29.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 décembre 2021
AccueilorangeDix joueurs du XV de France à Mayotte

Dix joueurs du XV de France à Mayotte

Le XV de France s'entraîne avec les jeunes à Chirongui
Le XV de France s’entraîne avec les jeunes à Chirongui (Photo Y.D.)

Ce matin, nous avions rendez-vous avec des balèzes. Pas seulement parce qu’ils ont à chaque bras un muscle qui correspond à celui de votre cuisse, mais parce que niveau sport, ils assurent plutôt, sélectionnés qu’ils sont au XV de France. Ils s’affichent en 4×3 depuis quelques jours et on ne parle presque plus que de ballon ovale sur l’île : 10 joueurs de l’équipe étaient pour une nuit sur notre sol Mahorais, quand 25 sont à La Réunion.

« Il n’y avait pas assez d’infrastructures pour nous accueillir tous », déclare Rabah Slimani, le visage large de gladiateur, encore plus impressionnant qu’à la télé pour les matchs des 6 nations. Ils n’ont pas réussi le grand chelem cette année non plus, mais l’envie est là, « la saison recommence mi-août ».

Ne croyez pas qu’être sélectionné en équipe de France c’est une rente : « Nous sommes payé au match lorsque nous avons la chance d’être sélectionné. Le reste du temps je joue au Racing 92, et Rabah au Stade de France », explique Eddy Ben Arous. Rabah Sliman est d’ailleurs en transit, « j’ai été acheté par Clermont Ferrant où je vais jouer la prochaine saison. »

Décrassage, selfies, et transpiration

Rabah Slimani et Eddy Ben Arous
Rabah Slimani et Eddy Ben Arous pour la 1ère fois à Mayotte

C’est la première fois qu’ils viennent à Mayotte. Alors que d’habitude, on entend aussitôt parler de bidonville, et de pauvreté, ce n’est pas ça qui a le plus marqué les deux rugbymen professionnels : « Vous savez, nous ne sommes pas nés dans les beaux quartiers de Paris », sourient Rabah dont les deux parents sont algériens, et Eddy, dont un parent est Nigérian et l’autre Tunisien, « par contre, ce qui nous a marqué, ce sont les sourires qui s’affichent en permanence sur les visages. »

Ils se sont entraînés lundi, « un décrassage », après leur arrivée à Chirongui où ils sont arrivés en retard après que leur véhicule ait donné des signes de fatigue. Puis ils ont participé à un petit tournoi avec les jeunes, « ce terrain, on ne ferait pas un plaquer là-dessus ! », lancent-ils. Selfies, autographes… « on voyait qu’ils étaient heureux ! »

KTV plaquée par le Figaro

Eddy Ben Arous
Eddy Ben Arous, Camille Chat, Jonathan Danty, Bernard Leroux, Rabah Slimani et Brice Dulin

Ils ont eu l’occasion de tester l’échauffement avec quelques degrés de plus qu’à Paris, « et encore, avec le retard pris, il était 16h30. Vous croyez qu’il va faire plus chaud ce matin à 10h30 pour notre entrainement à Passamainty ? »…

S’il elle ne le ternit pas, une polémique est née de ce voyage, relevée par le Figaro, qui dénonce l’exclusivité de l’arrivée des tricolores à KTV de Patrick Millan, qui comme chacun le sait est un proche de Serge Simon, ancien pilier du XV de France, et qui déteint 10% de la SARL. Les autres médias ont pu assister à l’entrainement à Chirongui, et étaient conviés à un point presse le lendemain.

Leur passage, on le doit aux engagements de Bernard Laporte, président du XV de France depuis 2 mois, « il nous a demandé de faire la promotion du rugby en France y compris l’Outremer, lors de nos tournées d’été. » Ils partent en Afrique du sud pour un tournoi officiel de 3 matchs contre les « Springboks ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Pôle emploi, Mayotte

Pôle emploi : modalités d’accueil en raison de fermeture exceptionnelle des...

0
Régulièrement inondée lors des épisodes de fortes pluies, l’agence Pôle emploi réorganise provisoirement son accueil. "En raison des intempéries, qui rendent difficile l’accueil des...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

A Mamoudzou, un premier contrat local de santé pour rapprocher la santé préventive des...

0
Fini le chacun-pour-soi, vive la co-construction ; la prévention à la santé, à l'alimentation, la lutte contre les gîtes larvaires ou les rongeurs, la contraception et la lutte contre les addictions, sont autant de sujets relevant des communes, de l'ARS ou du Département. Avec le contrat local de Santé, Mamoudzou met les trois acteurs autour d'une même table pour gagner en efficacité dans la santé préventive. D'autres communes suivent le même chemin.

Évolution des prestations sociales : Madi Velou salue les avancées et appelle à aller...

0
C'est un des premiers à réagir aux annonces gouvernementales sur le début de rattrapage en matière de droits sociaux. Le vice président du Département chargé du social salue des avancées "qui vont dans le bon sens", mais demande des adaptations immédiates quand cela est possible
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.