L’épidémie de bronchiolite ne faiblit pas: 616 passages aux urgences du CHM depuis décembre

0
84

ARS BronchioliteL’épidémie saisonnière de bronchiolite débutée en décembre prend cette année une tournure particulière à Mayotte. Son intensité est comparable à ce que nous avons déjà connu mais cette année, sa durée est exceptionnellement longue. Après une première vague de malades au cours du mois de décembre et janvier, une deuxième vague épidémique est observée depuis février dans le service d’urgences du CHM. Et contrairement à La Réunion où le nombre de malades diminue, à Mayotte il n’y a toujours pas de signe de reflux. Aux urgences au cours ces deux dernières semaines, «l’activité pour bronchiolite est restée globalement stable et se situe toujours au-dessus du seuil épidémique», indique l’ARS.

Au total, depuis le début de l’épidémie, 616 passages aux urgences pour bronchiolite ont été enregistrés chez des enfants âgés de moins de 2 ans, annonce l’ARS dans un communiqué. Car ce sont ces petits patients qui sont principalement concernés par cette maladie virale des petites bronches (les bronchioles).

Au départ, un simple rhume

La bronchiolite est très contagieuse. La maladie est due à un virus répandu qui touche principalement les enfants de moins de 2 ans. En zone tropicale, la recrudescence des cas de bronchiolite est habituellement observée pendant la saison des pluies. Les premiers symptômes s’apparentent à un simple rhume et une toux qui se transforme en gêne respiratoire, souvent accompagnée d’une difficulté à s’alimenter.

Urgences reducLe virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel souillé par une personne enrhumée et par les mains. Ainsi, le rhume de l’enfant et de l’adulte peut entraîner la bronchiolite du nourrisson. Dans la majorité des cas, la bronchiolite guérit spontanément au bout de 5 à 10 jours mais la toux peut persister pendant 2 à 4 semaines. Il est alors important de consulter pour éviter toute complication.

Les gestes pour limiter la transmission

Pour éviter la transmission de la maladie, l’ARS rappelle qu’il est conseillé de recourir à des gestes simples. Il faut se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé, éviter de le mettre en contact avec des personnes enrhumées et des lieux enfumés et nettoyer régulièrement les objets avec lesquels il est en contact (biberons, tétines, jeux…). L’ARS recommande également d’aérer régulièrement sa chambre.

Pour information, chez nos voisins réunionnais, l’épidémie a connu un pic très important au mois de mars avant de diminuer. Au cours de ces deux dernières semaines, l’activité des services d’urgences concernant cette maladie a globalement diminué mais se situe toujours au-dessus du seuil épidémique. Au total à La Réunion, depuis le début de l’épidémie, 719 passages aux urgences pour bronchiolite chez des enfants âgés de moins de 2 ans ont été enregistrés.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here