24.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueilorangePour accoucher, les femmes souhaitent allier rituels et modernité

Pour accoucher, les femmes souhaitent allier rituels et modernité

Zakia Ahmed présentait une feuille de Mhono Boina, utilisée pour envelopper le placenta
Zakia Ahmed présentait une feuille de Mhono Boina, utilisée pour envelopper le placenta

La doctorante en Anthropologie à l’INALCO, Zakia Ahmed était plus à l’aise lors des échanges ultérieurs avec le public que lors du déroulé de son exposé. Il portait sur son étude depuis 2011 des départs de femmes mahoraises et comoriennes pour aller accoucher à La Réunion. « Elles ont entre 20 et 30 ans, ont déjà 3 à 5 enfants, et partent seules, soit en raison de difficultés conjugales, soit avec la belle famille, et ont un niveau scolaire bas ou inexistant », nous apprenait la chercheuse.

Et elles reviendraient ensuite à Mayotte. « Elles sont en quête de soins de médecine occidentale à La Réunion. Et en quête de sécurité des soins » Les cadres de santé, venues tout exprès dans la salle de cinéma Alpa Joe pour en savoir un peu plus sur les pratiques locales, auront été douchés à froid. « Ça pose un problème de la mauvaise représentation des conditions d’accouchement ici. J’ai accouché à Mayotte, et je recommencerai sans problème, il faut casser cette image négative », lançait une jeune femme.

Plus que la sécurité, il s’avérait au cours des échanges que c’est le confort qui était recherché par ces partantes, enceintes, à La Réunion.

Chouchoutée pendant 40 jours

Plusieurs réactions dans la salle
Plusieurs réactions dans la salle

La démarche ne devrait pas jouer en faveur de la pérennité des pratiques ancestrales, mais les herbes et huiles de massage suivent dans les glacières vers La Réunion, assure Zakia Ahmed. Il aurait été intéressant de connaître ces rituels mois par mois. On apprenait en particulier que les massages sont pratiqués sur les femmes du 3ème au 4ème mois de grossesse par les aînées, « pour relaxer le dos et les lombaires », et avant l’accouchement, elles doivent avaler un bol de lait sucré et un jus de feuilles d’orovéni.

Même spécificité pour le placenta qui est systématiquement enterré, « il est considéré comme le petit frère du bébé, et est enveloppé auparavant dans une feuille de Mhono Moina, appelé aussi ‘main de l’enfant’ ».

Lorsqu’elle a accouché, la femme est recluse pendant 40 jours avec son bébé, « on allume un feu sous son lit et celui du bébé, car on considère qu’ils ont perdu de l’énergie, donc de la chaleur ». Sauf pour les Ranguinalou, « des descendantes de malgaches, qui ont des interdits comme tout ce qui est chaud ».

Prières, massages, boissons chaudes… « Les femmes aiment enfanter ici, car c’est une période où l’on prend soin d’elles », conclut Zakia Ahmed.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan