chantier des PMI

0
124
Président et vice président du Département pour le début d'une vague d'inaugurations de PMI (Photos: IIA)
Président et vice président du Département pour le début d’une vague d’inaugurations de PMI (Photos: IIA)

Les PMI vont peut-être parvenir à sortir de la période de crise dans laquelle elles sont embourbées depuis tant d’années. C’est en tout cas le message que veut faire passer le Conseil départemental au moment où débute une double inauguration. Ce jeudi matin, c’est à Mtsamoudzou que le président Soibahadine Ibrahim Ramadani et le vice-président en charge du social Issa Issa-Abdou coupaient le premier ruban. La semaine prochaine, bis repetita à Poroani. Les deux villages bénéficient chacun d’un bâtiment flambant neuf destiné aux mamans, futures mamans, nourrissons et jeunes enfants jusqu’à 6 ans.

«Ces inaugurations interviennent au moment où 5 autres PMI commencent à sortir de terre, sur les 10 nouvelles prévues durant la mandature», ont souligné les élus durant la cérémonie. Les PMI de Bandrélé, Kani-Kéli, Vahibé, Combani et Acoua sont en effet les prochaines sur la liste des inaugurations.

La PMI de Mtsamoudou
La PMI de Mtsamoudou

«On peut y voir une réponse aux revendications des personnels, en particulier des sages-femmes qui dénoncent leurs mauvaises conditions de travail», explique Issa Issa-Abdou. «Construire de nouveaux équipements, c’est permettre d’améliorer le quotidien en désengorgeant les PMI actuelles». De fait, ces deux nouvelles structures vont bientôt fonctionner sans recrutement spécifique. Le personnel, comme la charge de travail, va se trouver redéployé. «Ces réaffectations seront une bouffée d’oxygène pour les personnels qui étaient parfois trop nombreux dans des locaux trop petits», précise Issa Issa-Abdou. «Mais il y aura ensuite, bien sûr, des appels à candidatures pour des profils spécifiques, d’infirmières ou de sages-femmes par exemple».

En attendant le gouvernement

Le Département a donc choisi l’artillerie lourde avec la construction de bâtiments pour répondre à la crise, quitte à ne pas toujours satisfaire les demandes du quotidien du personnel, en particulier en petit matériel. Mais tout est une histoire de ligne budgétaire : le Département a trouvé de l’argent pour des bâtiments. Mayotte a en effet obtenu du gouvernement une compensation attendue depuis longtemps: 62 millions d’euros pour l’aide sociale à l’enfance (ASE). Mais il en avait demandé une autre, précisément pour les PMI, qui n’est pas encore arrivée.

Le président Ibraim Ramadani rappelle l'engagement des 10 nouvelles PMI pour cette mandature
Le président Ibraim Ramadani rappelle l’engagement des 10 nouvelles PMI pour cette mandature

Ce dossier n’étant toujours pas bouclé, le Conseil départemental a choisi de ne pas attendre. Estimant que les PMI répondaient en partie à la grande problématique de la prise en charge de l’enfance à Mayotte, il avait fléché quelques millions vers ces chantiers, «pour ne pas prendre de retard sur notre projet», précise Issa Issa-Abdou. Car la feuille de route départementale prévoit bien 10 nouvelles PMI, les 5 prochaines étant quasiment en chantier pour une livraison en 2018 et les 5 suivantes devant être achevées d’ici à 2020.

Un maillage pertinent du département

Si la compensation gouvernementale arrive, il suffira donc par un jeu d’écriture comptable de réaffecter les sommes, pour la bonne marche de tous les programmes… et enfin fournir en postes médicaux et en matériel adéquat et suffisant l’ensemble des centres. Les fonds européens du Programme opérationnel (PO) FEDER bouclant le financement.

En plus des PMI, la majorité départementale a également prévu de faire sortir de terre un nouveau centre médico-social à Chiconi. En fonction des critères de bassins de vie et de démographie, le Département espère ainsi livrer un maillage étroit et pertinent de l’ensemble de Mayotte. Actuellement, il existe une trentaine de PMI dans notre département.

PM
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here