28.9 C
Dzaoudzi
mardi 25 janvier 2022
AccueilorangePour Thani Mohamed, «la désagrégation de la famille à l’origine des problèmes...

Pour Thani Mohamed, «la désagrégation de la famille à l’origine des problèmes de l’île»

Les différents intervenants autour d'Ali Nizary (3ème en partant de la gauche)
Les différents intervenants autour d’Ali Nizary (3ème en partant de la gauche)

L’Union Départementale des Associations familiales fait de plus en plus parler d’elle, et a réussi à s’implanter en très peu de temps dans le paysage mahorais, comme le faisait remarquer la directrice adjointe de la Direction de la Jeunesse et des Sport, qui représentait la préfecture de Mayotte.

Elle assistait ce vendredi matin à l’Assemblée générale de l’UDAF, organisée par son président Ali Nizary, et en présence de du sénateur Thani Mohamed Soilihi, du vice-président chargé de l’action sociale et de la santé, Issa Issa Abdou, de la directrice de la Caisse de Sécurité Sociale de Mayotte (CSSM) et de la mairie de Mamoudzou.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : de quelques familles adhérentes lors de sa création en 2014, l’UDAF Mayotte est passée à 835 en 2016, et enregistre en son sein 17 associations familiales agréées adhérentes.

Appel du pied pour un appel de fonds

Les représentantes de la CSSM et de la DJSCS
Les représentantes de la CSSM et de la DJSCS

L’UDAF représente l’intérêt des familles en observant leurs besoins, et en gérant de nombreux services à leur destination, comme la médiation familiale en cas de problèmes, le service de mandataire judiciaire à la protection des majeurs (tutelle ou curatelle), elle peut aussi mener une action civile en cas de menace de leurs intérêts matériels et moraux.

Depuis 2014, année de sa mise en place, l’UDAF Mayotte a progressivement investi ces missions. Elle a été dotée d’un budget global de 519.011 euros en 2016, abondé par la DJSCS (121.270€), l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF, 145.694€), le conseil départemental (15.000 €), le ministère de la justice (31.000 €), la préfecture (10.000€) et de la CSSM (38.355€), commentés par sa directrice Ymane Alihamidi-Chanfi, « une enveloppe réduite car Mayotte n’est pas éligible au Fonds national d’Action sociale ».

C’est un discours militant auquel elle se livrait alors. Tout d’abord auprès du sénateur Thani Mohamed Soilihi : « L’accès à ce fonds permettrait un fonctionnement pérenne des associations du territoire. » Elle se réjouissait que depuis cette année Mayotte soit enfin « sur les starting-blocks » du développement social, notamment « grâce à la feuille de route du Schéma Départemental des services aux familles ».

Finances et parentalité

Ali Nizary et Issa Issa Abdou
Ali Nizary et Issa Issa Abdou

Auprès d’Issa Abdou ensuite : « L’UDAF manque de co-financement, il faut créer un comité de financeurs. » Et enfin avec l’Etat sur des sujets vitaux : « Nous devons négocier autour de 4 axes : un meilleur accompagnement à la parentalité, sur les liens parents-écoles, décliner les dispositifs nationaux ‘parentes-écoles’ et développer le pilotage Départemental. »

Car il y a crise autour de la parentalité, que traduit Thani Mohamed : « La famille joue une place centrale. Jusqu’à présent, enrichie par des apports extérieurs, la société mahoraise était une société aboutie. Mais elle a été perturbée par les évolutions de ces XXème et XXIème siècle. C’est la désagrégation de la famille qui explique les problèmes sociaux et économiques que nous vivons. »

Les crises, l’UDAF les a affrontées, informe Ali Nizary, « celle de l’école pour laquelle nous avions réuni les associations de parents d’élèves, celle des ‘décasés’, pour laquelle nous avons rencontré les associations humanitaires à Paris pour expliquer la problématique. » Il en déduit un premier axiome, « nous devons d’abord discuter des conflits et les régler ici, sous peine d’être incompris par les regards parisiens. »

Une partie des participants
Une partie des participants

Des commissions de réflexion seront créées à cet effet. Autre nouveauté, les ‘médailles des familles’ vont faire leur apparition.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Saint-Benoit, La Réunion, Mayotte

Nouvelles violences à Saint-Benoit : “Ces jeunes et ces parents font...

139521
Sur le même mode qu'au mois de novembre 2021, un déchainement de violences s'est abattu sur deux quartiers de Saint-Benoit à La Réunion, des affrontements entre bandes. Le maire parle de "parents démissionnaires", et reçoit l'appui du président Ben Issa Ousseni sur des mesures à prendre, "fortes et exemplaires"
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
RUP, Sébastien Lecornu, Mayotte, Schengen

Révision de Schengen et de la politique des RUP : « Mayotte a une carte à...

139521
Une nouvelle stratégie à l’égard des Régions Ultrapériphérique de L’Europe, dont Mayotte, est en cours d’élaboration par la Commission européenne qui la finalisera en mai 2022. Chacun était prié de défendre sa position au sein d’une stratégie commune
Projet de loi Mayotte, Sébastien Lecornu, Mayotte

Projet de loi Mayotte : le sujet se politise de plus en plus

139521
Le timing aidant avec des élections présidentielles qui se rapprochent, réduisant peu à peu le nombre de conseils des ministres susceptibles de l’examiner, le projet de loi Mayotte entame sa 2ème semaine de feuilleton du « je t’aime, moi non plus »
Mayotte, LR

Législatives : Issihaka Abdillah confirmé comme candidat LR

139521
Les candidats commencent à se mettre en ordre de marche pour les prochaines législatives qui se tiendront les dimanches 12 et 19 juin 2022. Les LR ont investi au niveau national deux candidats sur...
Mayotte, projet de loi

Projet de loi Mayotte : les maires et trois parlementaires cherchent un consensus

139521
Ils essaient de sauver les meubles. Les élus locaux et trois parlementaires appellent d’un côté le gouvernement à s’engager sur un calendrier, et de l’autre, les élus départementaux à réexaminer le projet de loi à la lumière des 85 propositions envoyées par le gouvernement. « C’est une opportunité unique pour Mayotte », clament-ils
Projet de loi, CESEM, Sébastien Lecornu, Mayotte

Le projet de loi organique a-t-il une nouvelle fois tué celui sur le développement...

139521
Deux projets de loi, l’un plombant l’autre, et un mail tardif sur 85 propositions pour développer Mayotte qui tombe la veille des débats du conseil départemental, ont jeté le trouble sur une loi pensée pour développer Mayotte. Les trois-quarts des mesures sont malgré tout applicables en cas d'ajournement du texte par le gouvernement
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com