2ème jour de marche militante des fauteuils roulants

0
181
Les participants du Tour de Mayotte aux côtés de docteur Léo
Docteur Léo appelle les pouvoirs publics à réagir
Docteur Léo appelle les pouvoirs publics à réagir

Si vous avez une heure devant vous, venez marcher avec “docteur Léo” et ses comparses. Au rendez-vous, un peu de sport dans une ambiance joyeuse, et la prise de conscience des difficultés du quotidiennes en fauteuil roulant.

La dépendance d’abord des bonnes volontés qui vous entourent, l’épuisant manège de roues à faire tourner ensuite, le ravitaillement en eau… Rien n’est acquis.

Et tout le monde ne s’appelle pas Balou ! L’ancien athlète de haut niveau en athlétisme Handisport, vit à Lyon, et ne connaissait pas “docteur Léo”. « J’ai entendu parler de son défi, et j’ai voulu appuyer sa démarche en y participant. Je me suis exilé à Lyon justement en raison du manque d’infrastructures à Mayotte. C’est invivable. Les élus locaux nous ont oubliés. »

Il reviendrait bien à Mayotte, « cela fait 35 ans que je suis parti, c’est long. En métropole, tout est facilité, les bâtiments publics, les transports en commun ». Ce quadra avale les kilomètres sans ciller, aucun essoufflement quand ses petits copains rament derrière, et quand à pied, on a le plus grand mal à le suivre en désespérant de voir arriver le sommet de la côte.

Porter des enfants devenus adultes

Houdhayati Monié Mali parle de son combat
Houdhayati Monié Mali parle de son combat

Houdhayati Monié Lali, présidente de l’ADAPEI, Association Départementale des Amis et Parents des Personnes Handicapées de Mayotte, pousse le fauteuil de Raïssa. La reconnaissance du handicap, c’est un combat que cette mère d’un adulte de 27 ans maintenant, mène depuis toujours : « Les décideurs ne se rendent pas compte qu’en l’absence d’aménagement, il faut porter son enfant handicapé, qui devient ensuite adulte. C’est impossible physiquement. Surtout que de leur côté, les mamans vieillissent. »

Elle déplore que les cahiers des charges des marchés publics ne mentionnent pas systématiquement les aménagements nécessaires aux personnes handicapées.

Mikdar est lui aussi en fauteuil, mais s’exprime très mal. Ce qui ne l’a pas empêché d’être un mobilisé de la première heure : « Il a écrit un courrier pertinent aux autorités en 2012 pour que les structures publiques tiennent compte des personnes à mobilité réduites. » 2012, l’année où celui qui deviendra le docteur Léo, a eu son accident de plongée.

Nouvelle prestation

L'athlète de haut niveau Balou est venu de Lyon en soutien
L’athlète de haut niveau Balou est venu de Lyon en soutien

C’est Ahamada Shamouni qui pousse son fauteuil dans un rythme soutenu impulsé par l’encadrement, « faut pas mollir, c’est du sport ! », entend-on. Il est en emploi d’avenir à la Maison départemental des Personnes Handicapées : « La MDPH soutient de Tour de Mayotte du docteur Léo pour informer le public sur les nouvelles prestations que nous mettons en place. Les dossiers* prétendants à la Prestation Compensatoire du Handicap sont actuellement étudiés, elle sera mise en place cette année, sous l’impulsion de notre président Debré Combo », affirme-t-il.

Il revient sur les taux d’indemnisation encore bien inférieurs à la métropole, « à Mayotte, il faut être touché à plus de 80% pour en bénéficier », et sur le nombre « insuffisant » de classes spécialisées, « nous manquons aussi de spécialistes. »

Ils sont soutenus par l’ADAPEI, Salama Salamine, le Centre communal d’action social de Bandrélé, ACE, le Lion’s club.

C’est un donc un défi physique et politique qu’a lancé “docteur Léo”, qui montre qu’ils sont « handicapables » avec le Tour de Mayotte en fauteuil roulant. Après les 15km hier depuis Hamjago, et les 13 km aujourd’hui pour rallier Combani, ils auront un bref répit demain avec les 8kms qui mènent à Sada avant les 18kms pour rejoindre Chirongui.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* MDPH : 0269 62 96 20
Le parcours complet :
jour 1 (le 20 mars) :HAMJAGO/Mtsangamouji (15 km)
jour 2 (le 21mars) : Mtsagamouji/Combani (13 km)
jour 3 (22mars) : Combani/ Sada (8 km)
jour 4 (le 23mars) : Sada/Chirongui (18 km)
jour 5(le 24mars): Chirongui/Mzouazia (10 km)
jour 6 (le 25mars) : Mzouazia/Kani kéli (7 km)
jour 7 (le 26mars): Kani Kéli/Dapani (11 km)
jour 8 ( le 27mars) : Dapani/Bandrélé (10 km)
jour 9( le 28mars) : Bandrele/Tsoundzou (17,7 km)
jour10( le 29mars): Tsoundzou/Koungou (14,7 km)
jour 11(le 30mars) : Koungou/Bandraboua (15 km)
jour 12 (le 31 mars) : Bandraboua/HAMJAGO (15,6 km)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here