Macron-Le Pen: ce que les deux candidats proposent pour l'Outre-mer

0
122

EMMANUEL MACRON: «Pour l’émancipation réelle des Outre-mer».

Emmanuel Macron en meeting en Petite Terre fin mars
Emmanuel Macron en meeting en Petite Terre fin mars

«Les Outre-mer ne demandent pas à entendre des promesses démagogiques et non financées (…). Ils demandent à pouvoir développer des activités économiques dans leurs territoires et à vivre de leur travail (…). C’est pourquoi notre projet d’émancipation pour la France est aussi un projet pour l’émancipation réelle des Outre-mer au sein de la République». Emmanuel Macron s’est fixé six objectifs pour les territoires ultramarins.

Son premier objectif vise à «reconstruire une politique de continuité territoriale». Le candidat d’En Marche! estime que les habitants d’Outre-mer doivent sortir de leur isolement géographique en voyageant non seulement vers l’Hexagone mais en s’intégrant aussi à leur environnement régional. Il propose, chaque année, 200.000 billets d’avion aidés pour la mobilité des Ultramarins en France et dans leur région.

Son 2e objectif porte sur le soutien à l’activité et l’emploi pour lutter contre le chômage et l’exclusion.
«Nous devons d’abord prendre en compte les spécificités des outre-mer dans nos politiques publiques. Nous ne pouvons pas avoir des régies uniformes qui s’appliquent de la même manière dans les régions ultra-périphériques comme dans l’Hexagone», indique Emmanuel Macron. Il annonce une renégociation des accords au sein de l’Union Européenne pour adapter les règlements, par exemple dans l’agriculture ou la pêche.

Equipements : le grand rattrapage

Il souhaite un rattrapage des retards dans l’assainissement, la desserte en eau potable, la gestion des déchets, lutter contre la congestion dans l’accès aux grandes villes ou contre l’éloignement «pour améliorer la vie quotidienne des habitants, attirer les investisseurs et dynamiser le tourisme.»
Un milliard d’euros sur 5 ans sera consacré au financement des investissements collectifs des territoires ultramarins, dans le cadre d’un plan d’investissement.
«Nous financerons nos actions dans la formation, le tourisme, la santé et la transition énergétique grâce au plan d’investissement», annonce Emmanuel Macron.

L'image du programme Outre-mer d'Emmanuel Macron
L’image du programme Outre-mer d’Emmanuel Macron

Suppression du régime social des indépendants (RSI) pour l’adosser au régime général, renforcement de l’activité de Bpifrance, adaptation des aides fiscales et sociales sont également au programme.

Objectif 3, la jeunesse. Emmanuel Macron veut faire des universités d’Outre-mer des pôles universitaires internationaux rayonnant dans leur région et propose 12 élèves par classe en CP et CE1… Il ne sera pas facile de tenir cet engagement à Mayotte.

Une réponse pénale vers les mineurs

Son 4e objectif est consacré à la sécurité. «Nous renforcerons les moyens des services de sécurité et de justice et déploierons, comme dans le reste du territoire, la police de sécurité du quotidien», annonce Emmanuel Macron. «Nous organiserons, en partenariat avec les collectivités territoriales et le milieu associatif, un réseau de structures d’accueil capable de mettre en œuvre la réponse pénale en direction des mineurs.»
Des écoles de formation de gendarmes adjoints et d’adjoints de sécurité seront créées en Martinique, en Guadeloupe et à La Réunion (pour la Réunion et Mayotte) ainsi que des «classes d’excellence pour accompagner les jeunes Ultramarins qui souhaitent entreprendre une carrière dans les métiers de la sécurité et de la justice.»

La vie chère constitue le 5e point: l’Autorité de la concurrence évaluera l’efficacité des mesures existantes pour réduire les écarts de prix avec la métropole pour ensuite «engager des actions pour lutter contre les prix trop hauts et les marges indues.»
Emmanuel Macron veut également donner davantage de pouvoir aux collectivités, c’est le 6e objectif.

Enfin, il souhaite qu’une conférence internationale sur la biodiversité soit organisée dans les Outre-mer, et relocaliser dans les Outre-mer l’Agence française pour la biodiversité.

Pour finir, le candidat a annoncé des Assises dans chaque territoire, chargées d’établir une feuille de route d’urgence pour la première année de son quinquennat.

Sa lettre pour Mayotte : https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/lettres/Lettre%20ouverte_Mayotte_20avril2017.pdf
Son programme complet sur son site : http://www.en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/outre-mer

MARINE LE PEN: «Du dynamisme de l’outre-mer dépend le rayonnement de la France».

Marine Le Pen à Mayotte le 30 novembre 2016
Marine Le Pen à Mayotte le 30 novembre 2016

La présidente du front national propose d’abord «un grand ministère d’État de l’Outre-mer et de la Mer» pour valoriser la dimension maritime de la France et développer un vaste plan stratégique d’investissement autour de l’économie de «l’or bleu».
«L’État-stratège doit jouer un rôle en soutenant la création d’un ou plusieurs grands hubs maritimes en outre-mer, destinés à dynamiser le savoir-faire français localement. L’extension du Service Militaire Adapté (SMA) dans le cadre de la marine nationale doit y contribuer tout particulièrement», indique son programme.

La présidente du FN veut renforcer la Marine nationale et prône l’implantation partout en Outre-mer d’écoles de formation aux métiers de la sécurité pour développer les expertises et le recrutement localement.

«La fermeté face à tous les trafics se traduira par une reconduction systématique des clandestins aux frontières», indique le programme qui évoque aussi «l’augmentation des places de prison pour lutter contre l’explosion de la délinquance et de la criminalité», en particulier à Mayotte. Marine Le Pen veut une «application ferme et égale des politiques pénales, en mettant fin à ce laxisme caractéristique de la France en outre-mer, faute de moyens matériels d’une part, mais aussi par désarmement moral et clientélisme». Pour le FN, la fin du droit du sol sur l’ensemble du territoire national permettra «de dissuader sur le moyen/long terme les candidats à l’immigration, en Métropole comme en outre-mer.»

Des zones d’investissement prioritaires

P Le PenEn matière économique, le projet de Marine Le Pen est de «construire une économie solide offrant de vraies perspectives de pouvoir vivre et travailler localement sans être obligé d’envisager le départ vers la métropole ou même l’expatriation». Des outils fiscaux «stabilisés dans le temps et simples d’utilisation» seront mis en place, avec un allégement des charges sur les entreprises et un crédit impôt-recherche.
Les dispositifs Pons, Perben et Girardin, Lodeom seront regroupés dans la création de zones ultramarines françaises d’investissement prioritaires (ZUFIP). Un haut-commissaire à la coopération économique sera nommé par Bercy. Une Agence pour les Investissements Privilégiés d’Outre-Mer (APIPOM) sera chargée d’assurer depuis la métropole la promotion de l’arsenal législatif et fiscal des ZUFIP et le suivi des projets réalisés auprès des investisseurs.

Pour la pêche, Marine Le Pen veut rattacher l’IFREMER au Ministère d’État de l’Outre-Mer et de la Mer, en le dotant de nouvelles missions et de nouveaux moyens budgétaires. Dans le cadre du redressement économique de l’outre-mer, fondé notamment sur le refus du «libre-échange suicidaire en matière agro-alimentaire», les filières agricoles doivent être favorisées.

Autorité et discipline à l’école

Marine Le Pen veut réformer l’octroi de mer «en repensant ses modalités et sa finalité», en particulier, en introduisant une modulation en fonction de la provenance des produits pour rétablir une continuité entre l’économie de la métropole et de l’outre-mer.

Concernant l’éducation, la candidate dénonce un ministère de l’Éducation nationale, «qui a transformé l’école depuis trente ans en un « lieu de vie » sans autorité, sans méthode, sans ambition.» Elle veut un «retour de l’autorité et de la discipline» ; un «recentrage énergique des enseignements autour des fondamentaux de l’instruction publique» ; une «augmentation des heures de français et de mathématiques à l’école primaire» ; la «réduction des horaires consacrés à des activités périscolaires ou ludiques» ; «l’interdiction de passer en sixième si on ne sait pas parfaitement lire et écrire».

Enfin, le Service Militaire Adapté doit «rester un outil privilégié d’insertion professionnelle pour les jeunes en difficulté» et va «progressivement» devenir obligatoire pour les jeunes qui rompent avec le système éducatif, «sous peine de perdre toute allocation.»

Retrouvez son programme complet pour les Outre-mer : https://www.marine2017.fr/wp-content/uploads/2016/12/programme_outre_mer_2016.pdf

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here