25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 2 octobre 2022
AccueilEconomieLes compagnies Air Austral et Ewa interdites de vols aux Comores à...

Les compagnies Air Austral et Ewa interdites de vols aux Comores à partir de ce mardi

A LIRE AUSSI: Air Austral et Ewa aux Comores: L’interdiction de vols a été levée

L'Airbus d'Int'Air Îles toujours pas autorisé à La Réunion
L’Airbus d’Int’Air Îles toujours pas autorisé à La Réunion

Cette fois-ci, la bataille du ciel de l’Océan Indien est vraiment engagée. Compagnie aérienne contre compagnie aérienne, la France et les Comores ont engagé un bras de fer avec des répercussions pour de très nombreux passagers qui vont se retrouver bloqués dès ce mardi. Le JDM annonce en effet que le Directeur général des transports de l’Union des Comores suspend le programme de vol d’Air Austral et Ewa entre Mayotte et La Réunion d’un côté, et les Comores de l’autre.

Concrètement, cela signifie que les deux compagnies françaises ne sont plus autorisées à réaliser les vols commerciaux prévus au départ et à destination des 3 îles de l’Union des Comores, avec un effet immédiat et pour une durée encore indéterminée.

L’annonce a été faite par le directeur général des transports des Comores dans un courrier adressé, hier lundi 26 décembre, au directeur général de l’aviation civile française (DGAC), basée à Paris. (Depuis, l‘interdiction a été levée).

L’A320 dans le viseur

Très clairement, la mesure est une réponse à un autre courrier, envoyée par la DGAC française aux Comores, jeudi dernier, le 22 décembre. La France annonçait alors aux autorités de l’aviation comorienne, son refus de valider le programme de vols d’Inter Îles Air avec son nouvel Airbus 320. La compagnie comorienne souhaitait réaliser 5 fréquences hebdomadaires entre Mayotte et Moroni et deux autres entre Moroni et Pierrefonds, l’aéroport du sud de La Réunion.

L'aéroport de Pierrefonds à Saint-Pierre de La Réunion (crédits photo : JIR)
L’aéroport de Pierrefonds à Saint-Pierre de La Réunion (crédits photo : JIR)

Ce refus est motivé par deux raisons. La première est la vente sur le site internet d’Int’Air Îles de billets entre Dzaoudzi et Pierrefonds, via Moroni. Cela s’appelle du «cabotage», c’est-à-dire l’exploitation d’une ligne à l’intérieur d’un état par une entreprise de transport aérien d’un autre état. Or, l’accord aérien entre la France et les Comores interdit le cabotage. La DGAC française explique donc que ces billets constituent une infraction aux règles en vigueur entre les deux pays.

L’argument de la menace terroriste…

Mais le courrier de la DGAC française ne s’arrête pas là. Il évoque également un autre argument pour refuser le programme de vol d’Int’Air Îles: «le contexte mondial de menace terroriste élevé». En clair, les mesures de sécurité à l’aéroport de Moroni ne seraient peut-être pas suffisantes.

Pour s’en assurer, les autorités aéronautiques françaises ont «proposé» à leurs homologues comoriennes «une mission d’évaluation» des mesures de sûreté en vigueur à Hahaya. Et du résultat de cette mission dépendra les conditions dans lesquelles le programme de vols pourrait être accepté.

… L’argument qui énerve

Du côté des Comores, c’est une double réponse qui a été apportée. Concernant le cabotage, Int’Air îles a modifié sa copie. Elle propose désormais des vols avec deux billets distincts : le premier entre Mayotte et Moroni, le 2e entre Moroni et Pierrefonds. La compagnie est ainsi en accord avec les réglementations.

Ewa-zoomFace à l’argument du risque terroriste, ce sont les autorités comoriennes qui ont répliqué… A la mesure d’un agacement facilement imaginable. Leur raisonnement est implacable: S’il existe une menace terroristes élevée, elle ne peut pas concerner le seul A320 d’Int’Air Îles. Logiquement, ce même risque prévaut aussi autour des vols d’Ewa et d’Air Austral. En conséquence, leur programme de vols est suspendu… dans l’attente des résultats de la mission d’évaluation menée par la France «en janvier».

Un blocage pendant les vacances

Blocage contre blocage, les deux pays semblent défendre les intérêts de leur(s) propre(s) compagnie(s) aérienne(s). Mais en cette période de vacances, les répercutions vont être immédiates pour tous ceux qui devaient voyager entre Mayotte (ou La Réunion) et les Comores via Ewa ou Air Austral. Et cela fait du monde. Rien qu’hier lundi 26 décembre, à l’aéroport de Dzaoudzi, sur les vols au départ et à l’arrivée, 8 intéressaient les Comores dans chacun des deux sens… dont ceux opérés par Ewa.

Pour tous les voyageurs qui seraient concernés par la rentrée scolaire et s’inquièteraient de ne pas pouvoir rentrer à temps, ils peuvent d’ores-et-déjà envisager d’autres solutions de transports, ou espérer qu’une solution soit trouvée d’ici là… Il reste 10 jours.

RR
www.jdm2021.alter6.com

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

3e édition de la fête du sel à Bandrélé du 7...

139124
La 3e édition de la Fête du sel, organisée par la mairie de Bandrélé, aura lieu du 7 au 9 octobre prochains. De nombreux...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139124
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139124
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...

Comité de suivi des Assises de la sécurité : « Tous les signaux sont au...

139124
A la demande du maire de Mamoudzou, Ambdilwahedou Soumaila, le Comité de suivi des Assises de la sécurité et de la citoyenneté s’est tenu dans la matinée de ce jeudi 22 septembre à la mairie du chef-lieu. L’occasion d’écouter les doléances de la société civile au regard des épisodes de violences de ces dernières semaines.

Le ministre de l’Intérieur sollicité par un eurodéputé RN sur la situation à Mayotte

139124
Une semaine après le courrier de Marine Le Pen adressé au Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer concernant « l’actualité brûlante qui agite actuellement l’île de Mayotte », c’est au tour du député européen...
Pap Ndiaye, Mayotte

Le ministre de l’Éducation nationale reporte sa venue à Mayotte

139124
Pap Ndiaye avait été annoncé fin août, puis début septembre dans notre département. Il se rendra finalement à La Réunion, mais pas à Mayotte
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com