25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
AccueilorangeAménagement du droit du sol à Mayotte : refus des sénateurs

Aménagement du droit du sol à Mayotte : refus des sénateurs

Thani Mohamed a rappelé qu'il naissait l'équivalent d'une classe chaque jour à Mayotte
Thani Mohamed a rappelé qu’il naissait l’équivalent d’une classe chaque jour à Mayotte

Le député UMP Mansour Kamardine avait en son temps, lancé le débat : la suspension du droit du sol qui lie la naturalisation à la naissance sur un territoire, peut-elle être une solution à la pression migratoire que connaît Mayotte ? Le sénateur socialiste Thani Mohamed Soilihi avait déposé un amendement d’aménagement du droit du sol au projet de loi Egalité réelle, suivi par son pair Abdourahamane Soilihi, quant au député Ibrahim Aboubacar avait interrogé le conseil d’Etat à ce sujet.

Thani Mohamed, également appuyé par l’ancienne ministre de la culture Catherine Tasca, proposait plus précisément que pour les enfants nés à Mayotte, l’un des parents de l’enfant soit présent de manière régulière en France – à Mayotte ou sur le reste du territoire national. « Cette dérogation au principe constitutionnel du droit du sol, limitée au seul département de Mayotte, visait à répondre à la situation inédite et insoutenable que rencontre l’île », justifiait-il.

Légitime mais révolutionnaire

Elle repose sur l’article 73 de la Constitution qui permet d’adapter les dispositions législatives aux caractéristiques et contraintes du territoire. Ce que confirme le Conseil Constitutionnel, « dès lors que la dérogation est en lien avec la caractéristique ou la contrainte locale qui la justifie et qu’elle est proportionnée à l’objectif poursuivi. » (Conseil constitutionnel, 3 juin 2016, n° 2016-544 QPC).

Le sénateur Abdourahamane Soilihi
Le sénateur Abdourahamane Soilihi

Il se base aussi sur un arrêté de principe du Conseil d’Etat du 4 avril 2011, qui admet des règles dérogatoires au régime de l’entrée et du séjour des étrangers et applicables à Mayotte au regard de la « situation particulière tenant à l’éloignement et à l’insularité de cette collectivité, ainsi qu’à l’importance des flux migratoires dont elle est spécifiquement l’objet et aux contraintes d’ordre public qui en découlent » dès lors que l’atteinte à la liberté d’aller et venir n’était pas disproportionnée. Mais le Conseil d’Etat ne s’est pas encore prononcé sur la requête d’Ibrahim Aboubacar.

Malgré ces pistes législatives, et tout en « reconnaissant la grande légitimité de leur existence » les sénateurs ont repoussé les amendements des deux parlementaires, « à une grande majorité » et quelque soit la couleur politique, précise le sénateur mahorais. « Ils ont, malgré ces arguments, été jugés inconstitutionnels, non conformes à la Convention internationale des droits de l’enfant, et heurtant la conception commune de la Nation que se font tous les partis républicains de notre pays. »

Des droits de l’enfant qui sont aussi bafoués lorsque des parents en situation irrégulière sont expulsés de Mayotte sans leurs enfants qui se retrouvent parfois seuls. Les amendements ont été écartés, mais les sénateurs se disent bien conscients qu’une “réponse compassionnelle” reste insuffisante, et qu’il y a “urgence à trouver une solution.” Pour Thani Mohamed, “la diplomatie française doit se retrousser les manches” pour endiguer l’arrivée de kwassas.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

3e édition de la fête du sel à Bandrélé du 7...

139522
La 3e édition de la Fête du sel, organisée par la mairie de Bandrélé, aura lieu du 7 au 9 octobre prochains. De nombreux...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139522
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139522
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139522
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com