27.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 août 2022
AccueilEconomieColloque Aménagement : sans répression les espaces naturels sont condamnés

Colloque Aménagement : sans répression les espaces naturels sont condamnés

Frédéric Bonnet, une pointure de l'architecture à Mayotte
Frédéric Bonnet, une pointure de l’urbanisme à Mayotte

A Mayotte, lorsqu’on s’interroge sur la compatibilité le développement agricole et l’aménagement du territoire, l’affaire prend une tournure particulière. « Nous sommes en présence de beaucoup d’exploitations familiales et d’une dégradation progressive du milieu naturel, notamment de la forêt. Bien loin de la forêt primitive désormais », souligne Frédéric Bonnet, cogérant du cabinet Obras, qui a notamment remporté le Grand Prix d’urbanisme en 2014.

Il en déduit que si le foncier est un blocage, il est aussi une chance : « Il préserve d’une urbanisation galopante, et donc la nature, une des ressources de l’île. » Un raisonnement qui ne tient pas pour l’habitat sauvage qui n’a cure de ces blocages, et Naïla Boura M’colo, la directrice de la Chambre d’agriculture mettait en valeur cette double peine : « D’un côté, il détruit la nature, mais d’un autre il est un frein à l’agriculture, puisque même lorsqu’il s’agit d’un terrain départemental, les occupants sans titre bloquent la régularisation et la mise en culture. »

Bertrand Wybrecht, Directeur adjoint de la Direction de l’Alimentation, de l’agriculture et de la Forêt (DAAF) se satisfait d’une agriculture « peu dépendante des aides de l’Etat et de l’Europe, c’est une force », mais sans doute une explication de son sous-développement. Il avance des surfaces en croissance à 8.000 ha. Et pour contrer la menace des espaces naturels, il rappelle qu’existe un outil, la Commission départementale de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers.

La position « révolutionnaire » de la DAAF

Une position "révolutionnaire" pour Wybrecht, un représentant service déconcentré de l'Etat
Une position “révolutionnaire” pour Bertrand Wybrecht, représentant un service déconcentré de l’Etat

Un outil pour manchot, s’il on en croît les participants qui déplorent l’absence de contrôles et les sanctions : « Nous tenons un langage de bureaucrate, nous ne parvenons pas à sanctionner », soulève Soulaimana Boura, maire de Bandraboua, appuyé par Cris Kordjee, Responsable de l’antenne du Conservatoire du Littoral à Mayotte, « nos gardes assermentés délivrent des PV, mais 21 jugements ont été rendus et non exécutés. »

Bertrand Wybrecht propose un compromis étonnant : « Comment faire appliquer une décision de justice quand il s’agit de chasser 2 zébus dans la forêt ?! Il y a des choses qu’on n’arrivera pas à régler. Soit le propriétaire du terrain se cantonne au tracé initial du terrain, avec la difficulté d’expulser l’occupant, soit il accepte cet occupant illégal, en redessinant le contour de son terrain ». Mais jusqu’à quelle limite ? Un jour viendra où son terrain se réduira à la portion congrue. Une opinion, qualifiée par Cris Kordjee, de « révolutionnaire » pour un représentant d’un service déconcentré de l’Etat, et qu’il est difficile à admettre pour un propriétaire détenteur d’une autorisation d’expulser.

Elle interrogeait : « A quel moment on stoppe le phénomène ? Il faut arrêter le flux, et trouver une solution pour régulariser les personnes déjà installées. Depuis que nous discutons, un village entier a du se construire. Il y a 10 ans, Tsoundzou 1 était boisé, aujourd’hui, c’est fini. »

« Appel d’air »

"Nous tenons un langage de technocrates", reprochait Soulaimana Boura
“Nous tenons un langage de technocrates”, reprochait Soulaimana Boura

Des réunions et forums entiers dédiés à la protection de la nature, mais qu’on laisse détruire sans rien faire : « Les jugements inappliqués, c’est un message désastreux donné aux occupants illégaux qui en rigolent, et à la population qui se sent de plus en plus menacée. Il faut freiner ce laisser-aller, cela ne rend pas service à la population et aux budgets publics. Ça coute des millions, mais ce seront des milliards si on ne fait rien », met-elle encore en garde.

Un message défaillant, « la loi est la même pour tous et en ne l’appliquant pas, on créée des précédents et un réel appel d’air. »

Pour Raïssa Andhum, conseillère départementale chargée de l’Aménagement et du Développement durable, il faut aussi inclure les Mahorais à la réflexion générale : « Ils veulent du travail, mais ne veulent pas libérer le terrain pour installer les entreprises. »

Le foncier, « la bête noire » de tous les secteurs en développement, ainsi que le rappelait Hamidou Abdallah, Agence de service et de paiement, qui propose d’aménager la législation, « les 8 héritiers d’un terrain ne peuvent le valoriser faute d’une dénomination précise », et d’alléger les frais, « le propriétaire d’une parcelle a du débourser plusieurs milliers d’euros au notaire pour régulariser un terrain indispensable à la construction d’un collège. » Deux points facteurs de blocage.

Ce jeudi, le colloque propose une table ronde autour du foncier justement.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

Covid-19 : un fléchissement du nombre de contaminations constaté

139527
Entre le 3 et le 9 août, l’Agence Régionale de Santé (ARS) informe que « 312 cas de COVID-19 confirmés ont été identifiés parmi...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours

Vidéo de simulation du projet de piste longue : le virtuel en attendant le...

139527
L’intégration paysagère de la piste longue de l’aéroport de Mayotte a récemment fait l’objet d’une vidéo de simulation dans laquelle le spectateur peut découvrir l’infrastructure finale vue depuis plusieurs sites du lagon et de Petite-Terre. L’occasion de revenir sur l’avancement du projet avec Christophe Masson, délégué à la piste longue de l’aéroport de Mayotte, dans la perspective des visites ministérielles prévues ce mois-ci.

Les élections départementales de Sada se tiendront les 25 septembre et 2 octobre prochains

139527
A la suite de l'annulation des élections départementales du binôme Kamardine/Ibrahim à Sada entérinée par la décision du Conseil d'Etat le 19 juillet dernier, la préfecture communique sur les nouvelles dates. Les élections départementales partielles...

La délégation de Tanzanie est arrivée à Mayotte

139527
Les travaux de coopération régionale du conseil départemental avancent bien, avec l’arrivée ce mercredi de la délégation de Tanzanie sur le territoire mahorais.

Visite ministérielle : de grands enjeux en perspective

139527
Dans le cadre de la visite du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre délégué aux Outre-mer, Jean-François Carenco, prévue la semaine du 22 août prochain, les séances de travail se sont multipliées à Paris la semaine dernière. Ainsi, le 5 août, le président du Conseil départemental, Ben Issa Ousseni a été reçu par Jean-François Carenco. La veille, la parlementaire Estelle Youssouffa s’était entretenue avec Gérald Darmanin.

Mlezi Maore : le directeur général quitte ses fonctions pour devenir sous-préfet de Barcelonnette

139527
Suite à sa nomination, par décret du Président de la République en date du 29 juillet dernier, au poste de sous-préfet de Barcelonnette dans le département des Alpes de Haute-Provence, Dahalani M’Houmadi quitte ses...
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com