Les choix stratégiques du groupe Cananga pour installer Tati à Mayotte

0
331
Tati: le mythique magasin de Barbès à Paris
Tati: le mythique magasin de Barbès à Paris
Tati: le mythique magasin de Barbès à Paris

Pour développer l’enseigne Tati à Mayotte, le groupe Cananga a signé un contrat de franchise avec l’entreprise métropolitaine et monté une nouvelle filiale, Setam, au mois de septembre dernier. Le projet a donc donné naissance au premier magasin en bordure de la route nationale à Kawéni sur plus de 1.500 m2 de surface de vente, avec 16 salariés et même deux fois plus pour la période de l’ouverture.
C’est donc une belle tentative de rebond pour Cananga qu’on avait laissé sévèrement en crise, avec des licenciements et des fermetures. A noter d’ailleurs que pour consolider ses finances, le groupe a cédé la propriété du local à CBO-Territoria qui le loue désormais à Setam.

«Quand Tati prend l’engagement du ‘Fair cost’ qui est le prix juste, Tati Mayotte va prendre celui de la recherche du même niveau de prix, c’est-à-dire, s’efforcer de proposer à sa clientèle 60% de son référencement aux prix de la métropole», affirme Cananga. Car même transposé à Mayotte, pas question de toucher à ce qui est la marque de fabrique de Tati depuis sa création en 1948, une «stratégie d’accessibilité au plus bas prix», sur toutes les modes -homme, femme et enfant- mais également dans l’équipement de la maison, l’hygiène et la cosmétique, sans oublier le mariage.

Les visuels présentés par la marque Tati
Les visuels présentés par la marque Tati

Avec 125 magasins en France métropolitaine et 23 ouvertures à l’international depuis 2 ans, notamment à Dubaï, Bahreïn mais aussi à Téhéran, Alger, Bucarest, Tunis, Casablanca, la marque cherche à retrouver une nouvelle croissance. Car malgré ses 350 millions d’euros de chiffre d’affaires et ses 2.000 salariés, Tati va mal. Rachetée en 2004 par le groupe Eram (1er fabriquant français de chaussures et 1,5 milliard de chiffre d’affaires), Tati tente de renouer avec l’innovation et de redevenir une marque populaire et vivante. Pour cela, elle propose par exemple toutes les 3 semaines dans ses 125 magasins, une nouvelle collection de 200 nouveautés, dessinées à 70% en interne. Elle tente aussi de s’installer dans le e-commerce et revendique 3 millions de visiteurs uniques par mois sur Tati.fr.

Les DOM et l’étranger, supports de croissance

L’étranger représente donc un espoir de même que les DOM où la marque dispose de 8 magasins dont Nouméa, Papeete, La Réunion et la Martinique et donc très bientôt aux Antilles et à Mayotte. Tati qui affirme être devenu en 70 ans, la référence internationale «du magasin généreux, enthousiaste et populaire où l’on peut se faire plaisir à petit prix», veut transformer sa belle image en chiffre d’affaires.

«Nous choisissons pour chacune des ouvertures des partenaires commerciaux solides ayant une parfaite connaissance du terrain, comme Aksal en Afrique du Nord, ou RTC Group en Iran et le groupe Cananga à Mayotte», explique Pierre Havransart, Directeur de l’international chez Tati.
Tati Les visuels 3Pour accompagner ce développement hors métropole la marque a décidé de mettre sur pied une équipe de 25 personnes. Chaque région possède maintenant son responsable de zone pour veiller à la bonne vie commerciale des magasins. Un responsable en charge de l’offre veille à adapter les collections aux attentes spécifiques de chaque pays (75% d’offre classique et 25% d’offre spécifique).
Actuellement, 15% du chiffre d’affaires de l’enseigne provient de l’étranger. Une proportion qui, d’après les estimations du groupe, devrait atteindre 1/3 d’ici 2019.

Relancer le groupe Cananga

A Mayotte, l’installation de Tati constitue l’une des orientations stratégiques validées par le groupe Cananga dans la mise en œuvre de sa feuille de route à dix ans. «Le parcours de Tati a des similitudes avec celui de Cananga, notamment celui d’être de retour après une transition», indique Cananga.
A Mayotte, depuis la fermeture de Méga en 2013, le groupe exploite actuellement les enseignes Batimax, Distrimax et Mr.Bricolage. Il compte plus de 170 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 30 millions d’euros en 2016, à Mayotte et dans la région.

Car le groupe tente de se développe en dehors de notre île. En 2008, l’enseigne Mr Bricolage a été implantée à Maurice avec actuellement deux magasins de 3.000 m2 en exploitation et deux autres qui doivent sortir de terre dans les cinq prochaines années.
En pariant sur Tati, Cananga fait un pari audacieux qui pourrait déboucher, là-encore, sur une installation plus large dans la région.

RR
www.lejournaldemayotte.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here