25.9 C
Dzaoudzi
lundi 29 novembre 2021
AccueilorangeGestion partiale de son personnel : le conseil départemental a perdu 1,4...

Gestion partiale de son personnel : le conseil départemental a perdu 1,4 million d’euros en justice en 2015

Haoussi Boinahedja et Askandari Allaoui : "Le dialogue social continue à être méprisé"
Haoussi Boinahedja et Askandari Allaoui : “Le dialogue social continue à être méprisé”

Devant une centaine d’agents sur les 3.000 que compte la collectivité, Haoussi Boinahedja et Askandari Allaoui, le porte-parole de l’intersyndicale CFDT, Sud, Solidaires, CFE CGC, CGT Ma, FO, FSU et SNU TER, ont égrené les manquements dans la gestion du personnel, avec des témoignages de cadres et agents à l’appui.

Ils dénoncent le silence du contrôle de légalité de la préfecture face à leurs nombreuses accusations, et relataient les observations d’un rapport du contrôleur de gestion et 2016 : « Des inégalités de traitement des agents, des distorsions quasi-systématiques des règles de droit dans la fonction publique. »

Reprenant le projet d’organigramme général des services de l’actuel exécutif, les deux syndicalistes reprochent un décalage entre l’énoncé, qui préconise de passer « d’une administration de gestion » du type « grande armée de guichets », à « une administration de mission » qui « abolit les cloisons », avec comme objectif de lister les « 3.000 agents, nom par nom, grade par grade, poste par poste, et la réalité « c’est la guerre des chefs, un agent de catégorie C dirige un B, etc. « Les organigrammes fonctionnels demeurent à l’état de projet. »

Le syndrome de l’ « enfant du village »Hémicycle Intersyndicale CD

Le document de 13 pages cite des témoignages. Celui d’un agent qui a quitté le conseil départemental est anonyme, mais édifiant. Ayant choisi de basculer en 2004, lors de la décentralisation, d’un service d’Etat au conseil général, il est installé à un poste de chef de service à la Direction de la Logistique et des Moyens, mais en 2008, il est remplacé « au profit d’un ‘enfant’ du village d’un élu de 1er rang. » Il postule plus tard à la direction de ce service, « je n’ai pas été convié à un entretien, c’est un ami d’enfance de l’élu qui a eu le poste. Ces « parachutages » ont tout bonnement gangrené et tué le bon fonctionnement de l’Institution Départementale. Je l’ai alors quitté en toute conscience. »

Les difficultés les plus visibles sont à chercher du côté de la Délégation de Mayotte à Paris et des PMI, selon l’intersyndicale. Concernant les agents de la première, Askandari Allaoui n’hésite pas à parler de « harcèlement moral », « un service arraché à l’administration générale en mars 2016 pour être soumis aux caprices du cabinet du président. »

Face aux nombreux prétendants aux postes parisiens, il s’agit de rapatrier cette dizaine d’agents à Mayotte, « mais il y a des règles pour muter. Face à leur refus, on leur a enlevé leur 30% de majoration d’indemnité de dépaysement. » Dépaysés alors qu’ils veulent vivre à Paris… c’est fort ! Peu importe la logique, l’administration se place hors la loi selon les syndicalistes, « ils justifie ce retrait par la suspension de l’indexation pour les contractuels, alors que ce n’est pas la même base légale. Nous allons au tribunal, et nous sommes certains de gagner. »

Personne n’a payé les pastilles de désinfection

Ces trois soignants viennent témoigner de l'état sanitaire des PMI
Ces trois soignants viennent témoigner de l’état sanitaire des PMI

Quant aux PMI, la situation dans les Protection Maternelle infantile, est connue de tous : « Heureusement que les soignants de Tsingoni et Combani les ont portés sur la place publique. A Mayotte, ce service prend en charge 1.100 naissances par an avec une vingtaine d’infirmiers, au lieu de 44. Et ils n’ont pas de compensation financières pour le actes qui ne dépendent pas de leur compétence comme les bilans sanguins, les vaccins, la prescription de médicaments… »

Quatre d’entre eux, présents parmi les agents assistant à la conférence, prenaient la parole : « Nous travaillons au milieu de poubelles. Nous avons demandé des pastilles de désinfection, qui coutent, 400 euros, personne n’a payé, ni l’ARS, ni le conseil départemental. Dans le sud et le centre, nous ne travaillons plus par manque d’eau, et le Centre médico social de Mtsapéré est fermé à cause d’un problème de plomberie. Où est la mission régalienne du conseil départemental dont nous parle toujours le vice-président ? »

Manque de rigueur généralisé

"Où est la mission régalienne du conseil départemental?"
“Où est la mission régalienne du conseil départemental?”

Face à cette fronde, qui s’était matérialisée par deux mois de grève en 2016, le président Soibahadine avait annoncé une rencontre, « elle n’a jamais eu lieu », déplore les deux leaders syndicaux.

De son côté, le nouvel exécutif avait évoqué des difficultés rencontrées justement pour remettre de l’ordre, mais le manque de rigueur dans la gestion du conseil départemental aboutit à l’effet inverse, « les agents qui ont déposé plainte ont quasiment tous gagné leur procès au tribunal administratif. Il en a couté 1,4 million d’euros en frais de justice et indemnité moratoire au conseil départemental en 2015. Mais ce sont nos impôts, c’est insupportable ! », s’écrie Haoussi Boinahedja, qui préfère ester en justice au nom de l’intersyndicale, « nous allons nous doter d’un statut nous permettant de le faire. »

L’intersyndicale en appelle aux autorités judiciaires, « à condamner ces pratiques déplacées dont les auteurs peuvent ne pas être que des élus. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

MAIRIE DE BANDRABOUA

0
Directive 2014/25/UE SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM ET ADRESSES Mairie de Bandraboua, BP48 - 238, rue de l’Hôtel de Ville , 97650, Bandraboua, Courriel : soibirdine.hachime@mairie-bandraboua.fr,...

VILLE DE MAMOUDZOU (976)

+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Emmanuel Macron, Elysée, François Guillotou de Kerever, Mayotte

Les maires de Mayotte d’une seule voix à l’Elysée

0
« C’est par la répétition que nous obtiendrons des réponses ». Les maires de Mayotte étaient reçus le 19 novembre par le conseiller Outre-mer d’Emmanuel Macron. Avec un enjeu : maitriser les dossiers pour se faire entendre
Gérald Darmanin, immigration, Manche, Angleterre,Mayotte,

G. Darmanin déploie l’artillerie lourde sur les côtes de la Manche pour lutter contre...

0
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce ce lundi des moyens supplémentaires pour les policiers et les gendarmes afin de « lutter contre l'immigration clandestine » sur les 130km de côtes les plus proches de l’Angleterre. Qui finance l’opération. De quoi faire rêver la PAF à Mayotte...

Violences sur mineurs : la parole se libère peu à peu malgré des pressions...

0
Le 32e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant était l'occasion d'un colloque au CUFR. Le recteur et le procureur y ont exposé des chiffres glaçants, sans doute en deçà de la réalité. Les échanges ont aussi permis d'exposer des éléments culturels afin de faire tomber les barrières, et accélérer la dynamique de libération de la parole, à l'oeuvre depuis plusieurs mois.

L’ancienne maire de Chirongui condamnée pour diffamation

0
Dans un discours de campagne en juin dernier, Roukia Lahadji avait accusé le chef de la police municipale de Chirongui de violences ayant pour but d'intimider les électeurs. Ces propos ont été reconnus diffamatoires, mais la justice l'a blanchie du caractère racial de ces accusations, conduisant à une peine tout à fait symbolique à l'issue d'un procès teinté de politique.
Frédérique Vidal, Mayotte

Arrivée ce jeudi de la ministre de l’Enseignement supérieur à Mayotte

0
Frédérique Vidal sera à Mayotte ces jeudi 18 et vendredi 19 novembre 2021. Professeur des universités, la ministre nommée en mai 2017 sera accueillie par le recteur et chancelier des universités Gilles Halbout. Sa visite tournera autour du CUFR et des thèses de recherches sur les milieux marins et du volcan