Préavis de grève illimité à la Caisse de Sécurité sociale

0
102
El-Anis Saidi, Mariame Ouseni, El-Hanziz Hamidou
El-Anis Saïdi: "Nous protestons contre les engagements non tenus en 2012"
El-Anis Saïdi: “Nous protestons contre les engagements non tenus en 2012”

S’il est sans doute le détonateur au moment où Salim Nahouda, le président du conseil d’administration de la Caisse, est reçu à Paris sur ce sujet, l’application des retraites complémentaires à Mayotte n’est pas le seul point de rupture du dialogue syndical : « Nous protestons contre les engagements non tenus de l’accord de 2012, entérinant la fin de la grève », avance El-Anis Saïdi, au nom de l’intersyndicale FO, CGT MA et CFE CGC.

A l’article 4 de cet accord, il était écrit que l’employeur CSSM-CAF, s’engageait à faire les démarches nécessaires auprès des instances de retraite complémentaire pour mettre en place un régime de retraite complémentaire, et avec antériorité.

D’autre part, un autre accord, national celui-là, et datant de 1991, préciserait que toute avancée doit être généralisée à l’ensemble des caisses, « ce qui n’est pas le cas à Mayotte ».

Des avancées

Les syndicats ont donc incité le personnel à engager un rapport de force, « de toute façon, à Mayotte, les avancées ne sont obtenues que comme ça ! », appuie El-Anis Saïdi. Rédigées en février dernier, les revendications ont connu un heureux dénouement pour certaines, « concernant le dialogue social, les suppléants ont vu une amélioration de leur situation, comme les 7 salariés de niveau 2 qui sont passés au 3ème », mais d’autres achoppent.

C’est le cas de la retraite complémentaire, de la mutuelle, « nous cotisons avec un plafond Sécurité sociale de niveau national, sans bénéficier des mêmes remboursements et avec des droits non reconnus à l’extérieur de la zone océan Indien. »

Les agents demandent également une majoration de salaire lorsqu’ils servent d’interprètes, et la réévaluation de leur prime de transport, « elle est plafonnée à 60 euros, or en l’absence de transport en commun, les notes de taxis peuvent se monter à 500 euros par mois. » La réévaluation du point d’indice, bloqué sur l’ensemble du pays depuis 7 ans, est également listée.

Un dialogue entre patrons et salariés

El-Anis Saidi, Mariame Ouseni, El-Hanziz Hamidou
El-Anis Saidi, Mariame Ouseni, El-Hanziz Hamidou

Salim Nahouda sera reçu ce vendredi sur le sujet des retraites complémentaires, « mais il a un mandat départemental pour proposer un cadre juridique », dont pour l’ensemble des salariés de l’île.

La CSSM avait proposé d’être l’organisme collecteur de la retraite complémentaire, tant que l’Agirc-Arrco ne s’installait pas à Mayotte. Les partenaires sociaux, patrons et salariés, doivent se mettre d’accord sur un taux de cotisation.

En effet, El-Anis Saïdi explique que pour éviter le conflit social, « il faudrait que la CSSM convoque une Réunion paritaire nationale entre Fédération des employeurs et organisations syndicales. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here