Aérien : une coopération perdant-perdant avec les Comores

0
81
L'A320 d'Int'Air Iles réceptionné le week-end dernier
Baptême de l'A320 d'Int'Air Iles sur le tarmac de l'aéroport
L’A320 d’Int’Air Iles baptisé à Moroni, pas à Mayotte, et pour cause…

Alors que la compagnie Int’Air Iles annonçait le week-end dernier à grand renfort de communication, le lancement ce lundi 12 décembre de ses liaisons en A320, les autorisations commerciales de la DGAC tardent toujours, l’empêchant de se poser sur les deux îles françaises de l’Océan Indien, La Réunion (à Pierrefonds) et Mayotte.

En annonçant des billets à 200 euros sur la semaine pour les destinations au départ de Moroni vers la Tanzanie, Madagascar, Maurice, Mayotte, et La Réunion, le directeur général de la compagnie Inzoudine Seffoudine avait lancé un signal fort vers la concurrence. Et sans avoir encore toutes les autorisations. Un pari risqué.

Menace sur les vols des compagnies française

Inzoudine Seffoudine, lors de la réception de l'A320 à Moroni
Inzoudine Seffoudine, lors de la réception de l’A320 à Moroni

Ces tracas administratifs envers la compagnie comorienne, auraient agacé ce week-end au plus haut sommet de l’Etat d’Union des Comores. Nous avons appris samedi qu’une éventualité de représailles avait été envisagée pour non respect de la réciprocité, en terme de quota notamment.

Il était question de suspendre dès aujourd’hui lundi les vols d’Air Austral et de sa filiale Ewa. Un courrier était même en préparation. Une velléité qui n’aura pas été jusqu’à son terme « pour ne pas pénaliser les vacanciers », indique-t-on du côté de la compagnie.

Ses dirigeants restent sereins et ne désespèrent pas d’un dénouement heureux, assurant qu’ils auront un jour ou l’autre ces autorisations commerciales, « il s’agit d’un problème purement administratif », explique-t-on.

L’A320 ne se posera donc pas à Mayotte ce lundi : « Nous allons proposer aux passagers Mahorais et Réunionnais le remboursement de leurs billets, ou leur acheminement à Moroni en Cessna ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here