Un manège pour enchanter les enfants… et les adultes à Mamoudzou

0
244
Frédéric Lemery a défendu son dossier en mairie de Mamoudzou
Frédéric Lemery a défendu son dossier en mairie de Mamoudzou

Ils ont tous les deux, mère et fils, le petit accent d’Agen qui leur colle à la langue, et cet air de prendre son temps qui se cale parfaitement avec Mayotte. L’île, ils ne la connaissaient que de loin, pour avoir vécu 10 ans à La Réunion il y a 20 ans. Frédéric Lemery y a même fait son service militaire. Ils y exerçaient déjà leur métier, forain.

Actuellement, c’est du côté du sud-ouest de l’Hexagone, la place des Quinconces à Bordeaux, les Landes, Agen, qu’ils promènent en famille leurs caravanes et leurs attractions d’auto-tamponneuses et de stands de vente de nougats et de churros. « Nous avons entendu parler de l’île récemment par un ami, et nous avons eu l’idée d’importer nos attractions, pour aller de villages en villages, mais on nous a expliqué qu’il n’y avait pas de place », explique sans jamais quitter son sourire Annie Lemery.

Ils demandent à être reçus à la mairie de Mamoudzou, pour expliquer leur projet, « que nous verrions bien s’installer sur le terre-plein de Mtsapéré. » Le site est maintenant aménagé et clôturé, et les places de parking sont nombreuses.

Toboggans aquatiques

Des idées plein la tête pour développer les attractions
Des idées plein la tête pour développer les attractions

Dans un premier temps, ils voient « petit », mais c’est déjà un « plus » pour Mayotte, « avec un manège enfantin, des auto-tamponneuses, deux boutiques foraines du type de la pêche aux canards et le stand de chichi. « Avec dans un deuxième temps, pourquoi pas un plus gros manège, et à plus long terme, des toboggans aquatiques. » Bon là, on est en pénurie, mais la mer n’est pas loin.

Un investissement de 300.000 euros que Frédéric Lemery ne fera pas les yeux fermés, « nous avons besoin d’un contrat suffisamment long pour l’amortir, au moins 5 ans. »

La sécurité sera renforcée par une fouille à l’entrée, et le manège sera grillagé, « quitte à l’enlever ensuite si tout se passe bien. » Ils ont prévu de recruter également, « et le tour de manège sera moins cher qu’en métropole », assure-t-il avant de nous parler assurance, responsabilité civile, « nous avons l’habitude. »

Ils ont obtenu la semaine dernière un accord de principe du conseil municipal de la mairie, qui doit fixer le loyer. « Nous reviendrons dans 4 mois pour signer le bail, il nous faudra prés de deux mois pour acheminer les manèges jusqu’à Mayotte ».

Enfants, préparez-vous à attraper la queue de Mickey… ou de makis ?

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here